AccueilImprimerNous contacterAjouter aux favoris

A la Une

Une nouvelle formule pour Télé 7 jours

CMI France lance, le 18 janvier, une nouvelle formule de Télé 7 jours. Au programme, un nouveau look intérieur, une nouvelle rubrique et des pages jeux en plus. Une relance accompagnée d’une campagne TV.
 
 
 
Un mook pour ZigZag
Depuis 2011, ZigZag arpente les rues cachées de Paris pour dénicher les bonnes adresses et les secrets de la capitale. Après avoir construit un média en ligne influent, la petite équipe se lance dans la presse papier avec la publication, le 14 janvier, d'un mook trimestriel. Soutenu par une campagne sur KissKissBankBank, ZigZag le mag ambitionne de raconter les enjeux culturels de Paris à travers un format régulier mêlant enquêtes et dossiers de fond, où l'on retrouve les thématiques chères au webzine, dont la préservation du patrimoine. « L'idée est de pouvoir traiter des sujets de façon différente, en y consacrant plus de temps et en apportant de nouveaux sujets, en lien avec la transformation de Paris et les évolutions en matière de règles sanitaires, nous expliquait son président, Vincent Dupuis, dans les Clés de la presse du 1er décembre. Avec la diminution des revenus publicitaires, le confinement a été un accélérateur dans le processus de décision. C'est à la fois un projet dont on rêvait et une manière de continuer à exister. » Au-delà de ce lancement, la rédaction de ZigZag planche sur des projets de podcasts, sous forme d'entretiens avec des influenceurs et entrepreneurs dans l'univers de l'histoire et du patrimoine, et sur un nouveau concept de visites guidées couplées à des expériences de jeux de piste.
 
 
 
Les radios du service public à l’honneur dans un marché qui se tasse
Le paradoxe est étonnant. Il y a bien longtemps que la radio n’a pas été aussi peu écoutée par les Français, selon l’enquête 126 000 dont Médiamétrie a publié, hier 14 janvier, les résultats pour la période novembre-décembre 2020. Mais jamais les audiences des stations du service public n’ont été aussi hautes. Il faut dire que la période étudiée, du 2 novembre au 27 décembre dernier, a été atypique, avec le 2ème reconfinement, puis un déconfinement progressif à partir du 15 décembre, avec le rétablissement d’un couvre-feu de 20 heures à 6 heures du matin. + de détails
 
Les attentes des journalistes en matière de relations presse
Comme chaque année, Cision interroge les journalistes pour mieux connaître leurs pratiques au quotidien et comment ils perçoivent leur collaboration avec les communicants. Réalisée auprès de 3251 journalistes dans plus de 15 pays, l’étude révèle les objectifs et défis des journalistes, leurs attentes envers les professionnels des relations presse, ainsi que certaines différences entre les pays. Décryptage. + de détails
 
Une quatrième non-parution pour l'Equipe
La situation se tend à l’Equipe. Le quotidien n’est pas paru les 9, 10 et 11 janvier en raison d’un mouvement social de la rédaction qui demande le retrait des plans de sauvegarde de l’emploi lancés par le groupe Amaury. Fin octobre, les syndicats avaient déjà repoussé l’accord de performance collective proposé par la direction du groupe avant l’été, s’estimant victimes d’un « chantage à l’emploi ». Et ce n’est pas fini : la rédaction a choisi, hier soir, de reconduire le mouvement. Le journal ne devrait donc pas paraître une nouvelle fois ce mardi 12 janvier. France football, en revanche, sera bien présent chez les marchands de presse.
Pour l’instant, les discussions paraissent figées. Selon Stéphane Antoine, élu SNJ-CGT, cité par l'AFP, trente-six postes (sur 330) sont menacés de suppression. D’un côté, les syndicats demandent le « retrait » du plan de sauvegarde de l'emploi, « ou alors un projet complètement différent, qui supprime beaucoup moins d'emplois », et de meilleures conditions de départ. De son côté, la direction du journal indique qu'elle « poursuit le calendrier de concertation fixé avec les représentants syndicaux en ce troisième mois d'information » : réunion sur les conditions de départ aujourd’hui 12 janvier, réunion de la commission hygiène et sécurité sur les conditions de travail lié au plan de réorganisation le 13 janvier, cinquième réunion d’information consultation du CSE le 14 janvier, avec présentation du rapport de l’expert mandaté par le CE. En attendant, une nouvelle assemblée générale, organisée par l'intersyndicale, est prévue aujourd’hui.

