AccueilImprimerNous contacterAjouter aux favoris

A la Une

« Je n’ai besoin de l’autorisation de personne pour lancer une chaîne d’info »

Invitée le 31 août, une semaine tout juste après sa prise de fonction à la tête du groupe France télévisions, Delphine Ernotte-Cunci a eu droit à un nouveau grand oral devant une trentaine de journalistes spécialisés. L’occasion d’aborder notamment son projet de chaîne d’information, qui a suscité de nombreuses réactions et a fait couler beaucoup d’encre ces derniers jours. Décryptage. + de détails
 
 
 
Prisma média lancera la version française de Business insider en 2016
Le groupe Prisma média continue « d’accroître ses positions » sur le digital, pour répondre les mots de Rolf Heinz, président du groupe média. Cette fois, c’est en lançant la version française du pure-player américain Business insider qu’il souhaite compléter son portefeuille et renforcer son audience digitale. Aux Etats-Unis, Business insider est le premier site de news dédié aux affaires, aux technologies et à la finance, avec 80 millions de visiteurs uniques par mois. Un secteur dans lequel Prisma est déjà bien positionné sur le print, avec Capital, Management et la Harvard business review. Mais il était encore faible sur le numérique, ce à quoi doit remédier ce lancement, prévu début 2016, en proposant des reportages, vidéos, photos et analyses adaptés au format digital, à sa dimension sociale et mobile. Ce sera la huitième licence internationale de Business insider : le pure-player est déjà présent au Royaume-Uni, en Chine, en Australie, en Inde, en Malaisie, à Singapour et en Indonésie.
 
TF1 se lance dans l'incubation de start-up
Le groupe TF1 s’associe à Paris & Co pour lancer un programme d'incubation de start-up dédié aux médias. « Dans un contexte où le numérique est un véritable levier de croissance et la différenciation des services digitaux un enjeu stratégique, il est essentiel d'expérimenter sans cesse des solutions nouvelles et innovantes dans une démarche de test & learn », estime Olivier Abecassis, directeur général d'eTF1 et de l'innovation du groupe TF1. Avec ce programme, l'ambition de TF1 est de collaborer avec des jeunes entreprises susceptibles de proposer des solutions novatrices pour développer des synergies, travailler à des expérimentations et envisager des partenariats avec les entités du groupe. Un appel à candidatures est ouvert jusqu’au 27 septembre. Les sociétés intéressées pourront candidater en se rendant sur http://pic.agorize.com/fr/challenges/produits-et-services-tf1

Les Echos donne la priorité au mobile
Les Echos lance une nouvelle version de son application le 1er septembre. Mais au-delà de cet exemple, le mobile va constituer un axe fort de ses prochains investissements, comme nous l’a confié Jean-Charles Falloux, directeur digital média et innovation technologique. + de détails
 
 
 
EXCLU : le groupe Courrier cadres dans le giron de la Revue fiduciaire
Le groupe Courrier cadres, éditeur du magazine éponyme, de Rebondir, l’Officiel de la franchise, du Nouvel entrepreneur, mais aussi producteur de services comme le recrutement ou les bilans de compétence, vient de rejoindre le giron du groupe Revue fiduciaire. Ses équipes, implantées jusque-là à Levallois-Perret, en région parisienne, ont emménagé cet été au cœur de Paris, dans les locaux du nouveau propriétaire. Ce dernier, qui publie cinq revues professionnelles (dont la Revue fiduciaire) à destination des professions juridiques, fiscales, sociales et comptables, et commercialise une palette complète de solutions (logiciels, services en ligne et formations) pour cette même cible, complète ainsi son offre et son expertise dans le domaine de l’emploi et de la formation. Laurent Minaud, l’ancien propriétaire du groupe Courrier cadres, reste en place et devrait même prendre en charge l’activité marketing et commercial de la Revue fiduciaire.
 
La Tribune de Tours et la Tribune d’Orléans vendues
Les sociétés éditrices gérées par Laurent Rouault ont cédé les fonds de commerce et les droits d’exploitation de la Tribune d’Orléans et de la Tribune de Tours à Scoop communication (l’Hebdo d’Orléans). C’est Laurent Rouault lui-même qui l’a annoncé dans les pages de ces journaux. Conséquence : la Tribune d’Orléans (tirée à 25 000 exemplaires) cessera de paraître, Scoop communication travaillant à une nouvelle formule de son hebdo intégrant les rubriques inspirées de celui racheté. A Tours en revanche, le journal, tiré à 30 000 exemplaires, est pérennisé. « La cession des fonds de commerce est liée au contexte économique très difficile que doit affronter toute la presse écrite, précise le vendeur. Cette opération permettra de préserver les emplois des salariés permanents de nos deux titres ». En 2013, Laurent Rouault avait déjà vu disparaître la Tribune d’Angers : le tribunal de commerce avait prononcé sa liquidation seulement deux ans et demi après son lancement.
 
