AccueilImprimerNous contacterAjouter aux favoris

IPG médiabrands confirme un ralentissement publicitaire en France fin 2016

Retour

Les prévisions sur l’évolution du marché publicitaire, en France et dans le monde, d’IPG médiabrands confirment la tendance observée par l’Irep (cf. les Clés de la presse du 30 novembre) : après un bon début d’année, le marché français marque le pas en cette fin d’année. En revanche, il enregistre au niveau mondial sa plus forte croissance depuis 2010 (+5,7%), mais devrait ralentir en 2017.
 
Une croissance tirée par les médias numériques

« L'année 2016 avait démarré fort pour le marché publicitaire français, mais ce dynamisme initial s'est progressivement ralenti ». Dans la dernière livraison de son étude Magna, IPG médiabrands estime que les recettes publicitaires françaises devraient augmenter de 2,1% cette année, à 11 milliards d'euros. Un résultat « légèrement en dessous de nos précédentes prévisions (+2,9%) mais, s'il se confirme, il représentera tout de même la plus forte croissance depuis 2011 ». Comme l'an dernier, la croissance est presque entièrement concentrée sur les médias numériques (+10%, à 3,8 milliards d'euros) tandis que les recettes des médias traditionnels (télévision, presse, radio, affichage) sont en légère baisse (-1,6%, à 7,2 milliards d'euros).

 

Des prévisions 2017 peu encourageantes pour la presse

Avec ce ralentissement de fin d’année, les experts d’IPG médiabrands ne sont guère optimistes pour 2017. « Nous maintenons notre précédente prévision de croissance de 1%, expliquent-ils. Nous abaissons notre prévision pour la télévision linéaire (-1,5%) et maintenons celle du numérique (+10%). Le déclin des dépenses publicitaires en presse va s'accélérer pour atteindre -11%, et -5% pour la radio linéaire ». La publicité extérieure devrait être la seule catégorie traditionnelle à afficher une croissance de ses recettes publicitaires (+1,5%) en raison du lancement continu de nouveaux équipements numériques.

 

De meilleures perspectives au niveau mondial

Au niveau mondial, l’étude Magna est beaucoup plus positive. Les investissements publicitaires devraient croître de 5,7% en 2016, à 444 milliards d’euros, « le plus fort taux croissance depuis 2010 », selon les auteurs de l’enquête. En revanche, la croissance ralentira significativement en 2017, mais restera à 3,6%, tirée par la télévision et, surtout, le numérique qui va devenir la première catégorie de médias en 2017, avec 40% de part de marché. Pour IPG médiabrands, le marché mondial va se concentrer autour de quelques formats (le search et le social) et de quelques acteurs, notamment Google et Facebook, au détriment des acteurs médias traditionnels.

Didier Falcand
 
Retrouvez cette information (et l’intégralité de la lettre) dans les Clés de la presse du 6 décembre 2016
 

Les commentaires sur cet article :

Aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier !

Ajouter un commentaire :

Nom ou pseudo (obligatoire) :
E-mail :
Titre de votre commentaire :
Votre commentaire :
Recopiez l'image inscrite à l'écran (sécurité antispam) :

Haut de page

L'actualité des Clés de la presse

TBS renforce ses équipes commerciales

Société d’ingénierie et de services dédiée à l'univers de la communication, spécialisée dans le développement et la mise en œuvre de CRM et de base de données, TBS renforce son équipe commerciale avec le recrutement de deux commerciaux pour son produit LeFAC.com. 

En savoir plus ...

Découvrez les Clés de la presse

La lettre électronique
La lettre électronique
Le magazine ...
La lettre électronique