AccueilImprimerNous contacterAjouter aux favoris

A la Une

Le Point renoue avec les grands entretiens

C’est devenu une marque de fabrique du Point sous la direction d’Etienne Gernelle. Le news magazine renoue, cette semaine, avec le numéro en kiosque le 31 octobre, avec les grands entretiens qui lui permettent non seulement de faire le buzz, mais aussi de doper ses ventes au numéro. Cette fois, c’est Nicolas Sarkozy qui sort de son silence médiatique pour livrer, sur dix pages, son regard sur l’Europe, les relations entre l’Orient et l’Occident, Emmanuel Macron, Trump, Poutine, Mohamed ben Salmane, la Turquie, la Chine, l’Italie, Angela Merkel, mais également sur l’exercice du pouvoir. Pour mémoire, le premier entretien d’Emmanuel Macron après son élection, publié en août 2017, représente tout simplement la 3ème meilleure vente de l'histoire du journal (avec des ventes au numéro de 162 000 exemplaires, pour une moyenne de 53 000), derrière le 11 septembre 2001 et l'élection de Nicolas Sarkozy en 2007. Et l’interview de Laeticia Hallyday est la meilleure vente de 2018 avec 136 000 exemplaires. 
 
 
 
Les ambitions du nouveau VSD
Un peu plus de quatre mois après sa reprise par Georges Ghosn auprès du groupe Prisma média, VSD reprend l’offensive, le 31 octobre, avec une nouvelle formule mensuelle rodée depuis le mois de juillet. Si le nouveau propriétaire veut conserver l’ADN de la marque (la culture, les sports extrêmes, le photojournalisme), l’abandon de la périodicité hebdomadaire l’oblige à revoir son positionnement et son traitement de l’information. Place désormais aux enquêtes, contre-enquêtes, aux opinions, aux humeurs, à l’art de vivre, le lifestyle, la découverte de nouveaux lieux et de nouvelles saveurs, ou encore le bien-être physique et mental, réalisés par une rédaction d’une quinzaine de journalistes dirigée par Christophe Gautier. + de détails

« Lanceur d’enquêtes est une contre-offensive citoyenne »
Le journal en ligne Médiacités, implanté à Toulouse, Lille, Lyon et Nantes, a lancé le 1er octobre une plateforme d’alerte locale sécurisée, Lanceur d’enquêtes. Son cofondateur, Jacques Trentesaux, nous explique comment cet outil s’inscrit dans la logique d’investigation locale de son média. Entretien. + de détails
 
 
 
Lagardère active conforte son positionnement féminin avec une nouvelle marque sociale
Lagardère active, l’éditeur de Elle, annonce officiellement le lancement d’une nouvelle marque média exclusivement sociale. Baptisée Now, pour New original women, elle existe d’ores et déjà sur Facebook et Instagram, avec plusieurs milliers d’abonnés recrutées depuis juin. Destinée aux femmes millenials, elle s’intéresse à la mode, la beauté, la culture, l’amour, l’amitié, la cuisine et les voyages, avec des rendez-vous quotidiens à base de breaking news, d’inspirations mode et beauté, d’astuces et de bons plans.

Maxi repart à la conquête des kiosques 
L’hebdomadaire féminin de Bauer accentue ses rubriques conseils et gonfle la pagination de certains numéros avec des cahiers pratiques. Rien de révolutionnaire, mais une stratégie bien réfléchie afin de renforcer ce qui fait la force de Maxi : la proximité avec ses lectrices, tout en donnant l’impression de nouveauté à chaque numéro. Objectif : accroître la fidélisation des lectrices en kiosque. + de détails
 
 
 
Daniel Kretinsky déjà actionnaire du Monde, mais les salariés obtiennent un droit de veto
Daniel Kretinsky a déjà racheté 49% du Nouveau monde, la société qui détient la participation de Matthieu Pigasse dans le groupe le Monde. C’est ce que le patron de Lazard a révélé, le octobre, lors d’une réunion organisée en présence de Xavier Niel, l’autre coactionnaire majoritaire, des représentants du pôle d’indépendance du Monde (constitué notamment des sociétés des rédacteurs, des employés et des lecteurs) et des membres du directoire (Jérôme Fenoglio et Louis Dreyfus). Mais pas question pour lui d’aller plus loin (la cession de la totalité des parts, comme il semble l’avoir envisagé un temps) sans l’accord du patron de Free et du pôle d’indépendance. « Rien ne pourra se faire sans l’agrément de Xavier Niel, de Matthieu Pigasse et du pôle d’indépendance », précise Sébastien Carganico, le délégué du pôle dans les colonnes du quotidien. Les modalités de ce droit d’agrément doivent être précisées par écrit dans les quinze jours. Chaque partie bénéficiera donc d’un droit de veto sur une telle opération.
 