Les chantiers et dossiers de la rentrée 2015
Au programme de la rentrée presse, une forte activité éditoriale avec son lot de lancements, nouvelles formules et projets numériques en tous genres. Les éditeurs se préparent aussi à couvrir les trois événements phares de cette fin d’année : la coupe du monde de rugby, la 21ème conférence des parties de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques de 2015 (Cop 21), et les élections régionales. Ils vont également suivre de près les négociations postales et la mise en place de la réforme des aides à la presse. De son côté, le groupe LVMH devrait finaliser la reprise du Parisien-Aujourd’hui en France, pendant que la Dépêche du midi, le groupe Altice média et Reboot média vont s’atteler à la réorientation des Journaux du midi, du groupe Express-Roularta et de Motor presse France. Etat des lieux. + de détails
 
Delphine Ernotte-Cunci intronisée à la tête de France télévisions
Choisie par le conseil supérieur de l’audiovisuel le 23 avril dernier, Delphine Ernotte-Cunci est désormais officiellement présidente de France télévisions. La passation de pouvoir avec son prédécesseur, Rémy Pflimlin, a eu lieu hier 24 août. L’ancienne directrice générale d’Orange France est attendue au tournant, après les contestations suscitées par cette nomination. Mais elle n’en a cure, et a déjà bien avancé sur son nouvel organigramme. « Je voulais un équilibre entre des gens de l’interne et de l’externe, une parité hommes-femmes ainsi qu’une diversité dans les profils », explique-t-elle dans un entretien au Monde. + de détails
 
Le groupe Marie Claire relance Cuisine et vins de France
Après avoir enregistré un recul de 8% de sa diffusion France payée en 2014 (à 132 553 exemplaires), Cuisine et vins de France reprend l’offensive avec l’objectif de « rester le titre référent de la cuisine et du vin auprès de ses lecteurs en les accompagnant au quotidien », explique le groupe Marie Claire. Avec cette nouvelle formule, le magazine se veut « plus intuitif », avec une maquette plus épurée, de nouvelles typos, des recettes encore plus créatives, et neuf nouvelles rubriques. Au programme également, deux nouveautés : le lancement de Mon carnet futé, qui propose 16 pages de recettes faciles à réaliser au quotidien, et celui de la Blogueuse du mois « qui met son grain de sel tout au long des pages recettes et confie SA recette fétiche ». 
 
 
 
Ce qu'il faut retenir de l'actualité presse de l'été 2015
Vous avez totalement décroché cet été ? Pas de souci, les Clés de la presse vous a concocté un résumé de l'actualité de la presse de ces dernières semaines, des ambitions toujours fortes de Patrick Drahi dans les médias à l'évolution des diffusions des quotidiens nationaux au premier semestre, en passant par les résultats de Lagardère active, Mondadori France ou Ipsos, le désengagement de Pearson dans la presse ou, malheureusement, les difficultés économiques de Têtu ou Terra éco. Revue de détails. + de détails
 
 
 
« Avec ce nouveau site, Télérama entame une saison ambitieuse sur tous les supports »
Télérama a lancé, le 15 juillet, une nouvelle version de son site Internet. Elle marque la première étape d’une série de développements digitaux que Ludovic Desautez, directeur adjoint de la rédaction en charge du numérique, qualifie d’ambitieuse. Au cœur des réflexions, les questions de mobilité et la dimension servicielle. + de détails
 
 
 
Une nouvelle formule pour Pleine vie le 13 août
Le prochain numéro de Pleine vie, en kiosque le 13 août, proposera une nouvelle formule, tant sur le print que sur le net,avec la relance du site Pleinevie.fr. L’objectif de cette refonte en profondeur, qui sera marquée par une nouvelle maquette, annoncée « plus visuelle », et de nouveaux rendez-vous éditoriaux (sur la santé, le bien-être, le couple ou la maison), est de relancer la diffusion, après une stabilisation en 2014 (-0,08%, à 702 834 exemplaires).

 
 
Charlie hebdo, première entreprise solidaire de presse
Le statut d’entreprise solidaire de presse a été créé avec la loi de modernisation de la presse, le 17 avril. Charlie hebdo sera le premier journal à l’adopter. C’est ce qu’a confirmé son directeur et principal actionnaire, le dessinateur Riss, à l’AFP, estimant que cela « devrait rassurer certains collaborateurs sur l’utilisation des fonds et des dividendes ». Car ce statut impose de réinvestir ou de mettre en réserve 70% des bénéfices annuels, afin d’assurer la pérennité de l’entreprise. Et Riss va plus loin, assurant que les 30% restants seront bloqués, les actionnaires ne se verseront pas de dividendes. Par ailleurs, le statut d’entreprise solidaire de presse n’autorise pas un tiers à devenir actionnaire. Les salariés de Charlie hebdo ont plusieurs fait part de leur volonté d’ouvrir le capital aux collaborateurs, pour éviter qu’il ne soit entre les mains de seulement deux personnes, comme c’est le cas actuellement (Riss détient 70% des parts de l’entreprise, Eric Portheault, le directeur financier, 30%, après avoir racheté ensemble les parts de Charb à ses parents). Mais pas question pour autant que tous les collaborateurs le deviennent. Pour Riss, « être rédacteur est une chose, être actionnaire en est une autre ». Aussi, il pense que le nombre d’actionnaires pourrait aller jusqu’à cinq ou six personnes. Et de souligner : « Le vrai enjeu est de consolider le journal, de trouver de nouveaux dessinateurs avec l’esprit Charlie hebdo et un ton original pour recréer un travail collectif, une bande, une ambiance ».
 
