AccueilImprimerNous contacterAjouter aux favoris

A la Une

Officiel : Motor presse France est cédé à Reboot média participations

Quatre mois après être entré en négociations exclusives avec le consortium constitué de Didier Quillot, Alexis Caude et Atalante, société de gestion de Capzanine présidée par Christophe Karvelis, le groupe allemand Motor presse a annoncé, le 22 mai, la cession de sa filiale française, qui publie 13 magazines, dont l'Automobile magazine, Moto journal, Jogging international, Golf magazine, le Cycle ou Camping-car magazine, ainsi qu'une douzaine de sites et d'applications dans les domaines de l'auto, la moto, le tourisme et le sport.
 
« Libération doit retrouver son rôle de découvreur et d’agitateur de débats »
Libération a entamé la transformation de ses supports en présentant une nouvelle formule de son mensuel Next, le 9 mai. Le quotidien, lui, changera le 1er juin. Objectifs : 1. Remettre le journal sur de bons rails, après une année 2014 mouvementée. 2. Donner un nouvel élan à une rédaction renouvelée et resserrée (environ 130 journalistes en une rédaction unique de 7 pôles, contre 180 avant le plan de départ). 3. Arriver presque à l’équilibre dès 2015. Explications avec Laurent Joffrin, le directeur de la rédaction du journal. + de détails
 
 
 
Les recettes nettes de la presse en baisse de 8,5% au premier trimestre selon l’Irep
La situation s’améliore par rapport aux deux dernières années, mais les recettes publicitaires nettes des médias ont continué à décroître au premier trimestre. Selon l’Irep, le recul est 2,9%, à 2,025 milliards d’euros, par rapport au 1er trimestre 2014. Seule la télévision parvient à repartir à la hausse (+3,1%). La presse, elle, plombée par les quotidiens gratuits et les quotidiens nationaux, affiche toujours un recul important (-8,5%). + de détails
 
TF1 va suspendre la parution de Metronews sur papier
Nonce Paolini, le Pdg de TF1, l’avait annoncé il y a quelques semaines lors de la présentation des résultats du groupe. Avec 11,4 millions de pertes en 2014, sur un chiffre d’affaires de 25,7 millions d’euros, Metronews avait un vrai problème d’équation économique, et la situation ne pouvait pas durer. C’est dans cette logique que la direction du quotidien gratuit a réuni, le 21 mai, les partenaires sociaux de l’entreprise pour les informer d’un projet de réorganisation. « Afin de faire face à la crise du marché publicitaire, qui frappe depuis plusieurs années et durablement Publications Metro France, l'entreprise se voit contrainte d'envisager un projet d'adaptation de son organisation, explique le groupe TF1 dans un communiqué. Ce projet impliquerait la cessation de la parution de Metronews sur papier et entraînerait la suppression de 60 postes ». L’activité digitale serait maintenue « avec l’objectif de développer les positions déjà acquises par la marque, capitalisant ainsi sur les investissements effectués dans ce domaine ». Une prochaine réunion du comité d’entreprise se tiendra le 26 mai. « Le plan d’accompagnement fera l’objet de négociations avec les partenaires sociaux dans les prochaines semaines », précise le communiqué. 
 
 
 
Fleurus presse change de main
Le groupe Unique héritage média a annoncé, le 21 mai, la reprise à 100%, avec le soutien d’Entrepreneur venture, de Fleurus presse, éditeur de presse pour enfants (Papoum, Abricot, les P’tites filles à la vanille, Je lis déjà…) appartenant à la société Héros et patrimoine, elle-même détenue par la Financière de loisirs (Jean-Martial Lefranc) et le fonds d'investissement Open gate capital. Unique héritage média, propriété d’Emmanuel Mounier, un polytechnicien passé par la banque et l’industrie, est déjà présent dans le secteur des enfants à travers Quelle histoire, une jeune maison d’édition, créée en 2011, publiant des livres et des applications visant l'enseignement de l'histoire aux enfants. « J’ai la conviction, explique Emmanuel Mounier dans un communiqué, qu’édition papier et numérique se complètent, que chaque usage correspond à des apprentissages différents ». Quelle histoire apportera surtout un savoir-faire, car les tailles des deux entreprises n’ont rien à voir. Quelle histoire a réalisé 140 000 euros de chiffre d’affaires en 2013, quand Fleurus presse annonçait la même année 29 millions d’euros de chiffre d’affaires.
 
 
 
Martin Adjari succède à Laurence Franceschini à la direction générale des médias
Laurence Franceschini, directrice générale des médias et des industries culturelles depuis 2007, quittera ses fonctions le 3 juin pour devenir conseillère d’Etat. C’est Martin Adjari, ancien de Radio France, France télévisions et ex-directeur de cabinet d’Aurélie Filippetti et de Fleur Pellerin au ministère de la Culture et de la Communication, qui lui succèdera.
 