« L’agence France info n’a jamais été aussi nécessaire »
Cinq ans tout juste après sa création, le 12 janvier 2016, l’agence France info a rempli ses objectifs initiaux en matière de centralisation et de vérification de l’information. « Nous avons été des précurseurs, affirme même sa fondatrice,
Estelle Cognacq, directrice adjointe de la rédaction. A l’heure des fake news et de la défiance toujours aussi forte des Français à l’égard des médias, notre rôle n’a même jamais été aussi nécessaire ». Entretien.

 
  
Un nouveau magazine outdoor en précommande sur KissKissBankBank
Dernière ligne droite pour Forrest, un nouveau magazine en préparation porté par Outdoor éditions, éditeur des revues VO2 run et Trails endurance, et le studio Ellair, pour la partie graphique. Il lui reste moins de dix jours pour boucler son opération de financement participatif sur la plateforme KissKissBankBank. « La campagne de pré-commande, entamée en décembre, vient en effet d'atteindre le premier palier, avec 20 000 euros collectés, nous explique l’un de ses promoteurs, Quentin Guillon. Franchir ce premier objectif était la condition sine qua non afin que Forrest voie le jour. La campagne se termine le 20 janvier. Ces dix jours sont très importants pour atteindre les autres paliers (25 000, 30 000 et 45 000 euros) ». Ceux-ci seraient synonymes, dans l’ordre, d’une meilleure qualité photo, d’une rémunération des contributeurs, de la sortie d’un 2ème opus, voire de la pérennité du projet. Le projet ? « Un carnet de voyage de 208 pages à la frontière entre l’art et la course à pied », ou « un objet littéraire, graphique et photographique », précisent ses fondateurs sur KissKissBankBank.
 
 
 
La Fondation Jean-Jaurès lance son observatoire des médias
Dirigé par David Médioni, ancien journaliste de CB news, puis fondateur et rédacteur en chef du magazine littéraire en ligne, Ernest, cet observatoire des médias a pour objectif de réfléchir et analyser le fonctionnement des médias en termes économiques, sociologiques et professionnels. Son ambition est « d'être un lieu de réflexion, de propositions et d'analyse à la fois de l'économie des médias, mais aussi des contenus, sans jamais entrer dans une critique idéologique, précise la fondation dans un communiqué. Cet observatoire souhaite décrypter les dimensions économiques de l'univers médiatique ainsi que la dimension narrative des signes, images, sons et récits que produisent les différents médias (presse écrite, site web, radio, télévision, vidéo…) ».

 
 
La diffusion des quotidiens nationaux toujours en hausse en novembre
La diffusion des quotidiens nationaux a progressé de 2,97% en un an, selon les déclarations déposées mensuelles à l’ACPM pour le mois de novembre. Comme les mois précédents, c’est le Monde qui performe le plus avec une progression de sa diffusion France payée de 21,58%, à 416 275 exemplaires, devant Libération (+9,38% à 78 173 exemplaires), les Echos (+3,21% à 136 394 ex) et le Figaro (+1,09%, à 346 725 ex). Tous les autres titres affichent une diffusion en baisse, notamment Aujourd’hui en France (-17,54%, à 74 922 ex) et l’Equipe (-12,61% à 192 499 ex). En presse quotidienne régionale, Ouest-France reste stable (-0,74% à 638 065 exemplaires).
 
TF1 et France télévisions démarrent 2021 sur les chapeaux de roue
Une fois n’est pas coutume, le début de l’année est marqué, pour France télévisions et TF1, par l’arrivée de nouveaux programmes sur leurs antennes. Pour le groupe de télévision publique, cette rentrée est placée sous le sceau de l'information, du bien-être et de l'art de vivre, et de la culture et la connaissance. Parmi les nouveautés marquantes annoncées par Stéphane Sitbon-Gomez, le nouveau directeur des antennes et des programmes du groupe, citons une déclinaison mensuelle de l'émission de France inter Affaires sensibles, en 2ème partie de soirée sur France 3 ; trois nouvelles émissions sur le bien-être et l'art de vivre (confiées notamment au jeune chef Mory Sacko et à Michel Cymes) ; ou encore deux nouveaux rendez-vous quotidiens sur France 5 animés par Jamy Gourmaud et Karim Rissouli ; sans oublier de nouvelles fictions et documentaires.
A TF1, les innovations éditoriales concernent surtout les fictions françaises et étrangères (comme la série italienne Doc, qui débute le 6 janvier), le 13 heures (avec Marie-Sophie Lacarrau) et le renouvellement des franchises en place (notamment Koh Lanta, The Voice, Ninja warrior et Stars à nu). Mais le principal événement de ce début 2021, pour la chaîne la plus puissante d’Europe, est la mise à l’antenne d’un nouvel habillage (le précédent datant de 2013) dont l’objectif est « de premiumiser et de fluidifier l’antenne, pour un meilleur impact et une plus grande visibilité », explique Xavier Gandon, le directeur des antennes du groupe. + de détails
 
