AccueilImprimerNous contacterAjouter aux favoris

Les nouveaux territoires de la Tribune

Retour

Dès sa reprise de la Tribune en février 2012, Jean-Christophe Tortora avait parlé de son ambition d’en faire un journal économique multirégional. Il lui aura fallu sept ans pour réussir son pari avec le lancement, le 15 février, d’une nouvelle formule de son hebdomadaire papier, marquée par un nouveau format (berlinois), plus grand, et un découpage en deux cahiers distincts. L’objectif : faire croître la diffusion payée de la marque (print + Web) de plus de 20% dès cette année.

Une nouvelle offre éditoriale
A l’heure des grandes transitions numérique, écologique et sociétale, la Tribune veut s’affirmer dans le paysage médiatique français comme « le journal du monde qui change ». Pas question de concurrencer les Echos sur son terrain, « nous voulons renforcer ce qui fait notre singularité, avec des contenus axés sur la transformation de l’économie et sur les territoires français », explique Philippe Mabille, le directeur de la rédaction. Cela se traduit dès aujourd’hui par une nouvelle signature (Partageons l’économie), un format plus grand et un passage en deux cahiers : l’un consacré aux transformations globales de l’économie et des entreprises ; l’autre axé sur les territoires, avec un traitement de l’actualité des 13 régions françaises avec des bureaux régionaux ou des correspondants. Chaque mois, l’offre s’enrichira d’un troisième cahier local, exclusivement dédié à une région ou une ville. « Mais elle sera diffusée dans toute la France, afin de porter une information au niveau national », précise Aziliz de Veyrinas, vice-présidente en charge du développement.
 
Une stratégie de croissance
Cette relance s’inscrit dans une volonté affirmée de « solidifier notre projet et notre modèle économique », dixit Delphine Chêne, la directrice générale du groupe. Après avoir dégagé en 2018 un résultat d’exploitation de 6% du chiffre d’affaires (10 millions, réalisé à 40% dans l’événementiel, 35% dans la publicité et 25% dans l’abonnement et la syndication), l’ambition est de porter rapidement la part de la diffusion au-dessus de 33% avec un chiffre d’affaires proche de 13 millions d’euros d’ici à deux ans. Ce qui passe par une croissance rapide du portefeuille d’abonnés (de 12 000 aujourd’hui à près de 15 000 à la fin de l’année) et des ventes au numéro (de 2000 à 5000 exemplaires en un an). Soit un total de près de près de 20 000 exemplaires. « Si l’on ajoute les 13 000 exemplaires de diffusion qualifiée (7000 distribués dans les quelque 60 événements annuels et 6000 via Air France, NDLR), nous serons proches d’une diffusion de 35 000 exemplaires, pour un tirage de 55 000 », précise-t-elle.
Didier Falcand
 
Retrouvez cette information (et l’intégralité de la lettre) dans les Clés de la presse du 15 février 2019

 

 

Les commentaires sur cet article :

Aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier !

Ajouter un commentaire :

Nom ou pseudo (obligatoire) :
E-mail :
Titre de votre commentaire :
Votre commentaire :
Recopiez l'image inscrite à l'écran (sécurité antispam) :

Haut de page

L'actualité des Clés de la presse

Une nouvelle offre d'emploi

L’Agefi recherche un(e) chargé(e) de diffusion et marketing direct opérationnel

En savoir plus ...

Découvrez les Clés de la presse

La lettre électronique
La lettre électronique
Le magazine ...
La lettre électronique