 
 
« L’Opinion doit utiliser la notoriété du papier pour doper le numérique »
Deux ans après son lancement, l’Opinion est un quotidien papier de huit pages, « ramassé et dense », diffusé à 35 000 exemplaires (dont 60% sont des exemplaires payés). Sur le numérique, initialement érigé en priorité, l’audience progresse, passant de 400 000 visiteurs uniques en septembre 2014 à 720 000 actuellement. A l’occasion de cet anniversaire, le journal publie un supplément papier, le 20 mai, en analysant comment ce qui était à la Une il y a deux ans est toujours d’actualité. Son rédacteur en chef, Rémi Godeau, nous en dit plus sur ce dossier, mais aussi sur le chantier numérique de l’Opinion, pour repenser en Web first. + de détails
 
 
 
Comment Psychologies reprend l’offensive
Après « une année entre parenthèse », dixit son président, Arnaud de Saint Simon, en raison de la cession du titre par Lagardère au groupe belge 4B médias (réunissant le groupe Rossel, Ventures, Deficom et Stefan Descemaeker), Psychologies reprend l’offensive. Avec une nouvelle formule, de nouvelles déclinaisons digitales et de la diversification. + de détails
 
 
 
Les Journaux de Loire lance un 3ème hebdomadaire gratuit au Mans
Le groupe Loire hebdos, filiale des Journaux de Loire (groupe Sipa Ouest-France), s’apprête à lancer, le 20 mai, son troisième hebdomadaire gratuit. Après Niort et Angers, c’est au Mans et dans les communes périphériques que sera diffusé le Mans ma ville à quelque 30 000 exemplaires. Ce nouveau journal ne proposera pas un traitement classique de l’actualité locale (ce que fait le Maine libre, quotidien du même groupe), mais sera centré sur les offres de spectacles, de loisirs, de plaisir de la ville, notamment en relation avec la consommation et les modes de vies urbains du week-end. Réalisé par deux journalistes et imprimé le mardi sur les rotatives du Courrier de l’ouest à Angers, il sera également consultable sur le site Ma ville. La régie publicitaire sera assurée par Précom-Sarthe.
 
A Charlie, « il y a plus de confiance qu’on veut le dire », selon Riss
Même si Luz, selon Médiapart, serait sur le départ et que Charlie hebdo serait en crise, « il y a plus de confiance qu’on veut le dire. Il n’y a pas de divergence éditoriale ». Les propos de Riss, publiés le 18 mai par le Monde, doivent faire taire les polémiques. D’autant que la convocation à un entretien préalable de licenciement envoyée à la journaliste Zineb El Rhazoui (annulée depuis) « a été présentée comme emblématique de la tension qui oppose depuis plusieurs mois la direction à une partie des salariés », selon le journaliste Alexandre Piquard. « Elle n’assure pas les obligations de son contrat de travail de façon satisfaisante (présence aux conférences de rédaction, délais de rendu des papiers, NDLR) », justifie le directeur de l’hebdomadaire, qui assure que la direction travaille pour trouver des réponses aux revendications de la rédaction, étudiant « le statut de société solidaire de presse, né de la loi sur la modernisation de la presse d’avril 2015. 
 
Crise de gouvernance au Monde
Le directeur par intérim du groupe Le Monde, Gilles van Kote, qui occupait ses fonctions depuis un an, a annoncé sa démission, le 14 mai. Cette décision est intervenue 24 heures après le vote de la Société des rédacteurs du Monde qui avait conduit au rejet de la candidature de son numéro 2, Jérôme Fenoglio, qu’il soutenait, qui n’avait retenu que 55% des voix de la rédaction (il en fallait 60%). Les actionnaires, Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse, admettent que ce résultat est insuffisant pour reconnaître « la validité de l’approbation majoritaire des journalistes », mais ils rappellent dans leur communiqué « qu’en application des statuts », ils sont les seuls à pouvoir proposer le directeur du journal. La situation paraît bloquée.
 
 
 
Elections à la CCIJP : un deuxième tour est nécessaire
Le premier tour des élections des représentants des journalistes à la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels (CCIJP) a eu lieu entre le 24 avril et le 12 mai. A l’issue du vote, c’est le Syndicat national des journalistes (SNJ) qui est arrivé en tête, recueillant 49,17% des suffrages. Suivent le SNJ-CGT (19,56%), la CFDT (16,55%), la CFTC (5,64%), CGC-journalistes (4,78%) et FO (4,30%). Cependant, rien n’est encore joué. En effet, comme seuls 36,54% des inscrits ont participé au scrutin (soit un peu plus de 11 000 votants) et que le quorum n’a pas été atteint, un second tour est nécessaire. Il sera organisé du 1er au 11 juin.
 
Les Echos sortira un nouvel hebdo de fin de semaine en octobre
Le quotidien économique les Echos repense son offre de week-end et lancera, en octobre, un magazine de fin de semaine, comme l’ont déjà fait le Figaro, le Monde, le Parisien ou l’Equipe. Il remplacera le mensuel Enjeux-les Echos, dont la diffusion a pourtant progressé de 4,25% en 2014 (à 96 823 exemplaires), et le 3ème cahier dédié à la culture et au lifestyle. « Le rythme hebdomadaire nous semble plus approprié que le mensuel au rythme de l’actualité économique », nous explique son éditrice, Bérénice Lajouanie. Dirigée par Henri Gibier, directeur des développements éditoriaux, cette nouvelle publication a trois objectifs, poursuit-elle : « enrichir l’offre de fin de semaine pour accompagner les ventes du quotidien le vendredi, traditionnellement supérieures à la moyenne, fidéliser et augmenter le portefeuille d’abonnés, et doper les recettes publicitaires ». Si le principe de l’opération est bouclé (il a d’ailleurs été présenté le 6 mai aux délégués du personnel), l’organisation, elle, n’a pas été validée. La commercialisation publicitaire, en revanche, a débuté. 
 
