AccueilImprimerNous contacterAjouter aux favoris

A la Une

Mobilisation générale autour du festival de Cannes

A l’approche du festival de Cannes, qui débute le 17 mai pour dix jours, marques et médias se mobilisent, que ce soit Nice matin, le quotidien régional, avec un dispositif ambitieux, ou France télévisions et Brut, les deux nouveaux partenaires médias de l’événement, ou encore GroupM qui profite de l’occasion pour présenter son dernier rapport sur la consommation cinéma et SVOD des Français. L’étude révèle sans surprise l’impact de la crise sanitaire sur le cinéma, mais également l’intérêt croissant pour la SVOD, devenue le format privilégié lors des périodes de fermeture des salles. Etat des lieux. + de détails

 
 
Le marché publicitaire global pourrait progresser de plus de 10% en 2022
Après deux ans de crise sanitaire et quelques mois de guerre aux portes de l’Europe, le marché publicitaire poursuit le redressement constaté tout au long de l’année 2021 et rattrape peu à peu ses niveaux d’avant-crise, alors qu’il avait fallu dix ans pour y parvenir après la crise financière de 2002-2008. Selon le Bump (le baromètre unifié du marché publicitaire, réalisé par l’Irep, Kantar et France pub), l’année 2022 pourrait s’achever sur une croissance à deux chiffres pour l’ensemble du marché de la communication (+10,3% par rapport à 2021, à 34,2 milliards d’euros), et une hausse plus modérée si l’on s’en tient aux seuls médias traditionnels (presse, radio, télévision, affichage et cinéma), attendus en progression de 5,3%, à 8,4 milliards d’euros. Décryptage. + de détails

 
 
Le groupe le Monde confirme ses bons résultats 2021
Le groupe le Monde a enregistré en 2021 un chiffre d’affaires de 307 millions d’euros, en hausse par rapport à 2020 (287 millions), et un résultat d’exploitation de 18,2 millions (contre 13,4 millions l’année précédente. « Cette solidité financière rétablie est le résultat d’une profonde transformation de notre modèle économique et du poids désormais prépondérant des revenus venant de nos lecteurs, à hauteur de 70 % de nos recettes totales », souligne Louis Dreyfus, le président du directoire du groupe, dans les colonnes du journal. Parmi ses sources de revenus, Louis Dreyfus met en avant « la croissance des abonnements numériques du Monde, qui atteignent, pour l’année 2021, 48 millions d’euros, soit 28% du chiffre d’affaires de la Société éditrice du Monde et 16% du chiffre d’affaires total de notre groupe. Pour la première fois depuis longtemps, la Société éditrice du Monde affiche un bénéfice opérationnel qui lui permet de réinvestir dans des projets de développement, mais aussi de soutenir les développements numériques de notre pôle magazines ».  + de détails
 
 
 
Paris match part à la conquête de ses abonnés numériques
Après le Journal du dimanche, le groupe Lagardère accélère la transformation numérique de Paris match avec le lancement, le 12 mai, d’une offre d’abonnement 100% numérique. Avec un nouveau site en cours de déploiement, un nouvel outil de publication, une nouvelle offre éditoriale sur tous les supports, autour de ses piliers éditoriaux forts (actus, people, royauté) et, bientôt (fin juin), une nouvelle application mobile et tablette, le ton est résolument offensif. La nouvelle offre numérique, construite autour de la promesse Entrez dans l’histoire avec Paris match, comprend le magazine en version numérique la veille de sa parution, l’accès aux contenus premium du site, notamment au sein de huit grandes collections, deux newsletters exclusives (Royal mail et Jeudy politique), ainsi que de nombreux avantages abonnés (archives, club, événements en ligne). Avec cette refonte en profondeur, le groupe Lagardère espère doper son portefeuille d’abonnés numériques, qui reste peu développé (19 624 exemplaires au premier trimestre, selon l’ACPM, sur une diffusion France payée de 493 156 exemplaires).