 
 
Les chantiers de la rentrée
Les éditeurs de presse, et les médias dans leur ensemble, ont été très affectés par la crise sanitaire et la faillite de Presstalis, qui vont entraîner de sérieuses réductions d’effectifs et réorganisations. Ils espèrent tous connaître une embellie en 2021, notamment sur le plan publicitaire, avec l’avènement de la télévision segmentée ou l’essor du DAB+ pour la radio. Sur le numérique, la fin du moratoire accordé par la Cnil jusqu’au 31 mars 2021 oblige les éditeurs de sites à se mettre en conformité d’ici là, en particulier sur le consentement des internautes. Les médias espèrent aussi un retour rapide à la normale en matière sanitaire pour reprendre leurs activités événementielles, qui étaient devenues ces dernières années l’un des piliers de leurs stratégies de diversification. Et que dire des acteurs du monde de la culture, comme le cinéma, qui auront connu une année 2020 quasi vierge. A la télévision, le début de l’année sera aussi marqué, sur le front de l’info, par la nouvelle bataille du 13 heures et la recherche, par la Ligue de football professionnel (LFP), d’un nouveau diffuseur de la Ligue 1 et de la Ligue 2, après le fiasco de Mediapro. En presse, enfin, les éditeurs devront faire preuve de créativité et d’innovation, en espérant que les grands événements sportifs, reportés l’an dernier (en particulier le championnat d’Europe de football et les Jeux olympiques de Tokyo) pourront avoir lieu. Etat des lieux. + de détails

 
 
Les 5 stratégies de rebond des 25-54 ans
Après une année 2020 très particulière, NRJ global débute 2021 avec la publication d’une étude sur la cible des actifs 25-54 ans, « une cible stratégique au cœur de la consommation et de la relance de notre économie, explique sa présidente, Cécile Chambaudrie. Pour préparer au mieux l’année qui vient, il est essentiel de les comprendre, d’anticiper leurs attentes et leurs envies ». Pour le faire, l’institut Storymind, créé par Jean-Emmanuel Cortade de la Saussay, a imaginé et réalisé une étude, à la fois qualitative, quantitative et sémiologique, dont les résultats ont permis d’identifier cinq stratégies de rebond. « L’un des premiers enseignements à retenir est que l’écart entre ce qui est dit et ce qui est fait n’a jamais été aussi grand », précise-t-il. Décryptage. + de détails
 
La nouvelle plateforme numérique de l’Equipe attendue avant l’été
L’Equipe planche actuellement sur la mise en œuvre, avant l’été, de sa nouvelle plateforme numérique. « La transformation du modèle économique du groupe passe par une accélération du développement de notre pôle TV et de notre pôle numérique, notamment par le développement de notre offre vidéo, explique son directeur général, Jean-Louis Pelé. J’ai souhaité que Laurent Prud’homme, professionnel reconnu aussi bien dans l’univers du sport que dans le monde de l’audiovisuel, rejoigne notre groupe afin d’accélérer le développement de notre offre TV et vidéo. Il a également pour mission de coordonner la mise en place de notre future plateforme, pour laquelle notre ambition est qu’elle devienne la première plateforme de diffusion de sport en France ». 
 
Gros plan sur notre classement des 30 premiers éditeurs de presse en France
Les Clés de la presse publie, dans son édition du jour, la 13ème édition de son traditionnel classement des éditeurs de presse, construit sur la base des chiffres d’affaires 2019. Pas de changement majeur dans la hiérarchie cette année : les groupes Figaro, Ouest France et Ebra conservent toujours, dans cet ordre, les trois premières places. Derrière, Reworld média confirme son émergence, en passant du 18ème au 6ème rang grâce à l’absorption de l’ex-Mondadori, et Webedia monte encore en puissance pour s’imposer 4ème du classement, à une encâblure du trio de tête. « Globalement, les chiffres montrent la poursuite de la baisse régulière depuis dix ans, analyse Jean-Clément Texier, président de la Compagnie financière de communication, mais aussi de Ringier France et de l’Ecole de journalisme et de communication de l'Université d'Aix Marseille, dans le long entretien (10 pages) qu’il nous a accordé pour l’occasion. Pour 2020, il faut s’attendre à un effondrement d’activités important ». Entretien et décryptage. + de détails
 
 
 