Avec sa Matinale, le Monde propose une édition du matin
« C’est un vrai événement », dixit Gilles van Kote, le directeur du Monde. Après 70 ans d’existence, le Monde a publié, le 11 mai à 7h03, une édition du matin. Comme son nom l’indique, la Matinale du Monde va proposer, chaque jour, du lundi au vendredi, une sélection d'une vingtaine de textes ou vidéos majoritairement payants. Disponible sur smartphone (pas encore sur tablettes), ce rendez-vous éditorial a pour vocation « de savoir ce qui s’est passé dans la nuit, les principaux rendez-vous de la journée, sans oublier quelques pépites, comme des grands reportages, et des infos décalées et ludiques », précise Jérôme Fenoglio, le directeur des rédactions du Monde. Sa spécificité ? A partir de la sélection de la rédaction, « le lecteur peut lui-même se créer sa propre sélection sur mesure, en triant entre les contenus qu'il veut lire et ceux à zapper, avec une interface inspirée de Tinder », ajoute Isabelle André, directrice des activités numériques du groupe le Monde. + de détails
 
 
 
Les quotidiens nationaux relancent le Média report
Lancé l’an dernier avec cinq titres, le Média report a été relancé, le 4 mai, par le Syndicat de la presse quotidienne nationale avec six titres : la Croix, les Echos, l’Equipe, le Figaro, le Monde, et le Parisien-Aujourd’hui en France, avec la vocation à s’élargir à d’autre titres ultérieurement. Son ambition : rendre compte, tous les trimestres, via une approche globale de marque, des résultats de diffusion certifiés OJD des différents canaux (quotidiens, suppléments, sites, applications mobiles et tablettes). A défaut de PV de marques, ce Média report doit permettre au marché publicitaire de connaître instantanément la diffusion (et son évolution) de tous les supports de chaque titre, avec le détail de la contribution de chacun des canaux de diffusion.
Pour cette relance, qui porte sur le 4ème trimestre 2014, c’est l’Equipe qui arrive en tête avec une diffusion de 5,7 millions (+28,2% par rapport au 4ème trimestre 2013), devant le Figaro (4,2 millions, +11,9%), le Monde (3,9 millions, +10,2%), le Parisien-Aujourd’hui en France (2,8 millions, +1,8%), les Echos (871 622, +12,3%) et la Croix (148 342, +2,2%).
 
Google étend à l’Europe le principe du fonds pour l’innovation
Google et huit éditeurs européens (les Echos, le Guardian, le Financial times, El pais, la FAZ, Die Zeit, NRC média et la Stampa), associés à des organisations telles que European journalism centre, le Global editors network ou l'International news media association, ont lancé, le 28 avril, un fonds doté de 150 millions d'euros sur trois ans pour « soutenir le journalisme de qualité par la technologie et l'innovation ». Baptisé Digital news initiative (ou Initiative pour le journalisme numérique), il doit démarrer dans les prochains mois et remplacera le fonds pour l'innovation numérique de la presse (FINP), créé en France début 2013. + de détails
 
Causette en redressement judiciaire
Grégory Lassus-Débat, fondateur de Causette, n’avait pas caché, le 16 avril, en recevant son prix à l’occasion du palmarès des Magazines de l’année du SEPM, que la situation économique du magazine était difficile. A tel point que Causette a été placé en redressement judiciaire la semaine dernière par le tribunal de commerce de Paris, avec une période d’observation de six mois, comme l’a révélé la Correspondance de la presse. Les raisons : le conflit qui a opposé plusieurs membres de la rédaction et la direction, entraînant six ruptures conventionnelles « qu’il a fallu financer », a expliqué à l’AFP Grégory Lassus-Débat. Mais aussi de « très grosses erreurs comptables », imputables à un cabinet extérieur, ajoute-t-il.
Aujourd’hui, Causette doit donc prendre un nouveau départ. Le jeune éditeur mise notamment sur le lancement, dans un mois, d’une application Causette qu’il présente comme « le premier réseau social féminin », en appelant ses confrères à soutenir sa démarche en ouvrant un compte Causette comme ils ont pu le faire avec Facebook.
 
 
 
Comment Tokster veut s’imposer comme un média social BtoB incontournable
Le projet est né, au cœur de l’été 2013, d’une rencontre entre Philippe Paulic, le fondateur de Zepros (groupe Gratuits pro), et Christophe Boucreux, un jeune entrepreneur féru de nouvelles technologies. Le premier se demandait s’il pourrait toujours vivre aussi bien de ses activités de presse papier dans 20 ans, et comment basculer vers le numérique, « qui ne représente aujourd’hui que 3 à 5% de nos 6 millions d’euros de chiffre d’affaires », explique-t-il. + de détails
 
 
 
Presstalis planche sur la création d’une plateforme de vente d'archives de la presse
Comme nous l’avait révélé Anne-Marie Couderc, la présidente de Presstalis, dans notre dernier magazine, la messagerie planche activement sur la constitution d’une plateforme de vente des archives de la presse, qui réunirait l’ensemble des contenus de la presse quotidienne et de la presse magazine. « La promesse, c’est toute la presse depuis toujours », explique Christian Carisey, le nouveau directeur de la communication de Presstalis. Une vingtaine de personnes travaillent déjà sur ce projet ambitieux appelé à voir le jour en juin 2016 sous le nom de Zeensinfinit, destiné aux passionnés de la presse mais aussi à l’ensemble des acteurs de l’éducation, ainsi qu’aux pme-pmi désireuses de savoir ce qui se dit à leur sujet.

