AccueilImprimerNous contacterAjouter aux favoris

Comment Studio revient dans la presse en version luxe

Retour

Après avoir racheté le mensuel Studio ciné live l’année dernière, LFF média annonce la renaissance de l’ancien titre, Studio, à l’occasion du festival de Cannes. Après avoir déjà recruté quelques centaines d’abonnés lors d’une campagne de financement participatif, le magazine luxueux mêlant le cinéma au glamour compte s’imposer sur un segment haut de gamme.
 
Un nouveau titre pour faire rêver
L’emblématique magazine Studio, créé en 1987, revient en kiosques le 4 mai et marque son grand retour avec une édition métamorphosée. Désormais propriété par LFF médias, l’éditeur de Première et du Film français, il renaît sous la forme d’un trimestriel de luxe pour raconter l’art de vivre à travers le 7ème art. « Aujourd’hui, le discours autour du cinéma est extrêmement lisse et traditionnel, nous explique Laurent Cotillon, le directeur exécutif du groupe. Le cinéma a perdu son glamour. Nous voulons que Studio refasse rêver, qu’il redevienne un produit de luxe, de désire, de fantasme ». 
 
Un angle d’approche différent
Studio propose de « parler autrement du cinéma » en traitant les multiples mondes qu’il évoque, tels que la gastronomie, la mode et le voyage. « Il nous fallait un angle d’approche différent de celui de Première, qui se présente comme un mensuel d’actualité du cinéma très classique, poursuit-il. Toutes les personnalités du 7ème art ont d’autres choses à raconter ». À cette ligne éditoriale assumée, le trimestriel allie une nouvelle identité visuelle dans l’intention d’offrir aux lecteurs un bel objet avec de belles photos et des grandes signatures tout au long de ses 196 pages. Pour ce premier numéro, Manu Payet et la rédaction dans un grand restaurant parisien, Vanessa Paradis, de la mode au cinéma en passant par la musique, ou encor, les échanges épistolaires entre le réalisateur français Michel Hazanavicius et l’Américan John Landis. 
 
Un objectif de 70 000 exemplaires
Pour relancer Studio, LFF média a misé sur une campagne de financement participatif, ce qui lui a permis de recruter des abonnés et de diffuser le projet. « Notre intention, c’était surtout de tester l’attrait du concept et de promouvoir le titre avant sa sortie, précise Laurent Cotillon. Nous souhaitons, à long terme, arriver aux 70 000 exemplaires vendus. » En faisant de grands sujets avec des acteurs et actrices, souvent égéries de grandes marques de luxe, Studio compte attirer des annonceurs. « Beaucoup de marques communiquent à travers le cinéma. L’idée, c’est de susciter leur intérêt », signale-t-il. Tiré à 150 000 exemplaires, le magazine sera vendu à 7,90 euros.
Ylessa Stéphanie Oliveira
 
Retrouvez cette information (et l’intégralité de la lettre) dans les Clés de la presse du 20 avril 2018
 

Les commentaires sur cet article :

Aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier !

Ajouter un commentaire :

Nom ou pseudo (obligatoire) :
E-mail :
Titre de votre commentaire :
Votre commentaire :
Recopiez l'image inscrite à l'écran (sécurité antispam) :

Haut de page

L'actualité des Clés de la presse

4 clés pour comprendre la presse et les médias en 2018

Une formation incontournable sur l'univers de la presse

En savoir plus ...

Découvrez les Clés de la presse

La lettre électronique
La lettre électronique
Le magazine ...
La lettre électronique