 
 
Retour sur les Assises internationales du journalisme de Tours
Des débats, des rencontres, des formations, des présentations, des études, des annonces… mais aussi des moments d’émotion après la mort de la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh, qui couvrait pour Al Jazeera des affrontements à Jénine en Cisjordanie. Les 15e Assises internationales du journalisme, organisées cette semaine à Tours, et centrées sur les relations entre journalisme et politique, ont été une nouvelle fois riches en rencontres et ont permis à la profession de réfléchir sur ses pratiques et son avenir. Parmi les rendez-vous incontournables, la présentation du baromètre Viavoice sur l’utilité du journalisme, le baromètre social des assises ou des remises de prix. Compte-rendu. + de détails
 
 
 
Avec Ideat éditions, I/O média change de dimension
Créé en 2018 par Albin Serviant avec le rachat de Têtu, le groupe I/O média s’apprête à changer de dimension avec la reprise annoncée d’Ideat éditions, l’éditeur d’Ideat, de The good life et de Dim Dam Dom. L’acquisition comprend aussi la filiale événementielle The good agency. « Laurent Blanc, le fondateur d’Ideat éditions, souhaitait prendre du recul, nous explique Albin Serviant. Dans le même temps, le succès de Têtu m’a convaincu, pendant la crise sanitaire, qu’il est possible de développer de belles marques de presse, quand elles peuvent s’appuyer sur des communautés engagées, en jouant la carte de la digitalisation et de la diversification ». Après avoir racheté Opéra magazine l’an dernier, puis fait une proposition pour la reprise du groupe Psychologies il y a quelques semaines (qui est revenu finalement à Reworld média), l’ex-entrepreneur de la french tech a jeté son dévolu sur Ideat éditions, faisant passer son chiffre d’affaires de 3 à 13 millions d’euros. Et ce n’est peut-être qu’un début. Décryptage. + de détails

 
 
Nice matin creuse le sillon d’un journalisme de solutions
Le groupe Nice matin a fait du journalisme de solutions l’une de ses priorités depuis 2016, dès la création de sa nouvelle offre abonnée Web. « Cette approche permet de ne pas s'arrêter au constat d'un problème, estime Denis carreaux, le directeur des rédactions, mais d'aller au-delà en explorant des pistes de solutions ». Illustration de cette volonté, le groupe vient de lancer le tout premier épisode de son émission En quête de solutions. Chaque mois, les journalistes de l’équipe proposent de découvrir les temps forts, surprises et coulisses du dossier sur lequel ils ont enquêté. Enregistrée depuis le studio vidéo, au cœur de la rédaction, l'émission d'une trentaine de minutes accueille des experts et des citoyens engagés qui témoignent de leurs expériences et répondent aux questions de nos journalistes. L’émission est ensuite diffusée sur les réseaux sociaux et les sites éditeurs du groupe. Le sujet du premier dossier a été consacré à la prise en charge des personnes âgées. « La rédaction Solutions propose des enquêtes, des reportages vidéo mais aussi, chaque semaine, une newsletter et désormais une émission mensuelle », résume Sophie Casals, rédactrice en chef adjointe.
 
 
 
Pourquoi Prisma transforme Femme actuelle senior en Bien dans ma vie
Prisma média a lancé, le 5 mai, un nouveau magazine à destination des femmes de plus de 50 ans. Bien dans ma vie by Femme actuelle va en fait remplacer le mensuel Femme actuelle senior, afin de mieux répondre aux attentes de ses lectrices. « Selon nos études, elles veulent moins de droit et de santé corporelle et ont des envies de légèreté, de plaisir, de se faire du bien », nous explique Marion Alombert, la directrice de la rédaction de Bien dans ma vie, qui chapeaute aussi celle de Voici et des magazines de jeux. Entretien. + de détails

 
 
La consommation audio des Français toujours en progression
L’audio est un format incontournable. Selon l’étude Global audio de Médiamétrie, plus de 82% des Français écoutent un contenu audio tous les jours, et 95,1% au moins une fois par mois. L’appétence des Français pour l’audio s’observe tout au long de la journée avec une prédominance en matinée : 42% du volume d’écoute total de la journée se fait le matin avant 12 heures, 32% entre 12 et 18 heures, et 26% après 18 heures. Explications. + de détails