« Les anciens et les nouveaux lecteurs de 01net doivent s’y retrouver »
Changement de look et de hiérarchisation pour 01net avec son dernier numéro. Le bimestriel de l’actualité high tech du groupe Altice souhaite se débarrasser de son image de magazine de geeks. Amaury Mestre de Laroque, son rédacteur en chef, nous explique cette stratégie qui vise à séduire de nouveaux lecteurs. Entretien.   + de détails
 
Courrier international monte en puissance sur le numérique
Courrier international a franchi, en octobre, le cap des 25 000 abonnés numériques pour son site Courrierinternational.com avec, notamment, une croissance de 15% par rapport à la même période de 2017. Pour amplifier le mouvement, l’hebdo du groupe le Monde investit fortement le domaine des newsletters : deux lettres quotidiennes, Réveil Courrier à 6h00 du matin et, désormais, l’Essentiel à 6h00 du soir, permettent aux internautes de ne rien rater de l’actualité internationale du jour. De plus, tous les mardis, la Lettre tech, rédigée depuis New York par le journaliste économique franco-américain Philippe Coste, permet aux internautes de tout connaître de l’actualité de la Silicon Valley telle que relatée par les médias et les sites spécialisés américains. Enfin, une nouvelle page d’accueil à l’ergonomie entièrement repensée permet aux internautes de gérer plus facilement leur abonnement à ces nouvelles newsletters ainsi qu’à l’ensemble des sept lettres du site.

 
 
 
Elise Vincent, journaliste du Monde, prix Albert-Londres 2018
Elise Vincent, journaliste du Monde, a reçu, hier 22 octobre, à Istanbul, le 80e prix Albert-Londres de la presse écrite des mains du précédent lauréat, Samuel Forey. Elle a été récompensée pour six enquêtes, signées entre juin 2017 et juin 2018, parmi lesquelles « le djihad derrière les barreaux » ou « le Dossier Logan, sur le terrorisme d’extrême droite. Le jury a salué « la constance et la rigueur » avec lesquelles Elise Vincent couvre « les crispations françaises » depuis plus de huit ans.

Comment Sybel veut devenir le Netflix de l’audio
Le marché de la voix est en pleine effervescence et il ne se passe pas un mois sans une nouveauté. Sybel, média de fictions audio tous publics, compte sur cet engouement pour trouver sa place sur ce marché dès la fin de l’année. Le concept inédit n’est pas sans rappeler Netflix, un exemple à la success story remarquable. + de détails
 
« La nouvelle formule de Que choisir doit redynamiser nos ventes au numéro »
Que choisir proposera, le 23 octobre, un magazine totalement nouveau, tant sur la forme que sur le fond, avec une maquette modernisée et de nouvelles rubriques. « La dernière nouvelle formule datait de 2012, nous explique Jérôme Franck, le directeur général de l’UFC Que choisir. Il était temps de mieux répondre aux attentes de notre public et de redynamiser les ventes en kiosques ». Entretien. + de détails

 
 
Jusqu’où ira Daniel Kretinsky dans la presse et les médias ?
Au départ, les premières discussions entre Daniel Kretinsky, jeune milliardaire tchèque, et les dirigeants de Lagardère active, ne concernaient que le rachat des activités radio du groupe français à l’international, notamment dans les pays de l’est. Mais la situation a évolué très vite, quand les équipes d’Arnaud Lagardère lui ont aussi proposé re reprendre leurs activités presse, à l’exception du JDD et de Paris match. Si les discussions n’ont pas encore abouti, Daniel Kretinsky n’a pas attendu pour racheter Marianne et le Monde a révélé, le 17 octobre, qu’il s’intéressait aussi… au Monde. « Une source officielle tchèque a affirmé mardi 16 octobre au Monde que l’intention de M. Kretinsky était de racheter Le Monde », a ainsi tweeté Luc Bronner, le directeur des rédactions du groupe. Une surprise telle que le Pôle d’indépendance, qui regroupe les sociétés de rédacteurs, salariés, lecteurs et fondateurs du groupe, s’est fendu d’un communiqué pour demander une rencontre rapide avec l’entrepreneur tchèque. + de détails

 
 
Le patron du pôle TV de l’Equipe va quitter ses fonctions
Après le départ de son directeur général, Cyril Linette, il y a quelques mois, pour le PMU, c’est au tour du patron du pôle TV, Arnaud de Courcelles, de quitter le groupe sportif. « Il a décidé de prendre une nouvelle direction au début du mois de novembre, explique-t-on en interne. D'ici-là, il pilotera l'installation de la chaîne dans ses nouveaux locaux de Quai Ouest, à Boulogne-Billancourt, ainsi que le lancement d'un nouveau plateau programmé le 27 octobre prochain ». En un peu moins de trois ans, cet ancien de Canal+ a participé à la transformation de l’ex-Equipe TV d'une chaîne d'information sportive à un canal gratuit de retransmissions d'événements. Ce virage a été accompagné d'une sensible hausse des audiences de la chaîne de la TNT. En septembre, celle-ci a d’ailleurs réalisé sa meilleure rentrée historique avec 1,2% de part d'audience.

L’Etiquette vise des ventes de 70 000 exemplaires
Le nouveau magazine de So press, l’Etiquette, est sorti le 18 octobre, Positionné comme « un magazine de mode masculine pas comme les autres » (cf. les Clés de la presse du 9 octobre), ce nouveau titre semestriel est vendu 9,90 euros. Le groupe de Franck Annese a procédé à un premier tirage de 120 000 exemplaires, pour un objectif de 70 000 ventes au numéro.

