AccueilImprimerNous contacterAjouter aux favoris

Le sort de Paris turf devrait être connu le 22 juin

Retour

La crise sanitaire et l’arrêt des courses hippiques auront eu raison de Paris turf. Le groupe, propriété à 66,5 % de Jacques-Henri Eyraud, le président de l’Olympique de Marseille, et à 33,5 % de Jean-Claude Seroul, propriétaire de chevaux et fondateur des Editions en direct, l’éditeur de Tiercé magazine, Bilto et Paris courses, a été placé en dressement judiciaire le 26 mai et devrait connaître son nouveau propriétaire lundi 22 juin. Ce jour-là, le tribunal de commerce de Bobigny doit annoncer son choix parmi les offres présentées. Certaines concernent l'ensemble du périmètre du groupe (65,6 millions de chiffre d’affaires et 2 millions de résultat opérationnel en 2019), d’autres seulement des parties (la presse hippique, la presse équestre et-ou la prise de paris).
Selon nos informations, les syndicats de l’entreprise seraient plutôt favorables à l’offre émanant du groupe Riccobono qui, sous la houlette d’Eric Brion, ex-patron de la chaîne TV Equidia, s’est associé à Mayeul Caire, ancien de Paris turf et fondateur du quotidien Jour de galop, qui avait lui-même déposé une offre dans un premier temps, et Philippe Abreu, Pdg de Turf éditions. Leur projet consiste à reprendre l’ensemble des activités actuelles du groupe, la totalité des actifs et de ses filiales, mais avec seulement 122 salariés sur 200. Paris turf, le navire amiral du groupe, sera repositionné sur le plan éditorial et conservera une architecture print-digital, avec une priorité donnée au développement d’un site mobile. De son côté, Geny a vocation à devenir le cœur du dispositif digital du groupe, pour les parieurs qui ne veulent pas se perdre dans les données. Du coup, la présence Web de Bilto, Paris courses et Week-end sera supprimée. Enfin les autres marques conserveront leur déclinaison papier, que ce soit Paris courses, la Gazette, Bilto, Week-end, Stato ou Lotofoot magazine.
Parmi les autres offres de reprise s’intéressant à l’intégralité du groupe, on retrouve NJJ presse, le holding personnel de Xavier Niel qui vient de reprendre ces derniers mois Nice matin et France Antilles. Pour l’occasion, l’actionnaire du Monde aurait le soutien d’Hugues Quilain, le président actuel du directoire. Les salariés, réunis autour de l’intersyndicale (SNJ, CFDT, CGT et FO), ont aussi présenté une offre sous forme d’une société coopérative.


Retrouvez cette information
(et l’intégralité de la lettre) dans les Clés de la presse du 19 juin 2020

 

Les commentaires sur cet article :

Aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier !

Ajouter un commentaire :

Nom ou pseudo (obligatoire) :
E-mail :
Titre de votre commentaire :
Votre commentaire :
Recopiez l'image inscrite à l'écran (sécurité antispam) :

Haut de page

L'actualité des Clés de la presse

Le nouveau magazine des Clés de la presse est sorti

 
 
   

Un événement de 14 pages sur le paradoxe de la presse
La presse traverse, avec la crise sanitaire et la liquidation judiciaire de Presstalis, l’une des pires périodes de son histoire. Paradoxalement, les marques de presse n’ont jamais été aussi puissantes, comme le montrent les premiers chiffres de la nouvelle étude d’audience, dévoilés fin juin par l’ACPM.

Une enquête de 22 pages sur l'audio dans la presse et les médias
La presse, et les médias en général, se sont lancés dans l’aventure des podcasts. Ces nouveaux contenus, adaptés à l’écoute en mobilité et hyper-distribués sur les applications d’écoute, sont un bon moyen de séduire et fidéliser les utilisateurs.
 
Un grand entretien de 9 pages avec Eric Fottorino
Depuis 2014, année de lancement du 1, l’ex-directeur du Monde n’a eu de cesse de promouvoir un journalisme à rebours de l’immédiateté du numérique, dénué de publicité. Dans un contexte de crise post-Covid-19, il part en guerre contre un adversaire de taille, Presstalis, dont la faillite a entraîné de graves conséquences dans la distribution de la presse, mais il continue de croître dans l’innovation éditoriale. Après le 1, America et Zadig, il vient de lancer Légende.
 
La tendance du moment dans les médias
La crise de confiance pousse les médias à inviter le public dans la fabrique de l’info, avec un maître-mot : la transparence. Un challenge pour les rédactions qui innovent pour créer un lien nouveau avec leur public.
 
 
 

En savoir plus ...

Découvrez les Clés de la presse

La lettre électronique
La lettre électronique
Le magazine ...
La lettre électronique