En choisissant Delphine ErnotteCunci, le CSA veut donner une impulsion nouvelle à France télévisions
Pour France télévisions, la feuille de route est désormais connue, puisque Delphine Ernotte Cunci l’a décrite très précisément dans son projet remis pour candidater à la présidence de France télévisions. Baptisé Audace 2020, il affiche en une trentaine de pages une volonté de changement à tous les niveaux. Dès son entrée en fonction, le 22 août prochain, elle mettra en place « une équipe strictement paritaire », composée de 14 personnes, dont la présidente, les cinq directions de chaînes, deux directions transversales (stratégie et programmes, information) et six directions fonctionnelles : commerciale, technique et système d’information, financière, ressources humaines, communication et secrétariat général. Ses missions : restaurer la confiance, réinventer l'offre et réaffirmer le service public. Ce qui passera, selon elle, par une restauration du dialogue social, une clarification du positionnement de chaque chaîne et une poursuite des développements numériques.

Le groupe Reworld média en perte en 2014
Le groupe Reworld média a enregistré en 2014 une croissance de son chiffre d'affaires passé, avec les acquisitions réalisées, notamment de magazines de Lagardère active, de 19,3 millions à 47,9 millions d'euros. Dans le même temps, ses charges d'exploitation sont, elles, passées de 20,1 millions à 50,9 millions en 2014. Résultat, le groupe présidé par Pascal Chevalier affiche un résultat d’exploitation en père de 2,8 millions d’euros et un résultat net part du groupe négatif de 5,1 millions.
 
So press lance une maison d’édition
Quelques semaines après le lancement de Society, que son fondateur, Franck Annese, estime réussi, « même s’il faudra un peu de temps pour valider le constat », le groupe So press annonce la création d’une maison d’édition, So lonely éditions. « Le brand content est aussi un axe de développement prioritaire dans le groupe, ajoute-t-il, qu’il s’agisse de vidéo (via Sofilms) ou de contenu éditoriaux sous toutes leurs formes ». So press travaille déjà pour des marques et des agences sur différentes problématiques éditoriales, sites, magazines de marque, contenus en marque blanche, etc.
 
Delphine Ernotte nommée présidente de France télévisions
Le communiqué est tombé en fin d’après-midi, le 23 avril. « Le Conseil supérieur de l’audiovisuel, réuni en assemblée plénière, a nommé Delphine Ernotte Cunci à la présidence de France télévisions, pour une durée de cinq ans à compter du 22 août ». C’est donc bien la directrice générale d’Orange France, qui a fait toute sa carrière chez l’opérateur télécom, qui succèdera à Rémy Pflimlin à la tête du groupe de télévision publique. Un sacré challenge pour cette ingénieur qui n’a aucune expérience de l’audiovisuel.
 
 
 
« France live TV est formaté pour un usage mobile »
Un nouveau média à la fois local et national vient de voir le jour à l’initiative de jeunes entrepreneurs nantais. France live TV se positionne comme un média d’information qui met en avant « ceux et celles qui innovent et font bouger les villes », dixit son promoteur, Jérôme Poulain. + de détails
 
Le groupe le Monde table sur un retour dans le vert en 2015
Louis Dreyfus, le président du directoire du groupe le Monde, l’avait rappelé lors du dernier Observatoire de l’OJD. Après une perte nette de 500 000 euros en 2014 (sur un chiffre d’affaires de 330 millions d’euros, avant l’intégration de l'Obs, en recul de 1,5% par rapport à 2013), il table sur un retour au bénéfice dès 2015, ainsi qu'un bénéfice d'exploitation de 5 millions d'euros. Au premier trimestre, « chacun des titres du groupe, sans exception, a enregistré des résultats en diffusion, en audience et en publicité en progression sur les objectifs 2015 », précise la direction dans un communiqué le groupe, « avec de très bonnes performances publicitaires en dépit d’un marché morose, une progression de notre audience numérique et une croissance de la diffusion particulièrement notable pour le Monde diplomatique, Courrier international et le Monde ».
 
Etienne Mougeotte et Iskandar Safa en discussions exclusives pour le rachat de Valeurs actuelles
La cession du groupe Valmonde, éditeur de Valeurs actuelles, Jours de chasse et Jours de cheval, entre dans sa dernière phase. Son propriétaire, le groupe Pierre Fabre, est entré en négociations exclusives avec Privinvest médias, présidée par Etienne Mougeotte, ancien patron des rédactions de TF1 et du Figaro, associé à Charles Villeneuve, autre figure de TF1, et Iskander Safa, industriel français d’origine libanaise qui souhaite se diversifier dans les médias. Si les discussions aboutissent, la cession pourrait être effective d’ici à fin juin, après consultation du personnel. « Ce projet répond à notre volonté de nous concentrer sur les métiers du médicament et de la dermo-cosmétique, explique Pierre-Yves Revol, le président de Pierre Fabre participations. Et il autorise le groupe Valmonde à poursuivre son développement avec des actionnaires solides et professionnels ». « Notre objectif, ajoute Etienne Mougeotte, est de donner les moyens à Valeurs actuelles de poursuivre son redressement et d’en faire un magazine de référence ». Dans un communiqué, ce dernier précise qu’Yves de Kerdrel, patron de Valmonde, resterait en place pour « nous accompagner dans ce projet ambitieux qui en appellera d’autres, notamment à l’international ».
 