 
 
Franck Riester succède à Françoise Nyssen au ministère de la Culture
Nommée le 17 mai 2017, Françoise Nyssen sera restée moins de dix-huit mois au ministère de la Culture. Une durée moyenne pour le/la titulaire du poste, puisque son successeur, Franck Riester, est le 12ème ministre de la Culture depuis vingt-trois ans, et l’arrivée de Jacques Chirac à la présidence de la République. Un turn-over qui ne permet pas de mener une politique sur le long terme. Ce n’est pas un hasard si les deux seuls ministres restés dans l’histoire sont André Malraux et Jack Lang, qui ont chacun fait un mandat de dix ans. Franck Riester aura-t-il plus de temps pour laisser sa marque ? Seul l’avenir le dira, mais l’homme n’arrive pas en terrain inconnu car il s’est spécialisé dans ces questions depuis qu'il est devenu député en 2007. Il a été notamment membre de la commission des affaires culturelles de l'Assemblée nationale, secrétaire national de l'UMP en charge de la communication, rapporteur de la loi Hadopi à l'Assemblée, puis membre du collège de l'autorité de lutte contre le piratage entre 2009 et 2015.
 
 
 
Burda lance un hebdo féminin à grand tirage
Dans un marché de la presse difficile, le lancement, le 15 octobre, d’un nouvel hebdomadaire féminin a de quoi surprendre. D’autant que les Editions Nuit et jour (groupe Burda France) ont choisi de mettre la barre très haut, avec un tirage initial de 250 000 exemplaires et un objectif de diffusion supérieur à 120 000 exemplaires (au tarif de 1,90 euro le numéro). « Oui, c’est un défi, le marché est difficile, et c’est un risque, reconnaît Mark Fisher, le président de Burda France, dans un entretien à la lettre quotidienne d’Union presse. Mais si nous ne sommes pas prêts à prendre des risques et proposer des choses, alors autant fermer nos magazines et rentrer chez nous ! »
Comme Closer en son temps, Tout pour moi se positionne comme un magazine trois en un, avec de l’information people, des jeux et du service avec des rubriques mode, beauté, cuisine ou santé, sans oublier un cahier détachable spécial recettes de saison. La promesse : proposer « un panorama complet pour mieux vivre au quotidien avec des sujets optimistes, positifs et variés ». Reste maintenant à le faire savoir : c’est l’objet de la campagne de communication alliant mises en avant Relay et Nap, de l’affichage 60x 80 Insert, Hyper ainsi qu’une déclinaison radio.
 
 
 
 
Conde nast France se réorganise en quatre pôles
Six mois après l’arrivée d’Yves Bougon à sa tête, Conde nast France finalise son organisation en quatre pôles avec la nomination, hier 15 octobre, de Rodolphe Pelosse au poste de publisher de GQ France. En étroite collaboration avec les équipes éditoriales du magazine et de GQ.fr, ainsi que l’équipe du Club GQ, l’homme qui est passé chez Carat, TF1, Lagardère active, Melty ou encore Hi-média, sera en charge du développement des revenus de GQ en proposant des solutions innovantes et créatives sur l’ensemble des supports de la marque. Avec cette arrivée, le groupe est désormais organisé autour de quatre pôles, dirigés par Rodolphe Pelosse pour la marque GQ, Francesca Colin pour les marques Glamour et Vanity fair, Delphine Royant pour Vogue et Frédérique Goddet pour AD.

La Dépêche du midi renforce ses équipes
Le groupe Dépêche du midi a annoncé, le 15 octobre, une série de nominations au sein de ses équipes dirigeantes. Michaël Bourguignon est nommé directeur des revenus du groupe, en charge du développement du chiffre d’affaires numérique prioritairement, tout en conservant sa fonction de directeur du numérique. Bruno Pachent, déjà directeur du marketing stratégique, est nommé directeur délégué de la presse quotidienne départementale du pôle Ouest du groupe (la Nouvelle république et le Petit bleu). Enfin Numa Lainé, jusque-là chez Altice, rejoint la Dépêche interactive en qualité de directeur data.

 
 
L’Equipe crée une offre 100% numérique pour les 16-25 ans
L’Equipe poursuit le développement de ses abonnements numériques avec le lancement d’une offre spécifique pour les jeunes de 16 à 25 ans. Pour 5 euros par mois (sans engagement), ces derniers ont droit au quotidien en ligne dès 0h30, aux documentaires de l’Equipe explore en avant-première, aux sujets exclusifs tout au long de la journée, bref à tous les contenus numériques produits par les rédactions. La marque espère ainsi poursuivre la montée en puissance de son portefeuille d’abonnés numériques, qui serait en croissance de 50% depuis le début de l’année.
 
La tension monte à l’AFP
Comme nous l’avions annoncé dans les Clés de la presse du 9 octobre, le plan de transformation du nouveau président de l’AFP, qui prévoit la suppression de 125 postes (85 personnels techniques et administratifs et une quarantaine de journalistes) sur cinq ans, sans départs contraints, afin de retrouver l’équilibre financier d’ici à 2021, ne passe pas en interne. Lors d’une assemblée générale, le 11 octobre, les salariés de l’agence ont massivement adopté (262 voix pour, 2 abstentions, 0 contre) une motion, qui doit maintenant être soumise à une consultation interne dans les bureaux régionaux et étrangers, dans laquelle ils réaffirment « s’opposer au plan de suppression de 125 postes net présenté par Fabrice Fries au conseil d’administration du 4 octobre, qui fait porter un lourd risque sur la mission d’intérêt général de l’agence ». L'intersyndicale toutes catégories de l’AFP (CGT, SNJ, CFDT, FO, Sud et CFE-CGC) appelle l’ensemble des salariés à un débrayage jeudi 18 octobre, lors de la tenue du CE.

