AccueilImprimerNous contacterAjouter aux favoris

« L’abstention met en danger la profession et l’existence de la commission de la carte »

Retour

Les élections à la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels (CCIJP) sont ouvertes jusqu’au 17 mai. Cette année, l’une des préoccupations des organisations syndicales consiste à mobiliser la profession, car seulement 35,6% des inscrits ont voté au dernier scrutin de 2015. Un phénomène qui se répète depuis plus d’une décennie, ce qui représente un danger pour cet organisme paritaire. Explications avec Vincent Lanier, premier secrétaire général du Syndicat national des journalistes (SNJ), qui est arrivé en tête en 2015 avec 47,9% des voix.
 
Les Clés de la presse. Les scrutins précédents ont montré une vraie difficulté à mobiliser les journalistes pour cette élection. Comment l’expliquez-vous ?
Vincent Lanier. Le phénomène n’est pas nouveau : la participation est en baisse continue. Depuis quatre ou cinq scrutins, le quorum n’est pas atteint au premier tour. Nous ne savons pas quelles sont les raisons pour lesquelles les journalistes ne votent pas. La profession est beaucoup plus éclatée aujourd’hui. Le temps des grandes rédactions de presse écrite est fini. Il y a beaucoup plus de petits médias, notamment en radio ou sur le Web., et beaucoup plus de pigistes et de précaires, dont certains sont un peu isolés. Il y a une défiance globale de la société vis-à-vis les institutions, dont la CCIJP fait partie, et la profession n’est pas en dehors de ce contexte. La participation en baisse est un danger, car une participation faible peut discréditer l’instance et les représentants élus. Malgré tout, ces 35 % restent représentatifs.
Le rôle de la commission est-il suffisamment clair pour les journalistes ?
V.L. Une partie des journalistes ne savent pas qu’est-ce que la Commission, ou à quoi sert la carte de presse. Il y a une forme de méconnaissance autour de cette instance. Le SNJ essaie d’informer le mieux possible et la commission, elle-même, communique beaucoup plus que ce qu’elle faisait auparavant, à l’instar de la création de sa newsletter. L’idée, c’est que cette instance ait un contact plus régulier avec les journalistes, au-delà du moment des élections et de la délivrance et du renouvellement de la carte de presse.
Que faites-vous pour mobiliser les journalistes pour ce scrutin 2018 ?
V.L. Cette année, notre présence est plus accentuée sur les réseaux sociaux, pour faire connaître notre campagne et, par conséquent, les élections. Nous nous appuyons sur le compte Twitter du SNJ national, qui a un nombre considérable de followers, ainsi que sur les comptes régionaux et sur notre page Facebook. Il n’est pas sûr que ces actions auront un impact sur la participation des journalistes, mais nous ne pouvions pas ne pas y être. Nous avons également organisé des débats dans les clubs de la presse : j’étais à Lyon, Claude Cordier, qui est le président sortant de la carte de presse et aussi candidat du SNJ, est allé à Strasbourg... Malheureusement, ces réunions ont un impact limité, car elles mobilisent peu de participants, même si ces derniers peuvent en parler à leur entourage. Depuis que le scrutin est ouvert, la participation n’est pas encore très élevée, mais reste au niveau de celle d’il y a trois ans. Comme la période de votes est plus longue, nous espérons être au-dessus du chiffre de 2015.
Propos recueillis par Ylessa Stéphanie Oliveira
 
Retrouvez cette information (et l’intégralité de la lettre) dans les Clés de la presse du 9 mai 2018
 

Les commentaires sur cet article :

Aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier !

Ajouter un commentaire :

Nom ou pseudo (obligatoire) :
E-mail :
Titre de votre commentaire :
Votre commentaire :
Recopiez l'image inscrite à l'écran (sécurité antispam) :

Haut de page

L'actualité des Clés de la presse

4 clés pour comprendre la presse et les médias en 2018

Une formation incontournable sur l'univers de la presse

En savoir plus ...

Découvrez les Clés de la presse

La lettre électronique
La lettre électronique
Le magazine ...
La lettre électronique