L’offre premium du Figaro a déjà séduit 8500 personnes
Trois mois après le lancement son offre numérique premium, le Figaro est plutôt satisfait. Selon nos informations, celle-ci a déjà séduit, début juillet, quelque 8 500 personnes, 93% d’entre elles ayant prorogé l’abonnement au-delà de l’offre promotionnelle du premier mois. « Nous avions déjà un socle de 25 000 abonnés numériques que nous comptions doubler en 16 ou 18 mois, nous explique Alexis Brézet, le directeur des rédactions. Les premiers chiffres sont donc plutôt encourageants ». + de détails
 
Les tablettes ont déjà un poids important dans les lectures de presse
La tablette est devenue un support non négligeable dans la lecture de la presse. C’est ce qui ressort de la dernière vague de l’étude Audipresse One global, dont les résultats ont été publiés hier, 9 juillet, qui prend en compte pour la première fois ce device. Pour les 14 marques concernées, la tablette contribue déjà pour 7% à leur audience. + de détails
 
Le JDD s’allie aux écoles de journalisme pour couvrir les régionales
En 2014, pour couvrir les municipales, le Journal du dimanche avait collaboré avec sept écoles de journalisme reconnues en province. « C’est toujours bien de bénéficier de la fraîcheur et des idées apportées par les jeunes journalistes, nous expliquait alors Cyril Petit, rédacteur en chef des éditions du JDD. Ils sentent les sujets et les problématiques locales. Ils nous permettent aussi d’avoir des relais sur place, une présence », surtout là où le journal n’a pas de correspondant. Vidéovilles avait permis de réaliser 57 vidéos sur dix semaines.
Le JDD renouvelle l’expérience, mais cette fois avec les 14 écoles de journalisme reconnues, pour les élections régionales (6 et 13 décembre). Chaque semaine, les écoles fourniront des reportages, enquêtes, décryptages et interviews vidéo publiés sur le JDD.fr, sur ces versions smartphone et tablette. Les contenus seront aussi relayés dans le journal papier. L’opération est soutenue par Dailymotion, qui montrera les bonnes pratiques aux étudiants et diffusera les vidéos. Rendez-vous du 1er novembre au 13 décembre pour voir les fruits de cette collaboration média/écoles, baptisée cette fois Vidéorégions.
 
Pourquoi l’Equipe passera au format tabloïd à la rentrée
L’idée circule au sein du groupe Amaury depuis 2008, mais personne jusqu’ici n’avait osé franchir ce cap. Le 18 septembre, ce sera pourtant une réalité. L’Equipe abandonnera son format broadsheet, historique, et adoptera le tabloïd, deux fois plus petit. Cyril Linette, directeur général du journal depuis trois mois, nous explique les raisons de ce grand changement. + de détails
 

 
  
Jérôme Fenoglio, nouveau directeur du Monde
Cette fois, ça passe ! La rédaction du Monde a validé à 68,44% la nomination de Jérôme Fenoglio, 49 ans, à la direction du journal. Jusque-là directeur des rédactions par intérim, il avait déjà été candidat au poste en mai. Mais le personnel avait rejeté sa nomination, jugeant la procédure « tronquée » et lui reprochant un projet trop centré sur le numérique. Il succède à Gilles van Kote qui avait quitté ses fonctions de directeur par intérim mi-mai. 
 
 
 
Un bon début d’année chez Prisma média
Prisma média a plutôt le sourire. Ses chiffres du début de l’année sont de bon augure pour l’exercice 2015. Ainsi, au regard des réservations publicitaires et des mois à venir, le groupe est sur une tendance de 5%, de baisse, quand la publicité sur le marché de la presse magazine est plutôt à -10%. Sur le premier semestre, la diffusion du groupe est stable (0%) par rapport à la période janvier-juin 2014, dans un marché en recul de 5%. Le digital, qui représente 20% du chiffre d’affaires, progresse de 25%. Une performance qui ne prend en compte que la croissance organique, donc hors acquisition. Le digital doit permettre de compenser les pertes du print et Rolf Heinz, le président de Prisma média, mise sur une légère croissance du chiffre d’affaires pour l’année 2015, comme c’était déjà le cas en 2014.
 
Le conseil d’Etat relance la procédure d’appel d’offres pour les kiosques parisiens
En annulant, le 26 juin, l’ordonnance du juge des référés du tribunal administratif de Paris du 9 avril dernier, et en rejetant la demande d’Extérion média et Derichebourg d’annulation de la procédure lancée par la ville de Paris pour la gestion des kiosques parisiens, le conseil d’Etat va permettre de relancer tout le processus là où il s’était arrêté. + de détails
 
« Magicmaman a vocation à devenir la première marque parentale du marché » 
Le groupe Marie Claire a choisi de fusionner ses marques Famili et Magicmaman. L’objectif : concentrer ses forces en presse parentale et faire de Magicmaman (Famili est appelée à disparaître) la première marque du marché, nous explique Amalric Poncet, le nouvel éditeur du pôle parental (qui reste par ailleurs directeur digital du groupe Marie Claire).  + de détails
 