 
 
GQ uniformise ses sites Internet
« Nous avions l’habitude de développer notre site en interne. Là, c’est Condé nast international, notre maison-mère, qui l’a conçu dans le cadre d’une stratégie globale », explique Antoine Jaillard, rédacteur en chef du site de GQ. En pratique, toutes les rédactions GQ, des Etats-Unis, à l’Italie en passant par l’Espagne ou l’Afrique du sud, vont partager le même CMS et la même plateforme. GQ France est le premier site à présenter une charte graphique commune. Une directrice artistique travaille désormais à plein temps sur la plateforme afin de donner une forte identité visuelle aux contenus. Pour le lecteur, pas de grosse nouveauté, mais l’ergonomie et les performances de chargement sont améliorées, en particulier sur les smartphones qui rassemblent les trois quarts des audiences. « GQ veut développer une expérience commune haut de gamme à travers le monde », résume Antoine Jaillard. Etant donné que les contenus sont de plus en plus consultés sur des plateformes autres que le site, il fallait renforcer l’aspect graphique. » Côté contenu, la mode, sujet référence de GQ, est réaffirmé avec la volonté d’être plus pointu. Le grooming, soit le secteur de la beauté pour hommes, prend de l’ampleur. Le nombre de rubriques diminue donc pour renforcer ces deux enjeux. « C’est important pour les annonceurs qui cherchent une rubrique forte où se concentrer », affirme Antoine Jaillard. Avec une moyenne de 3 millions de visiteurs uniques sur les trois derniers mois, GQ a augmenté son audience digitale de 20 à 25 % en un an selon son rédacteur en chef. Une stratégie digitale performante au chevet d’un print qui a enregistré un recul de 19,20 % de sa diffusion France payée cette année, à 73 755 exemplaires. + de détails

Les priorités 2019 de France télévisions
Invité le 9 octobre de l’Association des journalistes médias (AJM), Takis Candilis, directeur général à l’antenne et aux programmes de France télévisions, en a profité pour annoncer une partie de la nouvelle organisation qu’adoptera le groupe public d’ici à la fin de l’année. Décryptage. + de détails
 
 
 
 
Reprise par le groupe SFR, TLM va devenir BFM Lyon
Les négociations, révélées par la lettre lyonnaise Intermedia il y a quelques semaines, ont été bouclées le 9 octobre. Le groupe SFR médias va racheter, via sa chaîne BFM, la télévision locale lyonnaise TLM. Le nom de la nouvelle chaîne serait BFM Lyon avec un démarrage durant le premier trimestre 2019. « L’adossement au groupe Altice va nous permettre de passer un nouveau cap et de relever les nombreux défis liés aux bouleversements technologiques, tant sur la production que la diffusion de la télévision », estime Laurent Constantin, Pdg d’Acti et président de la chaîne, dans les colonnes du Progrès.

 
 
Le Télégramme se lance dans les contenus vocaux
Le Télégramme propose depuis début septembre plusieurs contenus éditoriaux sur les assistants vocaux, notamment un flash quotidien d’informations disponible à la fois en vidéo et en podcast sonore, en fin de journée. Il suffit de demander à Google home ou Amazon Alexa de « lancer le Télégramme » pour avoir accès au flash sonore avec la voix de l’un des 200 journalistes de la rédaction. « Nous entrons dans la nouvelle ère du vocal, explique son Pdg, Edouard Coudurier, dans un communiqué. Il est important pour nous de développer notre capacité d'innovation afin de s’adapter aux nouveaux usages de notre lectorat ». Et la stratégie ne concerne pas seulement le quotidien régional. Les autres médias du groupe (magazines, radio, télévision) vont aussi proposer de « nouveaux contenus éditoriaux », assure Mariette Le Guellaff, la directrice numérique du groupe. Une rubrique podcast sera ainsi bientôt disponible sur le site Letelegramme.fr.

Avec l’Etiquette, So press va défricher le monde de la mode masculine
Comme nous l’avions annoncé dans les Clés de la presse du 19 juin dernier, le groupe So press va lancer, le 18 octobre, un nouveau magazine. Baptisé l’Étiquette, « il se propose de (re)définir tous les six mois ce qu'est l'excellence masculine, sous la forme d'un guide papier de référence », explique-t-on en interne. Pas question d’aller sur le territoire du lifestyle, à l’instar de GQ, ce nouveau titre, vendu 9,90 euros, sera 100% axé sur la mode masculine, par le biais de rencontres, d’enquêtes, de portraits, d’histoires, mais aussi de conseils, et sera dirigé par Marc Beaugé, rédacteur en chef de Society, également chroniqueur sur TMC, dans Quotidien.