Médiacités va s’implanter dans une cinquième ville en 2021 
Le site d’investigation locale, déjà présent à Lille, Lyon, Nantes et Toulouse, débute une levée de fonds de 450 000 euros pour ouvrir une nouvelle édition dans une cinquième ville. « Sur les dix villes dans lesquelles Médiacités est le plus consulté, trois se situent déjà en dehors de nos zones de diffusion, précise Jacques Trentesaux, son cofondateur et directeur de la rédaction. L’indication est claire : nous sommes attendus dans de nouvelles métropoles où l’investigation journalistique fait défaut. » Bordeaux, Rennes, Montpellier, Nice, voire Paris, le choix n’est pas précisé, mais l’objectif est déjà là. L’ouverture de cette édition doit permettre d’atteindre 9 000 abonnés d’ici l’été 2023 (contre 4000 aujourd’hui), afin d’atteindre l’équilibre économique. Sans publicité, le modèle repose d’abord sur ses lectrices et ses lecteurs, qui apportent 84% de son chiffre d’affaires. Les 16% restants proviennent de partenariats éditoriaux avec Mediapart et France 2.

 
 
Bas les masques se positionne sur le créneau de l’information santé
Un nouveau venu, Bas les masques, débarque sur le marché de l’information santé. Média en ligne gratuit et indépendant, il est créé et porté par un collectif de professionnels de santé mais aussi de journalistes et de citoyens, avec le soutien de trois groupes de presse (Mica, le magazine numérique ; 121 médias, éditeur de Atlantico.fr et de Fildmedia.com, et Causeur, le site d'actualité animé par la journaliste Élisabeth Lévy), pour proposer un autre regard, libre et objectif sur l’actualité. « Nous voulons créer un échange pour lutter contre la pensée unique sur ce dossier, en permettant le débat et l’expression libre », nous explique Xavier Legay, responsable éditorial. Présent sur Internet et les réseaux sociaux, Bas les masques vit uniquement de la générosité de ses donateurs, sans aucune publicité. « Notre boussole est de dire la vérité sans filtre sur les sujets qui comptent ».
 
Xavier Niel s’apprête à sécuriser ses participations dans la presse dans un fonds de dotation
Comme il l’avait déjà évoqué il y a un peu plus d’un an, Xavier Niel va transférer dans un fonds de dotation sa participation dans le groupe le Monde, afin qu’elle ne puisse plus être cédée. « Le projet annoncé fin 2019 devrait voir le jour au cours du premier trimestre 2021 », précise le groupe dans un communiqué. Elle concerne « la participation dans le capital du groupe le Monde détenue, actuellement ou dans le futur, directement ou indirectement, par Xavier Niel », mais aussi, à moyen terme, sa participation au sein de l'Obs et ses participations majoritaires au sein des journaux français (comme Nice matin, France Antilles ou Paris turf). Sollicité par l'AFP, Xavier Niel a précisé « qu'il ne tirerait aucun intérêt fiscal de la création du fonds de dotation et qu'il avait pour seul objectif de consolider l'indépendance des titres du groupe », avant d’ajouter que « le fonds de dotation est bien évidemment ouvert à tous les autres actionnaires du Monde libre ».
 
 
 
Pif relancé par l’ancien ministre Frédéric Lefebvre
Le magazine Pif est de retour dans les kiosques. Après plusieurs relances effectuées ces dernières années par l’Humanité, c’est cette fois un ancien député et ancien ministre de Nicolas Sarkozy qui est à la baguette. Dans un entretien publié sur le site du Journal du dimanche, Frédéric Lefebvre assure en avoir fini avec la politique, après avoir démissionné de ses fonctions publiques fin 2019. « Avec quelques contributeurs, nous avons racheté et relancé les éditions Vaillant en accord avec l'Humanité, précise-t-il. Elles portent toute la partie édition-impression-distribution de Pif le mag ». Le nouveau magazine, dont le premier numéro a été tiré à 120 000 exemplaires, adopte une périodicité trimestrielle, avec une ligne éditoriale tournée « vers l'écologie, l'humanisme, la solidarité, la défense des animaux », assure-t-il. Avec son associé Bernard Chaussegros, ancien président d'Euromedia France, Frédéric Lefebvre entend faire du nouveau Pif « un magazine transgénérationnel, familial qui aborde les grands enjeux (du) siècle ». Les gadgets, cadeaux emblématiques de la marque, sont présents mais désormais garantis sans plastique tel le mini-jeu de l'oie ou le sapin à planter prévus pour le premier numéro.
 