 
 
Télé star dénonce une distorsion de concurrence entre la presse IPG et la presse non IPG
L’augmentation de prix de 10 centimes de Télé star, intervenue le 20 avril, aurait pu passer inaperçue, si le directeur de la rédaction du magazine TV de Mondadori, Eric Pavon, n’avait pas signé un éditorial corrosif, pour expliquer à ses lecteurs les raisons de cette hausse. « Nous n’avons pas d’autre choix que le réajustement de ce tarif devant l’accroissement des charges qui pèsent sur le magazine, liés aux coûts de fabrication, de distribution et aux tarifs postaux. Des augmentations qui nous ciblent, nous la presse dite populaire, ou qualifiée par certaines élites politiques de récréative, sous-entendant qu’il y a une bonne presse et une mauvaise, des bons et des mauvais journalistes, et donc des bons et des mauvais lecteurs ». + de détails
 
Le nouveau site d’A nous Paris opérationnel
Comme nous l’avions révélé dans les Clés de la presse du 3 mars dernier, A nous Paris lance cette semaine un site Internet digne de ce nom, à la fois en responsive design et mobile first. A l’heure où son actionnaire, le groupe belge Roularta, s’apprête à céder la main à Patrick Drahi, le city magazine gratuit investit plusieurs dizaines de milliers d’euros pour débarquer sur le Web avec des ambitions significatives, tant sur le plan éditorial qu’en termes de bases de données (sur la musique, les tendances, la culture) et de déploiement publicitaire.
 
Avec Jérôme Fenoglio, les actionnaires du Monde créent la surprise
Les trois candidatures reçues pour la direction du Monde, dont celle de Gilles van Kote, l’actuel directeur par intérim, n’ont visiblement pas satisfait les actionnaires du quotidien. Les trois propriétaires (Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse) ont annoncé, le 17 avril, dans un courrier aux salariés, avoir demandé à Jérôme Fenoglio, actuel directeur des rédactions, de se présenter pour diriger le quotidien. « Au terme des auditions et après consultations, et malgré les grandes qualités de chacun des candidats et du bilan très positif de l'intérim assuré par Gilles van Kote, les trois actionnaires ont demandé à Jérôme Fenoglio de se porter candidat », précisent-ils. Entré au Monde en 1991 comme reporter au service des sports, ce dernier y a occupé plusieurs fonctions hiérarchiques, dont la rédaction en chef du Monde.fr, entre juin 2011 et mai 2013. En mai 2014, il a été nommé à la tête des rédactions, sous la houlette de Gilles van Kote. Ce sont maintenant aux salariés de se prononcer sur cette candidature.
 
 
 
L'Obs, magazine de l'année au palmarès du SEPM
La relance de l’Obs, à la fin de l’année 2014, n’est pas passée inaperçue. Le magazine repris par le groupe le Monde, qui figurait en bonne place dans la présélection, a remporté, le 16 avril, le prix du Magazines de l’année 2015. Juste au moment où le news magazine annonçait une refonte de son site… et de bonnes performances de la nouvelle formule. + de détails
 
Le premier numéro de Flow vendu à 80 000 exemplaires
Alors que le deuxième numéro de Flow est en kiosque depuis le 9 avril, l’équipe du magazine n’est pas peu fière du succès du premier : 80 000 exemplaires vendus. La rédactrice en chef, Gwendoline Michaelis, a déclaré, lors de la Journée de la presse magazine, que, « au-delà de la cible, c’est un nouvel état d’esprit que nous proposons. L’accueil a été enthousiaste tant en kiosque que sur les réseaux sociaux. On s’est affranchi des codes traditionnels et les premiers résultats montrent que nous avons eu raison de le faire ».
 
Causette lancera le mois prochain un réseau social
Causette est, avec le magazine Clés, le lauréat du palmarès des Magazines dans l'année dans la catégorie Passion. Le jury a voulu mettre en avant « un féminin qui ne ressemble à aucun autre et qui symbolise le féminisme espiègle et distancié d’aujourd’hui ». Son fondateur, Grégory Lassus-Débat, a profité de la cérémonie de remise des trophées pour espérer, « dans une période extrêmement difficile, que cet événement marque le premier jour du reste de la vie de Causette ». Le jeune éditeur mise notamment sur le lancement, dans un mois, d’une application Causette qu’il présente comme « le premier réseau social féminin », en appelant ses confrères à soutenir sa démarche en ouvrant un compte Causette comme ils ont pu le faire avec Facebook.
 