 
 
Les investissements publicitaires nets dans les médias devraient croître de 2,3% en 2018
Les investissements publicitaires nets dans les médias ont progressé de 4,2% au premier semestre 2018, à 6,307 milliards d’euros. Selon les résultats du Baromètre unifié du marché publicitaire (Bump), publié conjointement par l'Irep, France pub et Kantar média le 2 octobre, l’année pourrait s’achever sur une croissance de 2,3%. Un chiffre qui marque un redressement de la situation, grâce au numérique, « même si cette progression reste légèrement inférieure à la croissance de l’économie », souligne Xavier Guillon, le directeur général de France pub. Encore une fois, tous les médias ne sont pas logés à la même enseigne, puisqu’Internet, le cinéma et la télévision affichent une hausse respective de 15,5%, 4,2% et 1,6% sur la période. La publicité extérieure et la radio sont stables, quand la presse perd encore 6,4% de ses recettes publicitaires. « Plus globalement, nous assistons à la constitution de deux grands blocs avec, d’un côté, le numérique en forte hausse, de l’autre les médias historiques stables ou en baisse », analyse Xavier Guillon. + de détails
 
La direction de Ouest France lance une concertation
Devant la levée de bouclier de ses salariés, et deux jours de grève, la direction de Ouest France a choisi de reporter son projet de réorganisation présenté le 13 septembre (cf. les Clés de la presse du 14 septembre). « Nous proposons de prolonger nos réflexions, en ouvrant une phase d’échanges plus approfondie, prioritairement avec les équipes concernées, ont-ils annoncé, dans un courrier adressé aux salariés dont nous avons eu connaissance. Il s’agit de faire évoluer et d’enrichir ce projet de nouvelle organisation des rédactions ». Une réunion est d’ores et déjà programmée la semaine prochaine, le 11 octobre, avec les syndicats pour discuter de la méthode et aboutir « à un projet revu dans son contenu et son calendrier ».
 
 
 
Frédéric Daruty, nouveau président de 20 minutes
Une page va se tourner à 20 minutes. Le conseil de surveillance de l’éditeur d’information, propriété de Sipa-Ouest France et du groupe Rossel, a annoncé, le 1er octobre, le départ d’Olivier Bonsart, président et directeur de la publication depuis 2012, qui est remplacé par Frédéric Daruty, actuel directeur général de Cerise, au sein du groupe Prisma média. Sa mission : poursuivre la dynamique dans laquelle 20 minutes est engagé, et mener une nouvelle phase de développement.

 

Avec Philonomist, Philosophie magazine s’intéresse au travail et à l’entreprise
C’est parce que le succès de son activité de conférences en entreprises, lancée il y a trois ans, ne se dément pas que Fabrice Gerschel, le fondateur de Philosophie magazine, a décidé de lancer, le 2 octobre, un nouveau média en ligne qui parle du travail, de l’entreprise et de l’économie sous l’angle de la philosophie. Accessible par abonnement en français et en anglais, Philonomist constitue une « étape majeure de notre développement », affirme-t-il. Décryptage. + de détails

« L’édition est un enjeu prioritaire pour Unique héritage média »
Le groupe Unique héritage média, spécialisé dans la presse et l’édition pour la jeunesse et son entourage, annonce une levée de 5 millions d’euros auprès de plusieurs fonds d’investissement. « L’objectif est de financer nos projets de croissance », nous explique son président, Emmanuel Mounier, qui a lui-même réinvesti dans l’opération et conserve le contrôle de son groupe. Entretien. + de détails

 
 
Zenith revoit ses prévisions de croissance du digital à la hausse
Dans ses dernières prévisions du marché publicitaire, publiées le 28 septembre, Zenith a revu à la hausse ses prévisions digitales, avec une croissance annuelle de 12,6% entre 2017 et 2020 (contre une croissance annuelle de 10,1% initialement prévue). « La configuration du marché publicitaire français s’inscrit dans une dynamique de croissance tirée par le search et le social », souligne Pascale Miguet, la présidente de Zenith. Mais elle masque des évolutions contrastées entre le search et le social en très forte hausse (+16% en moyenne par an), le reste du digital (+2,5% par an) et les médias historiques, en recul de 2% par an. Chez ces derniers, la télévision s’en sort plutôt bien, même si elle commence à souffrir du développement de la SVOD et de la concurrence de la vidéo en ligne. De son côté, la publicité extérieure est aussi dans une bonne dynamique, mais la radio devrait subir une baisse de 2,5% par an. Quant à la presse, la situation est plus compliquée puisque Zenith prévoit un recul annuel de 7,5% pour les magazines et de 8% pour la presse quotidienne nationale. Les quotidiens régionaux, eux, devraient mieux résister avec une baisse de 5% par an.

Capital se dote d’une nouvelle formule et mise sur la réalité augmentée
Le groupe Prisma média poursuit sa stratégie d’évolution permanente de ses marques avec le lancement d’une nouvelle formule pour Capital. Comme le traduit sa nouvelle signature, « Vivez l’économie », le mensuel conserve sa mission de « donner du sens et des repères à ses lecteurs », dans une société où tout est lié à l’économie, « pour les aider à faire les bons choix au quotidien », explique-t-on en interne. La nouvelle formule renforce la volonté de Capital de décrypter des sujets réputés complexes avec la nouvelle rubrique la Leçon d’éco, ou d’éclairer sur le paysage entrepreneurial français avec le nouveau rendez-vous C’est qui celui-là. « Capital confirme avec force ses atouts : des articles bien anglés ; un ton impertinent ; une mise en scène des sujets qui permet de tout faire comprendre facilement, et conserve une approche pratique et consumériste qui fait gagner du temps et de l’argent à ceux qui nous lisent », souligne François Genthial, le rédacteur en chef du magazine. Au passage, les lecteurs ont droit à une nouvelle expérience de lecture avec une maquette revisitée et une quinzaine de bonus en réalité augmentée. Prisma média espère ainsi stabiliser sa diffusion France payée, passée de 232 507 exemplaires en 2014 à 190 894 exemplaires sur la période 2017-2018.