 
 
Portrait-robot des influenceurs français
Ne dites plus influenceur, mais créateur de contenu. C’est ce que souhaitent ces rois de l’influence (ils sont 150 000 en France), selon la dernière étude que Reech vient de leur consacrer. « Depuis quatre ans, notre objectif est de peindre un portrait fidèle des influenceurs, de connaître leurs usages des plateformes et de mieux comprendre ce qui les motive à collaborer avec les marques », explique Guillaume Doki-Thonon, le cofondateur de l’agence. Gros plan sur cette 5ème édition. + de détails
 
Prisma média sur le point d’être racheté par Vivendi
Le groupe Vivendi a annoncé, le 14 décembre au matin, être entré en négociations exclusives avec Gruner + Jahr (groupe Bertelsmann) pour l’acquisition de Prisma média. S’il ne s’agit pas d’une réelle surprise, car le groupe allemand cherchait depuis trois ans à se séparer de sa filiale française, mais les discussions engagées avaient toujours échoué sur le prix, jugé excessif par les acheteurs potentiels, c’est un véritable séisme, car Prisma média, créé en 1978 par Axel Ganz, est aujourd’hui l’un des principaux groupes de presse français avec un chiffre d’affaires 2019 de 304 millions d’euros et des marques comme Femme actuelle, Télé loisirs, Geo, Capital, Ça m’intéresse ou Gala. + de détails
 
 
 
« 60 millions de consommateurs doit rattraper son retard numérique »
Pour ses 50 ans, 60 millions de consommateurs s’est prêté au jeu de la rétrospective, dans un numéro anniversaire et sur le Web. Mais c’est bien vers l’avenir que se tourne sa rédactrice en chef, Sylvie Metzelard, en accélérant le chantier numérique du magazine de l’Institut national de la consommation. « Nous partons de loin, reconnaît-elle, mais nous bénéficions d’un potentiel important avec des informations à forte valeur ajoutée ». Reste à convaincre les internautes à acheter au numéro et, surtout, à franchir le cap de l’abonnement numérique. Entretien. + de détails

 
 
9 publicitaires sur 10 prévoient d'augmenter leurs investissements sur la TV digitale
En période d'incertitude, annonceurs et agences comptent se tourner davantage vers les formes de publicité TV digitales, affirme FreeWheel, spécialiste de la monétisation vidéo premium et multi-écrans, dans une étude européenne menée en partenariat avec l'institut d'étude Colab. Une tendance qui devrait être renforcée par l'avènement de la télévision adressée en 2021. En Europe, la France est le pays le plus optimiste sur l'augmentation des budgets marketing, malgré le contexte actuel de crise sanitaire. + de détails
 
Le Figaro met le cap sur les 500 000 abonnés numériques
Quelques semaines après avoir passé le cap des 200 000 abonnés numériques, le Figaro vise désormais la barre des 500 000. « Si nous pouvons les atteindre pour les 200 ans du Figaro en 2026, ce serait une belle réussite », a déclaré le 8 décembre Bertrand Gié, le directeur délégué du pôle news du groupe, lors du Mobile marketing forum 2020. Pour y parvenir, le Figaro mise beaucoup sur le mobile, qui représente déjà les trois quarts de sa fréquentation digitale mensuelle, et notamment son application, « un levier qui permet de travailler sur l’engagement », souligne Bertrand Gié. Une nouvelle version de cette application sera d’ailleurs lancée « dans quelques semaines ».
 
 
 
Le développement de l’audio digital est « une tendance de fond »
L’essor rapide de l’audio digital en 2020 n’est pas juste la conséquence de la crise sanitaire et des deux confinements. « C’est une tendance de fond, a assuré Gautier Picquet, le président de l’ACPM, en ouverture de la 3ème édition d’Innov’audio Paris, organisé cette semaine en version 100% digitale. Ce nouveau mode de diffusion constitue pour les médias une nouvelle source de diversification qui n’en est encore qu’à ses débuts ». Retour sur un événement qui a permis de montrer comment tout l’écosystème digital se met en place peu à peu, de la création de contenus à leur diffusion, en passant par la production et la monétisation des podcasts. + de détails
 
Pourquoi Prisma média revoit sa stratégie d’innovations
Le groupe Prisma média a fait de l’innovation, depuis plusieurs années, l’un des moteurs de sa stratégie de développement. Après l’avoir favorisé en interne en multipliant les laboratoires (le Content pool, l’innovation lab, le Women open lab, la maison Eureka ou l’incubateur Demain), il choisit désormais de le concentrer au sein de l’unique Prisma inno lab. « Notre objectif est de simplifier notre organisation pour amplifier le développement de nouveaux business », nous explique Youri Jedlinski, le directeur de la nouvelle structure. + de détails