Le site Web, nouvelle étape de la refonte éditoriale de l’Obs
En ligne depuis ce 15 avril, le nouveau site de l’Obs porte un projet éditorial repensé, en cohérence avec la ligne du magazine, mais ne compte pas abandonner ce qui a fait son succès, le hot news. Sur la page d’accueil, à gauche, on trouve un outil live (développé en interne et alimenté par une équipe dédiée) « pour jouer avec l’actualité, et jongler avec les différents formats, décrit Pascal Riché, directeur adjoint de l’Obs en charge du numérique : articles, flashs, tweets et posts de réseaux sociaux, diaporamas, photos, vidéos… ». Ce « A chaud », doit permettre aux lecteurs « d’apprendre les faits de façon réactive, ludique, avec le ton et la vision de l’Obs», ajoute Matthieu Croissandeau, le directeur de l’Obs. A droite, une partie « pour comprendre », plus proche du magazine, avec des articles plus fouillés, plus anglés et plus visuels. Une nouvelle rubrique, « Bien bien », consacrée au bien-être, a été ouverte, et d’autres verticales sont à l’étude, notamment une sur la culture, une autre sur la vie urbaine. Une version mobile est en préparation et on attend pour mai ou juin la nouvelle version Web de O. 
 
L’Instant Chanel remporte le 30ème Grand prix de la publicité presse magazine
Stéphane Xiberras, président de BETC et coprésident du jury du Grand prix de la publicité presse magazine, avait donné ses consignes aux jurés. Pour délibérer, ils devaient tenir compte à 30% de la créativité et de l’innovation, à 30% de la pertinence de la campagne par rapport à son secteur, à 30% de l’exécution et à 10% de leur feeling. A ce petit jeu là, c’est la campagne l’Instant Chanel qui l’a emporté, dans une finale à trois face à la Philharmonie de Paris et Renault Twingo. Si de nombreux jurés ont milité pour la campagne Twingo, « qui apporte un peu de fraicheur dans un monde économique difficile », dixit Vincent Leclabart (Australie), c’est Chanel qui gagne une insertion dans les 125 titres du SEPM, soit l’équivalent de 2,7 millions d’euros d’achat d’espace, avec ses 15 visuels qui donnent un regard du temps différent de la vision des horlogers. « Une campagne exceptionnelle qui ne peut fonctionner qu’en presse magazine », s’est réjoui Jean-Paul Lubot (groupe Marie Claire). 
 
 
Air France remporte le prix Anniversaire 30 ans
Pour ce 30ème grand prix, le jury a aussi voulu élire la meilleure campagne des 30 dernières années, en s’appuyant sur les lauréats depuis 1985. Après un dernier duel entre « Et si le vrai luxe c’était l’Espace » pour Renault Espace en 1998 et « Faire du ciel le plus bel endroit de la terre », c’est la campagne Air France en 2001 qui a été récompensée. « Avec ce choix, le jury distingue une campagne symbolique et emblématique et prouve qu’une marque se construit sur le long terme », estime Caroline Fontaine, responsable de la marque.
 
 
 
 
Le Figaro veut enfin faire décoller ses abonnements numériques payants
Partant du principe que « ce que l’on paie sur le papier, on doit le payer sur le numérique », dixit Alexis Brézet, directeur des rédactions, le Figaro lance une nouvelle offre d’abonnement numérique payante. Baptisée Figaro premium, celle-ci donne accès à tout le Figaro en illimité : tous les articles du Figaro.fr (l’information en continu et en images 24 heures/24), l’intégralité des articles du Figaro quotidien et de ses magazines, mais aussi le quotidien disponible en PDF dès 22h la veille de sa parution et les magazines du week-end offerts dès le jeudi soir. Parallèlement, ce site se veut innovant dans sa forme, pour une véritable expérience privilégiée. « C’est un écrin au service de l’actualité pour un traitement haut de gamme, axé sur le confort et le plaisir de lecture, avec une expérience de lecture plein écran, une interface épurée, élégante et moderne, et un service accessible sur tous les écrans, partout, tout le temps, et en responsive design », explique Bertrand Gié, directeur des nouveaux médias du groupe. + de détails
 
 
 
La diffusion de la presse en baisse de 4%, celle des sites de presse en hausse de 8,5%
Contrairement à 2013, la situation ne s’est pas dégradée davantage l’an dernier, puisque le recul de la diffusion de la presse (-4%) est très exactement le même en 2014 qu’en 2013. Mais toutes les familles, sans exception, sont concernées, que ce soit la presse quotidienne (-3,3%), la presse magazine (-5,1%) ou la presse professionnelle (-6,1%). « Cette situation s’explique notamment par l’émergence de la diffusion des versions numériques, en hausse de 59,8%, note Stéphane Bodier. Et, dans le même temps, la fréquentation des sites de presse continue de progresser fortement (+8,5%). Quant aux supports mobiles (sites hybrides, applications mobile et tablette), ils explosent (+57,6%), confirmant les stratégies digitales des marques de presse. Retrouvez nos 5 pages d'analyse dans les Clés de la presse du 10 avril
 
 
 
L’audience des marques également soutenue par les déclinaisons digitales
« Grâce au digital, les marques de presse ne se sont jamais aussi bien portées qu’aujourd’hui ». S’il ne conteste pas une tendance générale à la baisse pour l’audience du print, -« avec un recul de 0,4%, je préfère parler de stabilisation ou d’atterrissage », tient-il seulement à préciser-, Nicolas Cour, directeur général de l’OJD, préfère mettre en avant la croissance de l’audience One global. « L’audience globale des marques de presse print + numérique a enregistré une hausse de 4% par rapport à la vague précédente et de 12% en un an, poursuit-il. Et si on élimine l’effet des événements de janvier sur les sites Internet, la hausse est encore de 7,4% sur 12 mois ». 
 