  
 
   
La stratégie numérique du Moniteur
Le Moniteur fait évoluer son site Internet avec trois nouvelles rubriques, un accès à l’actualité locale renforcé, une base de jurisprudence en ligne et une plus grande place aux débats. Avec 1,1 million de visiteurs uniques chaque mois sur son site et 248 000 lecteurs du magazine, la marque d’Infopro digital accélère la stratégie de diversification de son offre digitale. Isabelle André, directrice générale déléguée du groupe, nous explique son développement. + de détails

Reworld média entre en négociation exclusive pour l’acquisition de Mondadori France
Après avoir évoqué le 5 septembre un intérêt marqué pour les activités françaises de Mondadori, Reworld média a franchi, le 27 septembre, une étape de plus en entrant en négociation exclusive avec l’italien Mondadori group, sur la base d’un accord non engageant, en vue d’une possible acquisition de Mondadori France. « Ce projet vise à développer un groupe média international majeur, détenteur de solutions médias et de marques médias qualitatives à fort potentiel, ainsi qu’à associer des compétences complémentaires, des capacités et savoir-faire, afin de faire face aux défis du nouvel environnement de marché », explique le groupe dans un communiqué.

La Tribune complète son dispositif régional avec Acteurs de l’économie
Jean-­Christophe Tortora, le président de La Tribune, a annoncé, le 27 septembre, lors du congrès des régions de France à Marseille, la fin du déploiement de son plan de développement national. Il a notamment officialisé l’acquisition de 51% du capital d’Acteurs de l’économie Auvergne-­Rhône-­Alpes et l’ouverture de nouveaux bureaux régionaux en Corse, Normandie, Centre-­Val de Loire et Bourgogne-­Franche-­Comté.

Le projet de budget de la Culture stable en 2019
Françoise Nyssen, ministre de la Culture, a présenté, hier 24 septembre, son budget dans le cadre du projet de loi de finances pour 2019. « Il traduit la confiance dans le ministère de la Culture et ses agents dans son action et dans le rôle joué par la culture, dans le projet de transformation du pays », estime-t-elle. S’il est voté en l’état, le budget atteindra 10 milliards d’euros en 2018, dont 3,86 milliards pour l’audiovisuel public et 281 millions pour la presse et les médias. Un chiffre légèrement inférieur à 2018 mais supérieur de 2,3% aux crédits effectivement compensés en 2017, souligne-t-on au ministère, où l’on rappelle que l’objectif est « de conforter le pluralisme de l’information, favoriser la transition numérique du secteur et accompagner l’AFP dans son développement ». Explications.

 
 
 
Pourquoi l'Etudiant va cesser la parution papier
L’Etudiant arrêtera sa version papier en janvier prochain. La société des journalistes (SDJ) du titre a rendu publique la décision de la direction dans un communiqué le 20 septembre : un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) présenté au comité d’entreprise a pour « projet la suppression des services de documentation, de secrétariat de rédaction, d’iconographie, de fabrication et d’exécution ». Chrystèle Mercier, présidente de l’Etudiant, nous explique les raisons de ce choix. + de détails

Pourquoi Madame Figaro investit le marché des podcasts
Après pas loin de deux ans de préparation, Madame Figaro a lancé, le 20 septembre, son tout premier podcast. Une nouvelle façon, pour Katia Sanerot, éditrice déléguée du pôle Madame du Figaro, d’expérimenter de nouvelles écritures éditoriales, d’explorer un nouveau marché et de séduire de nouveaux publics. « Nous voulions avant tout, avec ce projet, proposer à nos lectrices une immersion plus intime dans notre univers de marque », nous explique Marion Louis, rédactrice en chef adjointe de l’hebdomadaire, l’une des deux signatures de la rédaction qui a accepté de prendre en charge, et de prêter sa voix, à l’une des deux séries de podcasts (Happiness therapy) centré sur la recherche du bonheur et du bien-être. « C’est une formidable nouvelle expérience journalistique », confirme Dalila Kerchouche, la grand reporter aux manettes de la 2ème série de podcast (Désirs) qui a voulu s’intéresser au rapport au corps de femmes d’exception. « L’exercice du podcast étant particulier, sur le plan technique comme du point de vue de la narration, nous avons fait appel à une société spécialisée, Louie média, qui nous a apporté tout son savoir-faire de studio indépendant ». + de détails

 
 