Le Monde en avance sur ses objectifs numériques
Le Monde comptera 450 000 abonnés à la fin de l'année et pourrait atteindre son objectif d'un million d'abonnés en avance, dès la fin de 2023 au lieu de 2025, indique son directeur, Jérôme Fenoglio, dans un entretien à l'hebdomadaire italien l'Espresso. « Nous allons terminer cette année avec 350 000 abonnés numériques et 100 000 abonnés papier, précise-t-il. Cela veut dire que nous ne serons pas très éloignés de 500 000 abonnés fin 2020, soit à mi-chemin de l'objectif d'un million d'abonnés que nous nous étions fixés pour 2025 ». Pour lui, « les choses vont tellement vite que nous pensons même que nous atteindrons cet objectif en avance, fin 2023. Le boom des abonnements, qui s'accélère depuis trois ans, compense en grande partie nos pertes dans les autres secteurs ». Il y a un an, le Monde comptait quelque 230 000 abonnés purement numériques, et 180 000 fin 2018. « Un million d'abonnés, ce sera une révolution, ajoute-t-il. Cela va changer en profondeur notre chiffre d'affaires, qui sera beaucoup plus stable, beaucoup moins exposé aux aléas de la publicité. Mais la publicité reste une ressource importante, et je pense que c'est bien pour un journal qui veut rester indépendant d'avoir un chiffre d'affaires équilibré, de ne pas dépendre entièrement de ses abonnés ».

 
 
Binge audio renforce son offre payante
Binge audio s’apprête à lancer, le 9 décembre, sa première lettre hebdomadaire par abonnement en audio et mail. Baptisée la Dose, elle proposera de nouveaux angles sur les sujets de société, des approfondissements, des recommandations et des témoignages. Elle reprendra chaque semaine une question posée par un auditeur, à laquelle répondront les meilleures plumes de la rédaction ou des auteurs invité de renom. La version audio (10 mn environ) sera accessible via des flux privés authentifiés dans les applications de podcasts (Apple podcasts, Podcast addict, PocketCasts, etc.), et s’appuie sur la solution Audiomeans. Chaque abonné aura accès aux deux formats et sera libre de privilégier l’un ou l’autre. + de détails

Une campagne de financement participatif pour pérenniser We demain 100% ado
Devant le succès du premier numéro, vendu à 35 000 exemplaires au début de l’année, We demain 100% ado lance une campagne de financement participatif sur KissKissBankBank pour publier un n°2 et pérenniser le titre dans la durée. Imaginé par les frères Siegel en partenariat avec le groupe Bayard autour de Phosphore et d’Okapi (cf. les Clés de la presse du 17 décembre 2019), ce projet dépend désormais de la générosité de ses lecteurs potentiels. Avec 1500 abonnés, We demain 100% ado adoptera une périodicité semestrielle, et 3000 abonnés permettraient de financer e passage du magazine en trimestriel, avec la création d’une équipe dédiée de journalistes et de graphistes. Avec 4500 abonnés, « nous lancerons une campagne de communication pour faire connaître le titre à d’autres parents et d’autres enfants », affirment ses fondateurs. Enfin le quatrième palier de 6000 abonnés financerait une série de rencontres « live », diffusée sur les plateformes vidéo, en donnant la parole à des personnalités inspirantes.

 
 
Deux influenceurs lancent un magazine de lifestyle parisien
Fondé en juin, Fresh magazine ambitionne de raconter l’art de vivre à la française dans un format de quadrimestriel gratuit distribué en Ile-de-France. A la manœuvre, deux amis influenceurs passionnés par la vie culturelle, la mode et la gastronomie parisiennes, qui se donnent pour mission d’installer un guide d’une centaine de pages dans des lieux premium, dont des boutiques, des hôtels et des instituts de beauté, à compter de décembre. Au sommaire : des rencontres avec des chefs de restaurants gastronomiques, dont le vainqueur de Top Chef, David Gallienne, et des artistes, tels que le musicien Charlie O. Avec un parti pris : valoriser le made in France afin de soutenir les acteurs culturels dans une période difficile. « Notre lancement a pris du retard à cause de la crise du Covid-19, nous explique Yanis Bargoin, co-rédacteur en chef avec Janaina De Macedo, créatrice du compte Instagram Parisabor. Ce premier numéro pilote est présenté aux business angels, on prévoit une année pour être rentable. » + de détails
 
Bernard de la Villardière lance un nouveau média social axé sur la proximité
Un nouveau média social 100% vidéo a été lancé, hier 30 novembre, par Bernard de la Villardière, journaliste-animateur-producteur sur M6. Baptisé Neo, il se positionne comme « un média digital grand public national et généraliste, qui valorise la proximité et les initiatives locales, explique-t-il. Neo veut mettre en lumière les engagements, les aspirations et les convictions qui animent le pays ». Partant du constat que la proximité, la solidarité et le local suscitent désormais l’adhésion des Français, « Neo veut être un acteur majeur de la reconstruction de la société sur ces nouveaux fondement », ajoute-t-il. + de détails
 