Happy birthday Closer
Closer fête ses 10 ans. Pour l’occasion, Mondadori a choisi de publier, le 26 juin, un numéro exceptionnel, avec une pagination étoffée (100 pages), un format plus grand et une durée de vente de deux semaines en kiosque (au lieu d’une). « Le contenu reste globalement le même que d’habitude, nous précise Laurence Pieau, la directrice de la rédaction. Nous avons juste ajouté un sondage sur les people qui ont le plus marqué l’histoire du titre ces dix dernières années, ainsi qu’un entretien avec Edwy Plenel, le fondateur de Mediapart, pour qui la presse people est utile car elle participe à la démystification de personnages fabriqués. Le fait qu’un journaliste comme lui le reconnaisse dans nos colonnes me paraît important. Il nous précise même que l’affaire Philippot (Closer a révélé l’homosexualité du vice-président du Front national, NDLR) a modifié sa vision sur la façon de parler des personnalités politiques ». + de détails
 
 
 
Avec les Journaux du midi, le groupe la Dépêche du midi pèse 265 millions d’euros 
Avec le rachat des Journaux du midi, éditeur des quotidiens Midi libre, l'Indépendant et Centre presse, le groupe la Dépêche franchit un cap significatif pour se situer, avec 265 millions d’euros de chiffre d’affaires, au 3ème rang de la presse quotidienne régionale derrière les groupes Ebra et Ouest France, et à égalité avec le tout nouveau groupe Rossel-la Voix. « Il y avait une cohérence à ce que ces deux groupes soient liés, parce qu'ils ont des histoires similaires: tous deux indépendants, attachés à leur terroir, a expliqué son président, Jean-Michel Baylet lors d’une conférence de presse le 25 juin au soir. Nous sommes sur des périmètres similaires, même si La Dépêche est sur dix départements et les Journaux du midi sur cinq ». Envisagée il y a huit ans, en partenariat avec le groupe Sud Ouest, cette opération aura finalement coûté six fois moins cher (15 millions d’euros, contre 89 millions à l’époque), et c’est le groupe Centre France qui y a été associé (avec 6,33% de Midi libre, contre 90,8% pour la Dépêche). Mais ce mariage ne se fera pas sans heurt : « il y aura des mutualisations et des rationalisations », a reconnu Jean-Michel Baylet, en évoquant 150 suppressions de postes dans chacun des deux groupes. « Nous venons pour créer les conditions de retour à la prospérité, pour pouvoir ensuite investir et conforter nos groupes de presse », a-t-il plaidé.
 
 
 
Les Echos misent sur les services
Les Echos ont lancé, le 22 juin, la première plateforme Web de services pour les entrepreneurs, réunissant toute l’offre déjà en place de façon digitalisée : les Echos solutions. Dans un contexte favorable, avec une diffusion qui continue de progresser, Francis Morel, Pdg du groupe, estime que le développement de services permet de fidéliser encore plus les lecteurs. L’offre actuelle (les Echos publishing, events, salons, formations, études, annonces légales, marché public, de la franchise, bilans gratuits, reprise d’entreprise) représente déjà 31% du chiffre d’affaires de la marque les Echos et mobilise plus de 150 personnes. L’objectif est de les développer toujours plus pour atteindre les 50% du chiffre d’affaires en 2018. + de détails
 
 
 
Zenith prévoit une stabilisation du marché publicitaire français… en 2017
La France est vraiment un cas à part. Si ZenithOptimédia prévoit une hausse des investissements publicitaires mondiaux de 4,2% cette année, l’évolution sera encore négative (-0,4%) pour les médias français. « Nous pensons que la croissance économique ne sera pas suffisante pour restaurer la confiance des entreprises et nous tablons donc toujours sur une légère décroissance en 2015 et une quasi-stabilité en 2016 –0,1%) et 2017 (+0,1%), analyse Sébastien Danet, le président de l’agence média. De plus, le contexte actuel des médias français, marqué par un déséquilibre entre l’offre et la demande, ne va pas dans le sens d’une forte reprise ». Il faudra donc prendre son mal en patience, même si les situations sont très diverses selon les médias. + de détails
 
La Provence vise l’équilibre en 2015
Un an après son arrivée à la Provence, Claude Perrier, Pdg depuis le mois de février, affirme dans le Figaro que le quotidien atteindra l’équilibre cette année, grâce à un plan de départs volontaires de 60 personnes et un plan de développement commercial. « Notre plan stratégique a fixé trois axes pour développer le groupe, explique-t-il : le print, le Web et l'événementiel ». Cela passe notamment par la conquête de nouveaux lecteurs (avec le recrutement de vendeurs à la criée) et le lancement de nouveaux produits, comme un supplément luxe et des éditions spéciales sur l'emploi ou la gastronomie. Sur le digital, « nous allons mettre en place à partir de juillet ou en septembre une nouvelle offre premium pour nos abonnés et nos futurs abonnés ». + de détails
 
Quoi.info passe sous pavillon Prisma média
Le groupe Prisma média vient de racheter le site Quoi.info, consacré au décryptage et à l’explication de l’actualité. Le site avait fermé à l’été 2013. Avec une dizaine de journalistes spécialisés, il répondait à des questions que « tout le monde se pose », dans tous les domaines : politique, société, économie, sport, science, people… Il devait permettre aux lecteurs de comprendre l’actualité en quelques minutes. Prisma média veut le relancer et dévoilera son projet à la rentrée. « Le groupe continue de renforcer sa présence sur le Web en diversifiant ses activités, estime Rolf Heinz, président de Prisma média, dans un communiqué. Véritable plateforme interactive, le site offre la possibilité aux internautes de contribuer à l’enrichissement des articles publiés. Une logique de prise en compte de l’utilisateur à laquelle le groupe est très attaché ».
 