 
La feuille de route de l’Alliance de la presse d’information générale
Comme nous l’avions annoncé dans les Clés de la presse du 14 septembre, l’Alliance de la presse d’information générale a officiellement vu le jour le 19 septembre, avec le rapprochement de quatre organisations professionnelles (le Syndicat de la presse quotidienne nationale, le Syndicat de la presse quotidienne régionale, le Syndicat de la presse quotidienne départementale et le Syndicat de la presse hebdomadaire régionale), renforcées par trois membres associés (l’AFP, l’Association de la presse d’information politique et générale et l’Association de la presse gratuite d’information). Soit une force de frappe de 27 000 salariés, dont 10 000 journalistes, 305 titres, 175 entreprises et 25 000 correspondants de presse. « Ce qui nous rassemble est plus fort que ce qui nous éloigne, estime son nouveau président, Jean-Michel Baylet, le Pdg du groupe Dépêche du midi, et nous devons parler d’une seule voix face aux pouvoirs publics, en France et en Europe ».
Attendu depuis des années, ce rapprochement va se traduire par la fusion des personnels (11 en tout) des syndicats, qui se regrouperont tous l’an prochain dans de nouveaux locaux parisiens. En attendant, la feuille de route est déjà tracée autour de six priorités : les droits voisins, la réforme de la distribution, les discussions de branches, la dérégulation publicitaire, les annonces légales et la constitution de conseils de presse. « Notre ambition, poursuit-il, est de bâtir avec le Premier ministre, le ministère des Finances et le ministère de la Culture, un plan filière, qui permette à la presse de sortir de la crise par le haut, comme le plan Lang a pu le faire dans le passé pour le livre et le cinéma ». Un enjeu de survie.

 
 
Les convictions de Louis Dreyfus (le Monde)
Invité de l’Association des journalistes médias, Louis Dreyfus, le président du directoire du groupe le Monde, a fait le tour, le 18 septembre, des dossiers et de l’actualité de la rentrée, pour son groupe comme pour le secteur de la presse. Verbatim. + de détails

 
 
Une partie de la rédaction de Ouest France en grève 
Comme nous l’avions souligné dans les Clés de la presse du 14 septembre, les salariés de Ouest France ont été surpris par le plan de réorganisation qui leur a présenté par la direction. Et ils n’ont pas tardé à réagir : les réactions se sont multipliées tout le week-end sur les réseaux sociaux, de la part des salariés du groupes, d’acteurs de la presse quotidienne régionale, mais aussi d’hommes politiques locaux, sur fond d’appel à la grève de l’intersyndicale (CFDT, SNJ, CGT, CFE-CGC). Et le mouvement a été très suivi dans un groupe de presse peu habitué à afficher ses débats sur la place publique. Quelque 200 journalistes grévistes se sont rassemblés, le 17 septembre, devant le siège du quotidien, à Rennes, venus des rédactions locales, et rejoints par leurs cousins du Maine libre, du Courrier de l'ouest et de Presse océan. « C'est un mouvement historique, c'est très rare que la rédaction de Ouest-France se mette en grève, il n'y a pas eu de mouvement spontané depuis vingt ans », a déclaré à l'AFP Isabelle Bordes, déléguée syndicale CFDT. « Nous avons besoin de nous réorganiser pour éviter demain d'avoir à licencier, a répondu François-Xavier Lefranc, le rédacteur en chef de Ouest-France, interrogé par l'AFP. Toutes les diffusions papier baissent alors que les modèles économiques sont basés sur le papier, comment on fait demain ? ». Le dialogue, amorcé hier entre syndicats et direction, a déjà tourné au bras de fer. + de détails
 
 
 
Droit voisin : une avancée qui doit être confirmée
Les réactions des éditeurs de presse ont été unanimes après le vote, le 12 septembre, de la directive européenne sur les droits d’auteur. « L’ensemble de la presse française, représentée par la FFAP, la FNPS, le SPHR, le SEPM, le SPQN et l’Upreg, se félicite du vote en faveur du projet de directive sur le droit d’auteur par le Parlement européen et de la création d’un droit voisin pour les éditeurs et agences de presse, ont-ils rappelé dans un communiqué commun. Par ce vote sans ambigüité (438 voix pour, 226 contre et 39 abstentions), les députés européens ont confirmé l’attachement de l’Europe à la liberté de l’information et à la diversité culturelle ». Il faut dire que l’optimisme était loin d’être de mise quelques heures plus tôt (cf. les Clés de la presse du 11 septembre). + de détails
 
 
 
La presse agricole part en campagne
Le Syndicat national de la presse agricole et rurale s’apprête à lancer une grande campagne pour s’affirmer comme « le média connecté à la terre ». Son objectif est de montrer au grand public comme aux pouvoirs publics que cette forme de presse, qui regroupe près de 150 publications nationales, régionales et départementales, est présente sur l’ensemble du territoire, avec des contenus de qualité, qu’elle est « crédible et fiable, et contribue aux besoins de formation de ses lecteurs ». Le concept de la campagne repose sur l’utilisation des mots et des codes de l’univers digital pour démontrer que la presse papier dans le monde agricole bénéficie de belles perspectives et que le digital surfe sur les mêmes caractéristiques, comme la géolocalisation et les communautés. Le lancement de la campagne est prévu entre le 24 et le 29 septembre dans la presse départementale et début octobre dans la presse nationale et cynégétique. Son déploiement se poursuivra jusqu’à la fin de l’année 2018. La diffusion de courtes vidéos a d’ores et déjà commencé sur les réseaux sociaux. + de détails

Une femme à la rédaction en chef de la Montagne
Pure produit du groupe Centre France-la Montagne, dans laquelle elle a fait toute sa carrière depuis 1994, Sandrine Thomas est nommée rédactrice en chef de la Montagne et adjointe de Olivier Bonnichon, directeur de la coordination éditoriale du groupe Centre France. Jusque-là manager de la mutation éditoriale du groupe, elle animera les équipes éditoriales et la production multisupports, en s’appuyant sur deux rédacteurs en chef adjoints (Roland Seguy et Bernard Stéphan), et poursuivra la transformation du travail des équipes éditoriales du groupe. Elle assurera le management des contenus communs pour l’ensemble des titres quotidiens et poursuivra le pilotage des projets ou équipes spécifiques, comme l’agence Centre France info région qui assure la correspondance pour les médias nationaux dont TF1 et LCI.