 
 
L’article 24 de la loi sur la sécurité globale sera réécrit
Lors d'une conférence de presse tenue à l'Assemblée nationale le 30 novembre, les patrons des groupes LREM, Modem et Agir ont annoncé une « réécriture totale » de l’article 24 de la loi sur la sécurité globale, contesté par les médias dans leur ensemble, portant sur la diffusion d'images des forces de l'ordre. Cette réécriture sera soumise au gouvernement pour discussion. Cette initiative, qui survient après une forte période de tensions et de couacs entre le Parlement et le gouvernement, vise à rassurer les députés, dont même les plus loyalistes se sont sentis malmenés. Prenant acte que « des incompréhensions subsistaient », ils ont choisi de revoir la copie. Mais ces incompréhensions « ne doivent pas écarter les nombreuses avancées que ce texte contient », a souligné Christophe Castaner, président du groupe LREM à l’Assemblée nationale, en insistant sur le besoin de garantir la liberté de la presse. « L'article 24 n'aurait nullement impacté les images que nous avons vues ces derniers jours », a-t-il assuré.
 
 
 
L'un des derniers « patrons de presse »
Jean-Louis Servan-Schreiber est décédé, le 28 novembre, des suites du Covid-19, à l’âge de 83 ans. Ce journaliste, fils de l’un des fondateurs des Echos, a été l’un des grands visionnaires de la presse de la 2ème moitié du 20ème siècle, avec le lancement de l’Expansion, puis la relance de Psychologies. Pour lui rendre hommage, nous avons demandé à Arnaud de Saint Simon, son ancien complice des années Psychologies d’évoquer son souvenir. Qu’il en soit ici remercié. + de détails
 
 
 
 
De nombreuses innovations presse
En cette fin d’année, les projets de lancements de presse sont nombreux. Dans des univers différents comme la presse jeunesse avec Sporteen, nouveau magazine de sport pour les 9-14 ans, ou Touk Touk, un magazine ludo-éducatif pour les 3-7 ans qui repense son modèle. De son côté, ZigZag s’apprête à se lancer en janvier sur papier pour prolonger l’expérience du média en ligne de proximité. + de détails
 
La nouvelle rédaction en chef de l’Obs
A peine en poste, Cécile Prieur, directrice de la rédaction de l’Obs, vient de nommer la nouvelle équipe de direction de la rédaction et de rédaction en chef. Clément Lacombe et Grégoire Leménager sont ainsi promus directeurs adjoints de la rédaction, et formeront avec elle la direction éditoriale du journal, pour « impulser les sujets, les contenus et les formats à la fois sur le Web et sur le magazine », est-il précisé dans un communiqué. Ils seront secondés par Nolwenn Le Blevennec, nommée rédactrice en chef chargée du numérique, en charge du développement de la stratégie d’abonnement numérique, de la conception de nouveaux formats et de l’innovation éditoriale, et de François Sionneau, qui conserve ses fonctions de rédacteur en chef Web, centré sur l’actualité, la programmation et la bonne exposition de tous les contenus. Du côté du magazine, Géraldine Mailles conserve ses fonctions de rédactrice en chef chargée de la conception et la réalisation de chaque édition et Serge Ricco, celles de directeur de la création et de directeur artistique.

 
 
La pression monte contre le projet de loi sur la sécurité globale
Les principales organisations d'éditeurs de presse françaises ont adressé un courrier commun au Premier ministre Jean Castex pour exprimer leur inquiétude face à « la multiplication d'actions législatives sanctionnant la presse », et défendre la loi de 1881 qui consacre la liberté d'informer. « Cette malheureuse série a commencé par la rédaction ambiguë du schéma national de maintien de l’ordre, ambigüité aggravée depuis par les propos du ministre de l’Intérieur, pouvant laisser croire à une obligation pour les journalistes d’effectuer une demande d’accréditation auprès des pouvoirs publics pour couvrir une manifestation, soulignent l'Alliance de la presse (qui représente la presse quotidienne nationale et régionale, plus les hebdos régionaux), le SEPM (presse magazine), le Spiil et la FNPS (presse spécialisée). Une telle perspective serait évidemment inacceptable et contraire tant à l’esprit qu’à la lettre de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse. Le travail de la presse doit rester libre, y compris et surtout lors des manifestations. La volonté affirmée d’assurer la protection des journalistes ne peut se traduire in fine par un encadrement et un contrôle accru de leur travail ». + de détails