 
 
L’Express se renforce sur les débats et la tech
La rédaction de l’Express renforce son positionnement dans les débats et la tech avec le recrutement de deux pointures. Laëtitia Strauch-Bonart, ex-rédactrice en chef au Point, où elle était responsable des pages Débats, est la nouvelle rédactrice en chef Idées. En collaboration avec Thomas Mahler, directeur adjoint de la rédaction, en charge des livres et des idées, elle a pour mission de développer la rubrique idées dans l’hebdomadaire et sur le site de l’Express.
Elle participera à la mise en place de la future newsletter Idées à laquelle elle apportera ses contributions ainsi qu’au podcast la Loupe.
De son côté, Frédéric Filloux, ancien patron de la rédaction de Libération et 20 minutes, auteur de la lettre d’information Monday note sur les médias et la technologie, devient grand reporter et conseiller auprès de la direction de la rédaction pour les sujets tech & innovations. Il va apporter sa longue expérience dans le domaine de la tech pour développer et enrichir les contenus éditoriaux de l’hebdo, créer une newsletter sur la technologie, l’innovation et contribuer au podcast de l’Express. Il participera aussi à l’organisation d’événements autour de l’univers de la tech.
 
 
 
I/O média applique à l’opéra la recette Têtu
Un an après le rachat d’Opéra magazine, I/O média s’apprête à décliner sur ce titre les recettes qui ont fait le succès de Têtu, repris par le groupe en 2018. « Les titres qui marchent bien sont ceux qui ont une communauté engagée, nous explique Albin Serviant, le CEO de I/O média. C’est le cas de Têtu bien sûr, mais Opéra magazine est aussi une marque très forte sur l’univers lyrique en France. Avec le lancement, le 5 mai, de Lyrik, notre ambition est de parler à un plus grand public, à travers une plateforme média diversifiée et des activités de diversification ». Décryptage. + de détails

 
 
Comment France télévisions et Brut préparent la couverture du festival de Cannes
C’est la fin d’une époque. Après les années Canal, les temps forts du 75e festival de Cannes seront retransmis cette année sur France télévisions et Brut, nouveaux partenaires médias de l’événement. Du 17 au 28 mai, l’ensemble des antennes du groupe, linéaires et numériques, nationales, régionales et ultramarines, seront braquées sur Cannes, « pour partager avec tous les Français cette célébration universelle du cinéma, souligne Manuel Alduy, directeur du cinéma, des fictions numériques et internationales de France télévisions. Faire vivre à tous le festival, c’est par l’explication et la transmission susciter l’envie du cinéma. De tous les cinémas ». Explications. + de détails

 
 
La Dépêche de Tahiti cesse de paraître
Créé en 1964, la Dépêche de Tahiti a tiré sa révérence le 29 avril avec la publication de son dernier numéro, titré Au revoir. Le quotidien avait été placé la veille en liquidation judiciaire, tout comme les autres titres du même groupe : l'hebdomadaire de programmes télévisés Tiki mag, le magazine féminin Fenua Orama et Maison du Fenua, une revue spécialisée dans l'habitat. « On est tous tristes, on savait que ça allait arriver et on croise tous les doigts pour que le plus grand journal de Polynésie ne ferme pas définitivement et qu'un repreneur se manifeste et, si c'est le cas, on est tous prêts à relancer la machine », explique son rédacteur en chef, Bertrand Prévost. Le groupe Média Polynésie avait été racheté en en 2014 par Dominique Auroy. Cet homme d'affaires avait aussitôt fermé les Nouvelles, l'autre quotidien du groupe, fondé en 1957 et connu pour ses articles sans concessions. La Dépêche de Tahiti était un journal plus populaire, qui misait sur la proximité et était distribué dans les cinq archipels de Polynésie française. « Une concurrence très vive, hors de tout raisonnement économique, s'est mise en place depuis plusieurs années », assure Dominique Auroy dans un éditorial publié dans le dernier numéro. Selon lui, la crise économique liée au Covid a provoqué une baisse importante des ressources. Mais les difficultés du groupe étaient antérieures : il avait accumulé les procès et les dettes, notamment auprès d'anciens employés licenciés. L'entreprise avait été expulsée de son siège l'an dernier après plusieurs années de loyers impayés. La Dépêche avait peiné à prendre le virage du numérique, face à Tahiti-Infos, un quotidien papier issu du Web. 
 