Dans l’impasse, Radio France attend beaucoup du médiateur, Dominique-Jean Chertier
La journée du 8 avril, avec un comité d’entreprise extraordinaire ajourné et une poursuite de la grève, a montré l’impasse dans laquelle se trouve Radio France. Le désaccord est profond entre le président, Mathieu Gallet, et les organisations syndicales. « J'ai encore quatre ans de mandat et, pendant quatre ans, je ne lâcherai rien sur mes convictions », a lancé le premier devant les députés de la Commission des affaires culturelles de l'Assemblée, qui lui demandaient comment sortir de la grève et maintenir les missions de service public tout en réduisant les coûts. De leur côté, les salariés restent sur leurs positions de blocage. C'est pourquoi la nomination d'un médiateur arrive à point nommé. Mandaté par Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, Dominique-Jean Chertier devra non seulement pacifier la situation, mais aussi préparer la signature du nouveau contrat d'objectifs et de moyens de Radio France.
 
 
 
Retrouvez l'actualité de la recherche dans les médias
Ce mois-ci, dans l'actualité de la recherche dans les médias, le sociologue Éric Macé propose un autre cadre d’analyse pour expliquer la persistance des inégalités entre les femmes et les hommes. Son essai, l’Après patriarcat, se présente comme une réponse et une alternative à la sociologie critique du genre. + de détails
 
Dailymotion dans l’escarcelle de Vivendi ?
Selon le Monde, Vivendi a fait une offre de reprise de Dailymotion. Le groupe serait prêt à mettre 250 millions d’euros sur la table pour acquérir la quasi-totalité du capital. La proposition devrait être discutée, aujourd’hui 7 avril, par le conseil d'administration d’Orange. Interrogé par l'AFP, le ministère de l’Economie, qui représente l’Etat actionnaire à 24,9% d’Orange, n’a pas fait de commentaire, précisant seulement que les offres potentielles seraient soumises en temps voulu au conseil d’administration. 
 
L’Agefi poursuit sa diversification dans le secteur de l’emploi
Après avoir misé sur l’événementiel, l’Agefi explore une nouvelle piste de diversification, dans le secteur de l’emploi. Une stratégie débutée en septembre dernier avec l’acquisition de Wallfinance qui se poursuit avec le lancement de l’Agefi emploi. + de détails
 
 
L’Express accélère la publication de hors-séries
Devant le succès de ses hors-séries, l’Express a choisi d’accélérer leurs publications, en adoptant la marque l’Express thema, qui proposera désormais quatre mooks par an. Le premier numéro, Fabuleuse New York, est sorti le 2 avril. Vendue 14,90 euros, cette publication de 212 pages propose une immersion dans l’histoire contemporaine de New York, des années Harlem à aujourd’hui en passant par le 11 septembre 2001. Mise en place à 35 000 exemplaires, elle bénéficie d’un fort soutien promotionnel dans l’Express et les autres titres du groupe Express-Roularta, ainsi que d’une mise en avant en Maison de la presse.
 
Pour son 1er anniversaire, So foot junior change de nom
Un an tout juste après son lancement, So foot junior change de nom. A partir du 15 avril, il devient So foot club. « En interrogeant les stagiaires de troisième qui viennent chez nous, nous nous sommes aperçus que les jeunes étaient satisfaits du contenu du magazine, mais pas de son nom, nous confie Franck Annese, l’un des fondateurs du groupe So press. Le mot junior renvoie, pour eux, à des 8-9 ans et moins. Ça les énervait qu’on les prenne pour des gamins ». + de détails

 
  
Mathieu Gallet calme le jeu avec sa tutelle, mais la grève se poursuit à Radio France
« L'entretien s'est très bien passé ». C’est ce qu’a annoncé Fleur Pellerin, ministre de la Communication, suite à sa rencontre, le 2 avril, avec Mathieu Gallet, le président de Radio France, venu lui présenter son projet stratégique pour l'avenir de la Maison ronde. Quelques heures plus tard, une délégation de représentants du groupe public a été reçue à Matignon par des conseillers de Manuel Valls, mais les salariés ont voté la poursuite de la grève pour un 16ème jour consécutif. Il faudra certainement attendre la semaine prochaine pour y voir plus clair puisque Fleur Pellerin a promis, à l’AFP, qu'elle prendrait des décisions dans les prochains jours sur ce dossier. Quant à Mathieu Gallet, il présentera son projet le 8 avril aux syndicats durant un CCE extraordinaire.
 
ZenithOptimedia prévoit une stabilisation du marché publicitaire français, pas de reprise
Les investissements publicitaires mondiaux devraient croître de 4,4% en 2015, estime ZenithOptimedia dans ses prévisions publiées hier, 30 mars. En revanche, l’agence média ne prévoit aucune reprise en France, seulement une stabilisation du marché pour 2016 et 2017. Explications. + de détails
 
Le nouveau Libé attendu le lundi 4 mai
C’est le lundi 4 mai que la direction de Libération a programmé la sortie de sa nouvelle formule. Selon un acteur du marché publicitaire qui en a vu les premières ébauches, la forme devrait évoluer sensiblement, sous la houlette du designer espagnol Javier Errea, même si « l’esprit Libé » demeure. L’évolution du site Internet, elle, est attendue au mois de juin.
 