« Avec Epicurieux, Webedia veut transmettre le goût du savoir »
En s’associant à Jamy, Webedia ajoute une nouvelle corde à son arc : la connaissance au sens large, avec des programmes réguliers de vidéos consacrés à l’alimentation, à la science ou encore aux personnages historiques inspirants. Dans le dispositif, l’animateur-vulgarisateur apporte sa fidèle communauté, née pendant le confinement, et Webedia son savoir-faire en distribution digitale, nous explique Michèle Benzeno, directrice du développement de Webedia. Entretien. + de détails

 
 
Leur stratégie pour recruter des abonnements numériques
A l'occasion de l'IAB adtech summit 2020, près de cinquante experts du marketing digital étaient invités à partager leur vision des enjeux de demain en matière de data, de technologie, de publicité et d'information. Retour sur quatre cas concrets, avec Louis Dreyfus (le Monde), Pierre Louette (les Echos-le Parisien), Fabrice Bazard (Ouest-France) et Claire Leost (CMI France). + de détails

Radioplayer France sera lancé au printemps
Née de l’association entre Lagardère news, les Indés radios, le groupe M6, NextRadioTV, le Ggroupe NRJ et Radio France, la plateforme commune de radios sera officiellement lancée au printemps. Baptisée Radioplayer France, cette application sera disponible sur toutes les interfaces connectées. L’objectif est triple : proposer une offre simple aux constructeurs automobiles afin de fournir des flux de métadonnées et un système radios intelligences hybrides ; développer une forte présence des radios sur smartphones avec une application innovante et intuitive ; et obtenir une place de choix sur les assistants vocaux et objets connectés grâce à des développements spécifiques au marché français. + de détails
 
 
 
Avec Sur le vif, Ouest-France s’adresse aux 18-25 ans
Ouest-France lance une nouvelle offre d’information à destination des 18-25 ans baptisée Sur le vif. Ce dispositif, gratuit sur inscription pendant un an, prévoit un espace dédié sur le site du journal, afin de rassembler dans un endroit identifié les centres d’intérêts (séries, sport, témoignages, initatives…). Sans pour autant produire des sujets qui leur sont spécifiquement dédiés, tient à préciser Olivier Porte, directeur du marketing de Ouest-France. « Nous ne sommes ni Phosphore, ni l’Etudiant, ajoute-t-il. Cette offre est une porte d’entrée vers Ouest-France, nous souhaitons montrer aux 18-25 ans qu’il y a plein de choses qui les concernent. On leur dit : ‘on veut s’investir avec vous. Si la qualité est au rendez-vous, vous deviendrez lecteurs, puis abonnés’. » 

En savoir plus ...

Réagissez

Quelles sont vos applications presse préférées ?

Donnez-nous votre avis

Réagissez ...

Dernière minute

Comment réussir sa commercialisation digitale

A l'heure où le numérique est incontournable, pour les médias comme pour les agences et les annonceurs, les Clés de la presse organise, le 29

En savoir plus ...

A découvrir ...

Notre nouveau magazine est tout chaud, il vient de sortir

 
 
   

Un événement de 14 pages sur le paradoxe de la presse
La presse traverse, avec la crise sanitaire et la liquidation judiciaire de Presstalis, l’une des pires périodes de son histoire. Paradoxalement, les marques de presse n’ont jamais été aussi puissantes, comme le montrent les premiers chiffres de la nouvelle étude d’audience, dévoilés fin juin par l’ACPM.

Une enquête de 22 pages sur l'audio dans la presse et les médias
La presse, et les médias en général, se sont lancés dans l’aventure des podcasts. Ces nouveaux contenus, adaptés à l’écoute en mobilité et hyper-distribués sur les applications d’écoute, sont un bon moyen de séduire et fidéliser les utilisateurs.
 
Un grand entretien de 9 pages avec Eric Fottorino
Depuis 2014, année de lancement du 1, l’ex-directeur du Monde n’a eu de cesse de promouvoir un journalisme à rebours de l’immédiateté du numérique, dénué de publicité. Dans un contexte de crise post-Covid-19, il part en guerre contre un adversaire de taille, Presstalis, dont la faillite a entraîné de graves conséquences dans la distribution de la presse, mais il continue de croître dans l’innovation éditoriale. Après le 1, America et Zadig, il vient de lancer Légende.
 
La tendance du moment dans les médias
La crise de confiance pousse les médias à inviter le public dans la fabrique de l’info, avec un maître-mot : la transparence. Un challenge pour les rédactions qui innovent pour créer un lien nouveau avec leur public.
 
 
 

En savoir plus ...

Découvrez les Clés de la presse

La lettre électronique
La lettre électronique
Le magazine ...
La lettre électronique