Ces titres qui 
ont tiré leur épingle du jeu en 2021
Le dernier observatoire de la presse a été l’occasion, le 21 avril, de mettre en lumière des titres et des groupes de presse qui affichent de belles performances de diffusion, de fréquentation numérique ou d’audience. Dans une période difficile pour les médias, certains sont même parvenus à retrouver, en 2021, le chemin de la rentabilité, à l’image du quotidien le Monde ou des journaux du groupe Ebra, comme le Progrès. Décryptage, avec les trois piliers de la stratégie de Burda, le Monde gagne sur tous les tableaux, l’Equipe réussit sa transformation digitale, les quatre grands axes stratégiques du Progrès dans le numérique, une première étoile et un nouveau logo pour Maxi, et la croissance de J’aime lire. + de détails

 
 
La vente au numéro résiste selon Culture presse
Dans son bilan 2021 de la vente au numéro, Culture presse estime que le réseau de marchands de presse indépendant a plutôt bien résisté. « Nos commerces ont fait preuve d’une remarquable résilience », assure son président, Daniel Panetto, en s’appuyant sur l’Observatoire Devlyx-Culture presse, dont les résultats montrent une baisse moyenne de seulement 0,7% des encaissements presse tous produits confondus par rapport à 2019. « Si les quotidiens sont à la peine, les magazines, qui représentent les trois quarts de nos ventes, performent (+2,5%) », précise-t-il. Malgré tout, « la fréquentation de nos points de vente n’a pas encore retrouvé son niveau d’avant crise : en 2021, le nombre de tickets caisse a baissé en moyenne de 6,6% par rapport à 2019. Concrètement, cela représente environ 660 000 clients qui manquent chaque jour dans nos commerces… »

 
 
De belles fréquentations digitales pour l’élection présidentielle
L’ACPM a enregistré 91 millions de visites quotidiennes sur les sites et les applications d’actualités et d’information généraliste, à l’occasion des deux tours de l’élection présidentielle (en tenant compte des dimanches et lundis des deux tours). La journée record est celle du dimanche 10 avril (au premier tour), qui a atteint 95 millions de visites, juste devant le dimanche 24 avril (au second tour), avec 94 millions de visites. Cela représente une augmentation de 51% par rapport au dimanche 7 mai 2017 (2ème tour aussi), et une hausse de 35% par rapport à un jour moyen : habituellement, le niveau de fréquentation d’un dimanche s’élève à 70 millions de visites en moyenne.
Au premier tour, les sites les plus visités ont été dans l’ordre, ceux de France info, le Monde BFM TV, le Figaro et Ouest France ; au second tour ceux de BFM TV, le Monde, France info, le Figaro et Ouest France. 
 
 
 
Reworld média poursuit sa croissance avec la reprise de Psychologies
L’appétit de Reworld média est insatiable. Le groupe a annoncé, le 22 avril, la signature d’une offre d’achat au profit de la société 4B média, portant sur l’acquisition de 100% du capital du groupe Psychologies, et entrer en négociation exclusive. L’offre d’achat porte sur l’ensemble des actifs, média et hors-média, de la marque, c’est-à-dire le magazine mensuel et ses hors-séries, les sites Psychologies.com, Bonheursinterieurs.psychologies.com, Monpsy.psychologies.com et les contenus sur les réseaux sociaux, mais aussi les produits, services et événements développés via des conférences, croisières, thalasso, ou week-end bien-être. Avec cette nouvelle marque, Reworld média renforcerait son pôle de marques féminines haut de gamme, qui compte déjà Top santé, Biba, Pleine vie, Vital, Marie France, Belle&Positive.com et Therhappy.com. « L’opération viendrait consolider une audience de 17,2 millions de visiteurs uniques mensuels, 6 millions de lecteurs papiers et 6,2 millions d’abonnés à ses réseaux sociaux, et constituerait l’audience la plus large du marché sur ces thématiques », précisent ses dirigeants.