Spicee, nouveau pure player d’investigation vidéo
Un nouveau site Internet a été lancé le 15 juin. Son nom : Spicee. Sa spécificité : proposer un média vidéo d’investigation. Voulus haut de gamme, les contenus de Spicee prétendent diffuser « de l’info chic avec du grand reportage, de l’investigation internationale » : faits de société, rapports de force qui « font bouger le monde », histoires « humaines », économie, santé, éducation, culture ou encore lifestyle seront abordés. Plusieurs formats de programme seront proposés : un contenu quotidien de 3 à 5 minutes, un « Mag » hebdomadaire avec des histoires et des portraits en 10 à 13 minutes, un documentaire de 26 minutes tous les mois. Spicee adopte un modèle payant, sans publicité, avec trois types de tarifs : un abonnement à 9,90 euros par mois, un autre annuel à 99 euros (avec des prix spéciaux pour les jeunes et les chômeurs), et un forfait à la carte à partir de 2,50 euros le documentaire. Le site s’adresse à une audience premium et mondiale, et prévoit un déploiement dans une dizaine de pays d’ici à cinq ans. Il s’appuie sur un réseau de 70 journalistes et réalisateurs confirmés. 
 
Les clés pour bien comprendre les aides à la presse en 2015
A la lumière du rapport remis le 2 juin par le sociologue Jean-Marie Charon, Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, a annoncé une réorientation des aides à la presse. Pour vous permettre d'y voir plus clair, les Clés de la presse vous propose un décryptage des ambitions et de la philosophie de la nouvelle stratégie gouvernementale, ainsi que la liste des principaux bénéficiaires en 2014. + de détails
 
Bruno Ledoux reprend Surf session
Bruno Ledoux, qui a troqué sa participation (50%) dans Libération pour un peu moins de 10% du capital d’Altice média group, a annoncé, le 11 juin, avoir repris 100% du magazine Surf session. L’opération, réalisée via Bruno Ledoux holding média, « va permettre d'assurer la pérennité du journal et la mise en route de nouveaux projets dès l'automne 2015, notamment de poursuivre sa transformation vers le numérique et sa diversification », explique-t-il dans un communiqué. Il mènerait parallèlement des discussions exclusives avec Benjamin Gufflet, directeur du groupe Ocean surf report, pour regrouper Surf session, Surf report, Beach brother, Régie 24H00 et Agate météo, et constituer un pôle spécialisé sur le surf.
 
 
 
Le SNJ conserve cinq sièges sur huit à la commission de la carte
Avec 47,9% des voix, le SNJ a largement remporté le 2ème tour des élections à la Commission de la carte d'identité des journalistes professionnels (CCIJP). Il devance le SNJ-CGT (21,9% et deux représentants en première instance), la CFDT (16,5% et un élu), la CFTC (4,9%), FO (4,4%) et la CGC (4,3%). Ce scrutin a surtout été marqué par une faible mobilisation (seuls 28% des journalistes professionnels ont voté). Les huit élus en qualité de commissaire titulaire sont Isabelle Bordes (CFDT), Thierry Cerinato (CGT), Claude Cordier (SNJ), Geneviève Faure (SNJ), Catherine Lozac’h (SNJ), Eric Marquis (SNJ), Sabine Mellet (CGT) et Pascal Rossignol (SNJ).
 
L’Opinion prend un nouveau départ
Le journal l’Opinion a fêté ses deux ans il y a tout juste un mois. Avec 720 000 visiteurs uniques chaque mois sur le site (données Google analytics), une diffusion de 35 000 exemplaires (dont 60% payés), et un chiffre d’affaires publicitaire en hausse de 20% par rapport à l’an dernier, le moment semble venu pour l’équipe du journal de passer à la vitesse supérieure.
 
Direction du Monde : Jérôme Fenoglio retente sa chance
« Je me sens légitime à postuler une seconde fois parce que la procédure en cours respecte toutes les règles qui garantissent les prérogatives de la rédaction et parce qu’une énorme majorité de journalistes m’a accordé sa confiance ». C’est ainsi que Jérôme Fenoglio, actuel directeur de la rédaction, dont la candidature à la direction du journal avait été rejetée il y a un mois par la rédaction, a justifié sa volonté de soumettre, une fois de plus, son projet aux actionnaires et aux salariés. « J’ai pris conscience de mes erreurs, qui vont au-delà du trouble né des conditions de ma désignation par les actionnaires », ajoute-t-il. Outre un processus de nomination « tronqué » en mai, la rédaction reprochait à Jérôme Fenoglio un projet trop centré sur le numérique et une équipe de direction trop peu ouverte à tous les services. + de détails
 
La reprise des activités françaises de Roularta finalisée par Altice média group
Le groupe belge Roularta a finalisé, le 9 juin, la vente de ses activités françaises à Altice média group France. L’opération ne concerne pas les titres Ideat et The good life, l'éditeur associé, Laurent Blanc, ayant exercé son droit de préemption. Altice média group va être constitué d’une trentaine de titres dans la presse quotidienne, magazine, grand public et professionnelle (Libération, la vingtaine de titres d’Express-Roularta, les sept magazines du groupe de Marc Laufer, Newsco), d’une télévision (i24 news), d’événements (les salons de l’Etudiant, les salons professionnels de Newsco group)… A date, le groupe pèse entre 270 et 300 millions d’euros et emploie 1 000 salariés. 
 