 
 
29 dossiers financés en 2014 par le fonds Google 
Le fonds Google pour l'innovation numérique de la presse vient de présenter son bilan 2014. Avec 44 dossiers reçus et 30 projets acceptés (mais seulement 29 financés, l’un d’entre eux ayant renoncé suite à un changement de direction), il a été davantage sollicité, en 2014, qu’en 2013. En revanche, les sommes allouées sont à peu près les mêmes : 16,136 millions d’euros en 2014 (contre 15,787 millions en 2013). + de détails
 
France routage renforce ses positions dans le brochage
Selon nos informations, le groupe France routage a finalisé, le 23 mars, le rachat des actifs de Brofa est, Brofa sud et de 100% des titres de Routage BRF. Rebaptisé E-lomag, ce nouvel ensemble permet au leader du routage de presse, qui réalise déjà plus de 50% des envois nationaux de presse magazine aux abonnés, de renforcer ses positions dans le domaine du brochage, puisqu’il réalisera désormais le brochage de près de 30% des volumes de vente en kiosques. « Dans un marché toujours plus difficile et concurrentiel, cette opération consolide la filière finition », estime Pierre Jost, le Pdg de France routage.

Un bon départ pour Alteréco plus
Lancée à la mi-novembre, Alteréco plus, la nouvelle publication 100% digital d’Alternatives économiques, a plutôt connu « un bon départ », nous explique Camille Dorival, directrice générale du groupe. « Nous comptons 2 600 abonnés payants. Nous avons eu quelques soucis techniques qui sont sur le point d’être résolus, et nous allons pouvoir redynamiser les abonnements ». Quant au premier numéro de la nouvelle formule d’Alternatives économique, sorti le 2 janvier, il s’est vendu à 20 000 exemplaires en kiosque. Pas si mal pour le magazine qui a pu descendre en-dessous des 15 000 ventes en kiosque certains mois, en 2014. Surtout avec une couverture optimiste, titrant sur les raisons d’espérer en 2015, dans un contexte marqué par les attentats du début d’année.
 
 

En savoir plus ...

Réagissez

Quelles sont vos applications presse préférées ?

Donnez-nous votre avis

Réagissez ...

Dernière minute

7 clés pour comprendre la presse en 2015

Une formation incontournable sur l'univers de la presse

En savoir plus ...

A découvrir ...

Notre dernier magazine est tout chaud, il vient de sortir

 
 
 
  
L’événement
Après le drame de Charlie hebdo, l’heure des questions
Deux mois après les attentats des 7,8 et 9 janvier, de nombreuses interrogations restent en suspens : que faire de l’argent reçu depuis le 7 janvier ? Le journal satirique doit-il adopter de nouveaux statuts ? Comment trouver des collaborateurs ? Comment les médias doivent-ils parler de telles catastrophes aux enfants ? Le rapport des Français aux médias va-t-il changer sur le long terme ? Comment les écoles de journalisme prennent-elles en compte l’événement ? Ces attentats vont-ils redonner goût aux Français à l’achat presse ? Quelles leçons peut-on tirer sur le traitement journalistique ? Peut-on tout dire au nom de la liberté d’expression ?

Le dossier
- Le réseau de distribution presse s’ouvre au commerce
- Anne-Marie Couderc et Véronique Faujour présidentes de Presstalis et MLP, nous livrent leur vision de la distribution de la presse.
- 8 dispositifs de promotion des ventes passés au crible

Nos enquêtes
- Les différents modes d’appels aux dons dans la presse
- La Croix change de direction, pas d’orientation
- Prisma média oscille entre print et digital
- Millénaire presse, du professionnel au grand public
- Avec Public A, les invendus ont droit à une deuxième vie
- Un reportage au sein de la rédaction du 1
 
Pour vous le procurer, rendez-vous directement dans la boutique des Clés de la presse
 

En savoir plus ...

L'actualité des Clés de la presse

Média obs recherche un(e) directeur (trice) de clientèle

Média obs recherche un(e) directeur (trice) de clientèle

Média obs, la régie publicitaire du groupe de Claude Perdriel, à qui Sophia publications, l'éditeur d'Historia, de l'Histoire, du Magazine littéraire et de la Recherche, vient de confier la commercialisation publicitaire de ses titres, ainsi que ses partenariats print et digital, recherche un directeur ou une directrice de clientèle. Le/la candidat(e) doit posséder une expérience réussie dans la vente d’espace publicitaire en presse magazine, notamment dans les secteurs littéraire et de l’histoire et littéraire. Sa mission : assurer les présentations en agences média, développer les secteurs captifs avec des contrats directs annonceurs, imaginer et mettre en place des opérations spéciales.

En savoir +
CV et lettre de motivation (avec prétentions salariales) doivent être adressés à emploi@lesclesdelapresse.fr

En savoir plus ...

Découvrez les Clés de la presse

La lettre électronique
La lettre électronique
Le magazine ...
La lettre électronique