 
 
Macron 2 : des priorités encore à définir pour les médias et la communication
Si Emmanuel Macron a été réélu, ce dimanche, à la présidence de la République pour un nouveau mandat de cinq ans, ses priorités pour la communication et les médias n’ont guère été abordées lors de cette campagne, à l’exception bien sûr de l’annonce de la suppression de la redevance TV. Va-t-il en profiter pour remettre sur la table une réforme de l’audiovisuel public ? Va-t-il légiférer pour encadrer la concentration dans les médias ? Quid de la réforme des aides à la presse ? Autant d’interrogations que son futur ministre en charge de la communication devra trancher. + de détails
 
 
 
Les 10 enseignements à retenir de l’Observatoire de la presse et des médias 2022
Le moins que l’on puisse dire, c’est que la presse est résiliente. Confrontés à une crise sanitaire de près de deux ans et une reconfiguration du système de distribution, les éditeurs ont su rebondir en dopant leurs portefeuilles d’abonnés numériques, en se déployant sur de nouveaux supports, ou en multipliant les innovations. Avec 3 milliards d’exemplaires diffusés en 2021 (dont 660 millions de versions numériques), soit plus de 8 millions d’exemplaires par jour, la presse reste un média de masse, si l’on en croît les chiffres publiés, le 21 avril, par l’ACPM lors de son 32ème observatoire de la presse et des médias. « Les Français aiment la presse sous toutes ses formes, que ce soit le papier, les podcasts ou le digital, souligne Gautier Picquet, le président de l’ACPM, qui a été réélu à la présidence pour un mandat de trois ans. Dans cette période agitée, la presse est un média d’utilité publique, sociale, sociétale et démocratique ». Décryptage en 10 points. + de détails

 
 
 

Le groupe Centre France confie à Franck Espiasse-Cabau sa nouvelle direction business
Le groupe Centre France met en place une nouvelle organisation avec la création d’une direction business qui regroupe toutes les activités générant du chiffre d’affaires, c’est-à-dire la publicité, les ventes, la diffusion, l’événementiel, les produits éditoriaux (magazines et hors-séries) et les événements de marques. Dirigée par Franck Espiasse-Cabau, qui avait rejoint le groupe en mai 2021 pour conduire une mission d’étude et de transformation des équipes commerciale et marketing, elle a pour objectif de développer le chiffre d’affaires et les revenus du groupe. Cela passe notamment par la mission de coordonner au quotidien l’ensemble des directions commerciale et marketing et d’assurer le développement d’activités de diversification. « Le développement des activités et du chiffre d’affaires est l’un des axes majeurs des orientations stratégiques présentées en janvier 2021 », rappelle le groupe dans un communiqué.
 
 
 
Le groupe Sud ouest planche sur un magazine de rugby
A un peu plus d’un an de la coupe du monde de rugby en France, le groupe Sud ouest prépare le lancement, pour le 31 mai, d’un magazine trimestriel sur le rugby. Présenté en prévente sur Ulule, le projet, baptisé Raffut, veut aborder le rugby dans toute sa dimension culturelle. « Car le rugby, c’est un jeu, mais ce sont aussi des voyages dans le monde entier, de belles histoires, de beaux textes, des rencontres, un art de vivre », expliquent ses promoteurs sur la plateforme de financement participatif. Exemple, Javier Bardem, l’acteur espagnol, parlera de sa passion pour l’ovalie qu’il partage avec son frère. Le rugby, ce sont aussi des amitiés poignantes. Celle qui unit les célèbres piliers bayonnais Jean Iraçabal et Raymond Hiraboure en est une. « Raffut vous raconte le lien magnifique qui unit ces deux grands piliers de l’Aviron bayonnais. Camille Laurens, autrice de renom, membre de l’académie Goncourt, petite fille de Marcel Besson qui a porté le maillot bleu frappé du coq, parlera de son lien avec ce sport qu’elle aime ». Au-delà du magazine de 160 pages, qui sera vendu au prix de 15 euros, Raffut se présente aussi comme une communauté, avec des événements, un réseau pour connecter tous les passionnés de rugby, et des réseaux sociaux « sur lesquels seront postés de façon régulière des contenus riches et variés, promet Sud ouest. On vous emmène à travers le monde découvrir des clubs et leur histoire, vous pourrez jouer à des quiz, vous replonger dans les archives du rugby et suivre l’actualité de Raffut ».