 
 
 
Radio classique renouvelle sa grille et investit sur les podcasts
Les habitués de Radio classique ont dû s’habituer à de nouvelles voix depuis le 27 août avec l’arrivée sur l’antenne de Franck Ferrand (à 9 heures et 14 heures), Laurence Ferrari (de 12 à 14 heures) et de Pauline Lambert (de 14h30 à 17 heures). « Mais le mix entre l’information à valeur ajoutée et la grande musique classique, qui constitue l’ADN de la marque depuis 35 ans, reste le même », affirme Jean-Francis Pécresse, le directeur de la radio du groupe les Echos-le Parisien. Comme le montre sa nouvelle signature (Radio classique, et votre journée devient plus belle), la station veut s’imposer comme « la radio du bien-être » et « a vocation à devenir la radio du quotidien », poursuit-il. Pas d’objectif d’audience à proprement parler, car le groupe est déjà satisfait du million d’auditeurs/jour, dont 400 000 sur la matinale, pour seulement 89 émetteurs, mais une progression serait aussi facilitée par l’obtention d’émetteurs supplémentaires : l’une des demandes récurrentes de la direction de Radio classique.
 
La presse joue la carte de l’unité pour l’instauration de nouveaux droits voisins
A quelques heures du vote, le 12 septembre, au Parlement européen, de la directive sur le droit d’auteur dans le marché unique numérique, c’est l’heure de la mobilisation. Plus de 200 personnalités, dont des artistes, des politiques (notamment Françoise Nyssen, ministre de la Culture) et des médias (l’AFP, TF1, France télévisions et Radio France) ont ainsi signé, dans le Journal du dimanche du 9 septembre, une tribune appelant les députés européens à approuver le projet de réforme combattu avec force (et des moyens considérables) par les Gafa. Le 10 septembre, ce sont les éditeurs de presse qui ont abordé, lors d’une table ronde organisée par les Echos-le Parisien, « la bataille pour les droits voisins » (le titre de la conférence), en montrant un front uni. + de détails

« Le grand format est un frein au développement de Paris-turf »
Après l’Equipe et le Républicain lorrain, Paris-turf s’apprête à abandonner le format broadsheet pour passer au tabloïd. Un choix technique qui nécessite d’être soumis aux avis de ses lecteurs, estime-ton au sein du groupe Turf éditions. « C’est pourquoi nous allons tester l’idée, le 14 septembre, en publiant exceptionnellement le journal au format tabloïd », nous explique son Pdg, Philippe Abreu, qui attend avec impatience le verdict des lecteurs. + de détails

En savoir plus ...

Réagissez

Quelles sont vos applications presse préférées ?

Donnez-nous votre avis

Réagissez ...

Dernière minute

4 clés pour comprendre la presse et les médias en 2018

Une formation incontournable sur l'univers de la presse

En savoir plus ...

A découvrir ...

Notre nouveau magazine est tout chaud, il vient de sortir

 
 
L’événement : les médias débarquent dans l’e-sport
Webedia part à la conquête du monde. « L’audience de l’e-sport est massive et intéressante », selon Laurent Michaud (Idate). L’Equipe mise sur les contenus. La Provence s’intéresse aux événements. Le groupe AB se lance dans la diffusion des jeux Blizzard. Melty parie sur Snapchat. Canal + veut s’inscrire dans la culture gaming. Bein sports compte sur la cohérence de la marque Ligue 1. TF1 diversifie ses activités.

Le dossier : le classement des 50 premiers éditeurs de presse en France
L’analyse de Jean-Clément Texier. La restructuration d’Ebra en marche. Le Figaro fait de la vidéo une priorité. La stratégie de Ouest France pour monétiser ses contenus sur le Web. La feuille de route de Bayard. Lagardère active dans le dur. L’Equipe de retour. Un nouveau départ pour les Echos-le Parisien. Le Monde accélère sur les réseaux sociaux. Infopro digital ne ralentit pas.

Le portrait
Gwendoline Michaelis, directrice du pôle Premium de Prisma média

La tendance
La presse cuisine, un marché encombré mais dynamique

Le reportage : Nantes, le rendez-vous de l’info locale
Les 7 conseils du Temps pour innover dans un lab. 4 incontournables pour une veille efficace. Ce qu’il ne faut pas faire en datavisualisation. Comment Ouest France et Sciences po Rennes ont fact-checké la présidentielle. Les 3 règles de TV Rennes pour repenser ses modes de diffusion. Adapter ses vidéos sur Facebook. Filmer avec des moyens légers. Les fondamentaux pour créer son média sur Twitter. 6 outils innovants à tester.
 
 

En savoir plus ...

L'actualité des Clés de la presse

4 clés pour comprendre la presse et les médias en 2018

Une formation incontournable sur l'univers de la presse

En savoir plus ...

Découvrez les Clés de la presse

La lettre électronique
La lettre électronique
Le magazine ...
La lettre électronique