Madame Figaro sortira une nouvelle formule à la rentrée
Selon nos informations, les équipes de Madame Figaro planchent sur l’élaboration d’une nouvelle formule, qui devrait voir le jour à la rentrée. Pour mémoire, l’hebdo féminin du Figaro a connu une légère baisse (-1,21%) de sa diffusion France payée l’an dernier, à 419 398 exemplaires.
 
Prisma média teste avec Renault un nouveau concept de publicité personnalisée
La publicité personnalisée commence à se développer en presse magazine. Quelques mois après Mondadori, qui avait testé en décembre dernier un dispositif print to Web, c’est au tour de Prisma média de se lancer sur le créneau avec son concept de Prism’adapt, qui permet de renvoyer le lecteur directement sur un point de vente. Explications. + de détails
 
 
 
L’Equipe teste le format tabloïd
Le 10 juin, les lecteurs de l’Equipe vont avoir la surprise de découvrir leur journal dans un nouveau format. Pour la première fois de son histoire, le quotidien sportif va tester un format tabloïd (410 ou 379 x 290 mm), plus petit que celui habituel, le broadsheet (578 x 410 mm). Ce changement n’a rien de définitif pour le moment. C’est un test d’une journée, et les lecteurs sont invités à donner leur avis. Un mouvement avait été initié au début des années 2000, lorsque de nombreux quotidiens régionaux avaient opté pour ce format plus petit, par souci d’économie de papier (la Charente libre, le Télégramme, la Voix du nord, la Montagne, la Nouvelle république…). En presse quotidienne nationale, le Parisien, Libération, la Croix l’ont aussi adopté. L’Equipe, à qui l’on prédit ce passage depuis longtemps, serait-il prêt à se lancer ?

So press intègre un site Internet sur le basket NBA
Le groupe So press, éditeur de So foot, So film ou Society, élargit son périmètre avec l’intégration d’un site Internet sur le basket américain (Trashtalk.co). « Les activités éditoriales des deux sociétés sont complémentaires », souligne le groupe dans un communiqué. Cette opération permet à So press d’enrichir son offre éditoriale sur le basket. Concrètement, So press prend une participation minoritaire dans le capital de Trashtalk, pour associer son savoir-faire à celui des fondateurs (Bastien Fontanieu et Julien Pottier) qui restent à la tête de l’entreprise.
 
Politis planche sur une nouvelle formule
Politis a publié, le 4 juin, un hors-série intitulé « Où va la presse ? », avec l’ambition de définir à quoi elle pourrait ressembler à l’avenir. « Le numérique est à la fois une chance et un risque », estime ainsi son président, Denis Sieffert. En une cinquantaine de pages, ce numéro propose donc une lecture contrastée de la presse du futur, avec les contributions de sociologues, d’universitaires, et même de « nouveaux lecteurs » qui révèlent la façon dont ils s’informent. La rédaction s’interroge aussi sur l’évolution des métiers du journalisme, des modèles économiques… Un véritable état des lieux que l’équipe de Politis a utilisé comme support pour imaginer une nouvelle formule de l’hebdomadaire et du site Internet, annoncée pour la rentrée. « Il est encore trop tôt pour en parler, nous explique Denis Sieffert, mais il est évident qu’il s’agit de développer une approche bimédia, avec une complémentarité entre le print et le Web ». Politis devrait aussi profiter de cette nouvelle formule pour lancer un appel aux dons à ses lecteurs, « pas pour combler nos déficits (même si le journal a perdu l’an dernier 84 000 euros, sur un chiffre d’affaires de 1,6 million, NDLR), mais pour accompagner nos développements », tient-il à préciser.
 
 
 
A 30 ans, le Figaro économie s’offre une nouvelle formule 100% bimédia
Trente ans après sa naissance sous la houlette de Robert Hersant, Philippe Villin et Philippe Vasseur, le Figaro économie s’est offert, le 4 juin, une nouvelle formule bimédia « qui repose sur trois piliers, dixit Alexis Brézet, le directeur des rédactions du groupe : plus de hiérarchisation, plus d’expertise et plus d’incarnation ». Au-delà d’un logo plus rouge et plus vif, le fameux « cahier saumon » du Figaro propose une nouvelle maquette, signée Pierre Bayle, « avec une « une » moins monolithique, plus travaillée, et une alternance entre papiers longs et courts ». L’objectif est clairement de marquer la différence entre le Web et son flux d’actualités, et le papier, avec davantage d’analyses et de dossiers.  
 
