AccueilImprimerNous contacterAjouter aux favoris

Le grand format est un frein au développement de Paris Turf

Retour

Après l’Equipe et le Républicain lorrain, Paris-turf s’apprête à abandonner le format broadsheet pour passer au tabloïd. Un choix technique qui nécessite d’être soumis aux avis de ses lecteurs, estime-t-on au sein du groupe Turf éditions. « C’est pourquoi nous allons tester l’idée, le 14 septembre, en publiant exceptionnellement le journal au format tabloïd », nous explique son Pdg, Philippe Abreu, qui attend avec impatience le verdict des lecteurs.
 
Les Clés de la presse. Pourquoi envisagez-vous ce changement de format ?
Philippe Abreu. Cette volonté s’inscrit dans une logique de modernité. Paris-turf est aujourd’hui le dernier quotidien imprimé en broadsheet, un format qui ne correspond plus forcément aux attentes des lecteurs de 2018. Ce grand format est aussi un frein pour notre migration numérique, notre développement éditorial et notre commercialisation publicitaire. Mais il faut en même temps conserver l’ADN du journal. C’est pourquoi nous avons décidé de faire un test grandeur nature, le 14 septembre, qui nous permettra de recueillir l’avis de nos lecteurs.
 
Si celui-ci était mitigé, renonceriez-vous à cette évolution ?
Ph.A. Attendons de voir les réactions de nos acheteurs, et des acteurs du marché de la presse en général. Notre idée est de tenir compte de leurs avis, mais cette évolution semble inéluctable : nous espérons la mener à bien avant la fin de l’année.
 
Ne craignez-vous pas de perdre des lecteurs ?
Ph.A. C’est le risque, mais l’Equipe a prouvé le contraire ces dernières années, et le système de distribution est tellement en difficulté que la tendance à la baisse est une réalité, même si nous résistons mieux que les autres avec notre diffusion de 28 000 exemplaires (sans abonnement, NDLR) et nos 182 000 lecteurs. D’ailleurs, dans un autre domaine, le rapprochement, peu avant l’été, de Geny courses et Paris courses sous le même titre a montré que nos lecteurs étaient fidèles, puisque nous avons conservé 60% des lecteurs de Geny courses (et 100% de ceux de Paris courses, NDLR). Un chiffre bien supérieur à nos prévisions. Nous espérons en faire de même avec le rapprochement, le 10 septembre, de Bilto et Spécial dernières.
Propos recueillis par Didier Falcand
 

Retrouvez cette information (et l’intégralité de la lettre) dans les Clés de la presse du 11 septembre 2018

 
 

Les commentaires sur cet article :

Aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier !

Ajouter un commentaire :

Nom ou pseudo (obligatoire) :
E-mail :
Titre de votre commentaire :
Votre commentaire :
Recopiez l'image inscrite à l'écran (sécurité antispam) :

Haut de page

L'actualité des Clés de la presse

4 clés pour comprendre la presse et les médias en 2018

Une formation incontournable sur l'univers de la presse

En savoir plus ...

Découvrez les Clés de la presse

La lettre électronique
La lettre électronique
Le magazine ...
La lettre électronique