AccueilImprimerNous contacterAjouter aux favoris

Alliances dans la data

Retour

La data représente depuis des années, pour les éditeurs, un potentiel de développement important, mais ils avaient bien du mal à transformer l’essai d’un point de vue économique. Les choses devraient sensiblement évoluer à partir de septembre avec le lancement, annoncé cette semaine, à deux jours d’intervalles, de deux alliances : Gravity et Skyline.
 
Le constat
Le raisonnement est à peu près le même dans les deux cas. Comme le résume Denis Olivennes, le président de Lagardère active, l’un des deux fondateurs, avec Francis Morel, le patron du groupe les Echos, de Gravity, « l'union fait la data ». Face aux Google et Facebook, qui s’assurent l’essentiel des recettes publicitaires digitales, la taille et la puissance sont incontournables. « Chacun dans notre coin, aussi gros que nous soyons individuellement, nous sommes des nains sur le marché de la publicité digitale, poursuit-il. Il n’y a pas d’autres solutions que de se regrouper pour exister, mais aussi pour avoir la capacité d’investir dans les technologies et récupérer la maîtrise de nos données ».
A cela s’ajoute la nécessité de fluidifier « un marché beaucoup trop complexe avec plus de 500 acteurs et intermédiaires », ajoute Marc Feuillée, le directeur général du groupe Figaro, qui a choisi de s’allier avec le groupe le Monde pour lancer Skyline. « Il faut sortir de cette usine à gaz opaque, où la mesure d’efficacité est difficile à normer, les diffusions pas toujours contrôlées et la qualité des expériences lecteurs non garantie », renchérit Louis Dreyfus, le président du directoire du groupe le Monde.
 
L’offre Gravity
Imaginée au départ par Lagardère active et les Echos, Gravity a très largement élargi son spectre pour proposer à la rentrée l’accès à une centaine de marques, que ce soient des médias nationaux (les Echos, le Parisien, l’Equipe, Lagardère active, l’offre OTT de M6, les groupes Marie Claire, Conde Nast, Perdriel, NextRadio TV, Prisma média), des médias régionaux (le Télégramme, Sud ouest, la Dépêche, la Nouvelle république, la Montagne, mais aussi Solocal), un opérateur télécom (SFR) ou des sites marchands (Fnac-Darty). Concrètement, Gravity se présente comme une plateforme technique d’achat publicitaire…
 
Retrouvez la fin de cet article (et l’intégralité de la lettre) dans les Clés de la presse du 7 juillet 2017
 

Les commentaires sur cet article :

Aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier !

Ajouter un commentaire :

Nom ou pseudo (obligatoire) :
E-mail :
Titre de votre commentaire :
Votre commentaire :
Recopiez l'image inscrite à l'écran (sécurité antispam) :

Haut de page

L'actualité des Clés de la presse

Le dernier magazine des Clés de la presse est sorti

 
 
L’événement : spécial bilan presse
- Les recettes de la presse qui marche
- La diffusion et l’audience de la presse en 10 tableaux
- La digitalisation réussie des Echos
- Les raisons du succès de la marque l’Equipe
- Uni-éditions, en mode cocréation
- Le plaidoyer de François Mariet
- L’ACPM passe à l’offensive
- Notre reporter a participé à l’étude One premium

Le dossier : les médias montent au front sur la vidéo
- 2017, année de la vidéo
- La vidéo au cœur de la stratégie de Prisma média
- L’AFP TV en pleine croissance
- Le Figaro live, un nouveau terrain de jeu
- Ouest France mise sur les partenariats
- La Provence accélère
- La success story de Brut
- Youblive réinvente le direct
- Explicite, payant et indépendant

La tendance : le son, nouvel eldorado des pure-players
- L’émergence de nouveaux acteurs
- A chacun son modèle économique
- 3 nouveaux acteurs, 3 lignes éditoriales
- Un no man’s land juridique
 
 
 

En savoir plus ...

Découvrez les Clés de la presse

La lettre électronique
La lettre électronique
Le magazine ...
La lettre électronique