 
 
L’autorité de la concurrence accepte la vente des Journaux du midi sous condition
Sur le dossier de vente, par le groupe Sud Ouest, des Journaux du midi (éditeur de Midi libre, de l'Indépendant et de Centre presse Aveyron), à la Dépêche du midi, l’autorité de la concurrence a donné son autorisation sous conditions. Pour elle, « l'opération placerait le groupe la Dépêche du midi en situation de monopole sur les marchés de la presse quotidienne régionale dans les départements de l'Aude et l'Aveyron ». Certes, « l'opération n'entraîne pas de risque d'augmentation des prix dans ces deux départements, mais elle risque de conduire à une homogénéisation du contenu des titres, au détriment des lecteurs qui subiraient une réduction de la qualité et de la diversité des journaux de presse quotidienne régionale ». Pour y remédier, la Dépêche du midi, également propriétaire de la Nouvelle république des Pyrénées et du Petit bleu de Lot-et-Garonne, s’est engagé « à ne pas procéder à l'harmonisation des contenus de ses titres, à maintenir des rédactions en chef distinctes et dédiées aux différents titres et à poursuivre la diffusion de l'ensemble de ses titres de presse quotidienne régionale dans l'Aude et l'Aveyron ». Un mandataire indépendant, agréé par l'autorité de la concurrence, veillera au respect de ces engagements. + de détails
 
La vente du groupe Express-Roularta à Patrick Drahi conclue le 9 juin
L’Autorité de la concurrence a rendu, le 3 juin, un avis favorable à l’acquisition de Libération et du groupe Express-Roularta à Patrick Drahi. Elle a considéré, dans un communiqué, que « cette opération n'était pas susceptible de porter atteinte à la concurrence dans la mesure où elle ne crée pas de chevauchement d'activités sur les marchés de la presse ». D’autant que le nouveau groupe, Altice média group, aura face à lui « des concurrents importants, comme le Monde ou Lagardère active ». 
 
Fleur Pellerin réoriente les aides à la presse
A la lumière du rapport qu’il a remis le 2 juin à la ministre de la Culture et de la Communication, le sociologue Jean-Marie Charon insiste sur l’importance d’accompagner l’innovation dans le « nouvel écosystème » de la presse et du numérique. « Il faut favoriser la circulation des idées les plus vertueuses. Toute innovation réussie a vocation à se diffuser, tout échec à être analysé ». A cela, la ministre Fleur Pellerin a répondu par l’annonce d’une réorientation des aides à la presse.

 
  
Comme elle l’avait déjà annoncé, les aides directes seront étendues rapidement aux hebdomadaires, aux mensuels, voire aux trimestriels, car « la démocratie n’a pas de périodicité ». Le décret doit être publié ces prochaines semaines. Sur le plan des aides indirectes, la ministre a confirmé le maintien du taux de TVA réduit de 2,1% pour toute la presse, indifféremment. En revanche, les aides postales vont évoluer : elles se recentrent sur la presse IPG et « du savoir et de la connaissance ». Cette appellation regroupe la presse professionnelle et technique, jeunesse, et scientifique.
Cette réorientation va permettre de « réadapter les aides vers l’émergence et l’innovation ». En plus du fonds Google, qui finance en partie des projets de médias existants, Fleur Pellerin a annoncé l’ouverture d’un fonds d’aide à la création de médias, pour « accompagner les besoins en investissement et le fonctionnement » des nouveaux acteurs, pour les aider à trouver leur modèle économique, sur le moyen terme (trois ans).
 
Le Parisien se mobilise pour Cop 21 avec Ma terre
Le Parisien a choisi de profiter de la 21ème conférence des parties de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (Cop 21), qui se tiendra du 30 novembre au 15 décembre à Paris, pour mettre en place un dispositif éditorial ambitieux sur l’actualité de l’environnement et de la consommation responsable. Baptisé Ma terre, il va mobiliser pendant plusieurs mois tous les supports de la marque, nous explique Gabriel Jaquemet, responsable des chaînes thématiques du Parisien. + de détails
 
Milibris milite pour un accès gratuit de la presse au collège
A l’heure où la réforme du collège, voulue par Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale, fait débat, Guillaume Monteux, le président-fondateur de Milibris, en proposant de mettre gratuitement à la disposition des collèges un accès digital à l’ensemble de la presse d’information générale. Dans un communiqué publié hier 1er juin, il propose à la ministre de l’Education nationale « de porter, avec un collectif de professionnels de la presse et de l’édition, un grand projet d’envergure nationale, Presse dans l’éducation », pour que chaque établissement du second degré bénéficie de la presse en format numérique. « Faute de pouvoir accéder à des sources d’informations fiables et professionnelles, force est de constater que la désinformation répandue aujourd’hui sur Internet peut entraîner chez les jeunes de graves conséquences qui, a minima, nuisent à un apprentissage pertinent et objectif à la citoyenneté et au vivre-ensemble », estime-t-il.
 
 
 
Un nouveau visage pour A nous Paris sur le Web
Comme nous l’avions révélé le 3 mars dernier, A nous Paris lance son nouveau site Internet, à la fois en responsive design et mobile first. Pour Bruno Zaro, directeur général de l’hebdomadaire gratuit, qui a investi plusieurs dizaines de milliers d’euros pour débarquer sur le Web avec des ambitions significatives, l’heure est à la « sélectivité plutôt qu’à l’exhaustivité », en se concentrant sur ses territoires emblématiques : les bars, restos, parcours, expos, concerts, festivals, clubbing, cinéma, scènes, high tech, shopping, voyages… avec de nombreux enrichissements à la clé e termes de photos, d’audio de vidéos (galeries, écoute d’albums, bandes annonces, Web radio Deezer). Autre nouveauté, les internautes peuvent désormais personnaliser leur propre espace permettant l’agrégation et le partage de contenus et l’accès à des bons plans. 
 
 
 
Un nouvel appel à candidature pour la direction du Monde
Le trio d’actionnaires du Monde (Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse) relance le processus de nomination du prochain directeur du journal. Dans un mail aux salariés, envoyé le 27 mai, ils ont en effet lancé un nouvel appel à candidature. Les potentiels intéressés ont jusqu’au 10 juin pour se faire connaître. Les actionnaires dévoileront le nom de leur nouveau poulain le 15 juin, avant de soumettre ce candidat au vote de la rédaction, le 30 juin. Ce calendrier a été établi à l’issue d’une rencontre, la deuxième en dix jours, entre les actionnaires, la Société des rédacteurs du Monde (SRM) et le pôle d’indépendance. Le but est de mettre un terme à la crise de gouvernance dans laquelle est plongé le journal depuis deux semaines avant l’été. Le Monde n’a plus de directeur depuis le 15 mai et la démission de Gilles van Kote. Deux jours plus tôt, Jérôme Fenoglio, qu’il soutenait, n’avait pas obtenu les 60% nécessaires à sa nomination comme directeur, lors du vote de la rédaction. Il n’avait convaincu « que » 55% de ses collègues.
 
Le Figaro lancera un nouveau supplément art de vivre en septembre
Le Figaro planche actuellement sur la conception d’un nouveau supplément du quotidien, qui verra le jour en septembre. Placé sous la direction d’Anne-Sophie von Claer, directrice adjointe de la rédaction, il bénéficiera aussi de l’expertise de Laurence Benaïm en qualité de conseillère éditoriale du Figaro. Journaliste, écrivain, celle-ci a longuement collaboré au Monde, avant de créer Stiletto éditions en 2003. « Je suis enthousiaste à l’idée de travailler à l’élaboration d’un titre placé sous le signe de l’exclusivité et de la différence, et dont la mission éditoriale est de célébrer toutes les facettes de l’art de vivre, notre nouveau rapport au temps, au beau, au bon et défendre l’image autant que l’écriture, explique-t-elle. C’est pour moi l’occasion majeure d’apporter mon expérience magazine au sein d’un quotidien de référence, pour créer une griffe média de qualité alliant l’excellence et la diffusion ».
 
LVMH va racheter le Parisien-Aujourd’hui en France
Les rumeurs qui ont couru tout l’après-midi du 26 mai ont été confirmées par un communiqué du groupe LVMH. Déjà propriétaire des Echos, ce dernier a annoncé « être entré dans une période de négociations exclusives avec le groupe Amaury en vue de l’acquisition du Parisien/Aujourd’hui en France ». Ce projet est soumis à la consultation des instances du groupe Amaury et devra recueillir l’approbation de l’Autorité de la concurrence. « Ce quotidien reconnu et respecté contribuera à la performance de notre groupe de presse par sa forte complémentarité avec les titres qui le constituent aujourd’hui », souligne Francis Morel, le Pdg des Echos, qui devrait logiquement prendre la direction de l’ensemble. Selon le groupe Amaury, la transaction, si elle aboutit d’ici l’automne, concerne le Parisien/Aujourd'hui en France et ses filiales, ainsi que Amaury médias (sa régie), AM Diffusion et son imprimerie de Saint-Ouen. L’objectif : « accélérer la croissance de ses activités sportives (l’Equipe et ASO, NDLR) dans un marché très dynamique ».
 
 

En savoir plus ...

Réagissez

Quelles sont vos applications presse préférées ?

Donnez-nous votre avis

Réagissez ...

Dernière minute

7 clés pour comprendre la presse en 2015

Une formation incontournable sur l'univers de la presse

En savoir plus ...

A découvrir ...

Notre dernier magazine est tout chaud, il vient de sortir

  

 
   
  
L’événement
La nouvelle carte de la presse
En quelques mois, à la faveur d’opérations de cession d’actifs, le paysage de la presse a été profondément modifié. Avec l’arrivée en force de nouveaux acteurs, la montée en puissance de groupes existants, le retour aux affaires de vieilles connaissances et le recul de figures historiques. Les Clés de la presse vous propose une typologie des principaux acteurs : les nouveaux entrants, les boulimiques, les ambitieux et les sortants.

Le dossier
- Spécial bilan 2014/2015 : 16 pages d’analyses et de performances de diffusion et d’audience, famille par famille
- L’entretien avec Philippe Pignol et Olivier Royant: «Paris match doit s’imposer comme une marque participative».

Le reportage
Visite au sein de la drôle de rédaction de So press

Le portrait
Camille Dorival, nouvelle patronne d’Alternatives économiques

La vie de la presse
- 10 clés pour comprendre les défis du Spiil
- France routage a un appétit d’ogre
- Les ambitions de Newzulu-Citizenside
- Comment Mensquare veut devenir incontournable
 
 

En savoir plus ...

Découvrez les Clés de la presse

La lettre électronique
La lettre électronique
Le magazine ...
La lettre électronique