 
 
Un nouveau dispositif éditorial pour Kids matin
Le groupe Nice matin fait évoluer son média destiné aux 7-12 ans. Depuis sa création en 2018, Kids matin est passé d’un site à un journal papier, avec un cahier de huit pages, inséré dans Nice matin, Var matin et Monaco matin. Désormais, ce sera un magazine de 28 pages paraissant toutes les deux semaines, et livrée directement aux abonnés en boîte aux lettres, « avec encore plus de rubriques et d'idées pour nourrir la curiosité de tous les enfants, explique l’équipe : des articles pour rester informé, des reportages, de la culture générale, des pages loisirs, BD, coloriages et, surtout, la chance de partir en reportage ou à la rencontre de leurs stars préférées ». En complément, le site Kidsmatin.com continuera de proposer des contenus augmentés (à regarder, à écouter…), des quiz pour tester ses connaissances, et la possibilité de gagner des des livres, des jeux, des places de musées ou de spectacles.

 
 
Droits voisins : après les quotidiens, la presse magazine signe à son tour avec Google
Après deux ans et demi de bras de fer, Google a trouvé un accord avec les éditeurs de presse magazine pour rémunérer ses titres au nom des « droits voisins du droit d'auteur », a annoncé son patron pour la France dans les colonnes du Figaro. « Nous nous réjouissons de la décision du comité exécutif du SEPM, qui valide notre offre portant sur les droits voisins, explique Sébastien Missoffe, vice-président et directeur général de Google France. Ce texte rétroactif permettra de rémunérer les membres du SEPM ». Après l’Alliance de la presse d’information générale et l’AFP, cet accord va permettre de rémunérer quelque 80 éditeurs, soit 400 titres, selon le Figaro, qui souligne que « le montant global de l'accord avoisinerait les 20 millions d'euros par an ». 
 
La moitié des utilisateurs de Snapchat consomment les contenus Discover tous les jours
Six ans après son arrivée en France, Snapchat a passé un cap. Selon Médiamétrie, qui mesure l’audience du réseau social depuis trois ans en France, celui-ci a dépassé en janvier dernier le seuil des 25 millions de visiteurs uniques (25,2 millions très exactement) par mois, soit 47% des internautes français, dont 18,1 millions chaque jour. « Des chiffres en forte évolution, souligne Bertrand Krug, directeur des mesures d’audience digital et presse de Médiamétrie. Les visiteurs uniques mensuels ont augmenté de 26% entre 2020 et 2022, et les visiteurs uniques quotidiens ont augmenté de 32% sur la même période ». Cela fait de Snapchat la quatrième application la plus visitée au quotidien. Décryptage avec David Sourenian, head of marketing science Europe de Snap inc. + de détails

 
 
PQR 66 et le Figaro toujours en tête des audiences de la presse
A une semaine de son observatoire de la presse et des médias, l’ACPM a publié, le 14 avril, les résultats de la dernière vague de son étude d’audience de la presse, One next, », portant sur l’année 2021 pour le print et sur l'étude Internet global de Médiamétrie des mois de septembre, octobre et novembre 2021. Pas de surprise majeure à noter, avec des lectures de plus en plus numériques et une hiérarchie qui évolue peu. Explications. + de détails

 
 
 
Encore une déclinaison de marque pour Rustica
Cambium média poursuit ses déclinaisons de marque. Après Rustica junior en septembre dernier, le groupe lance, aujourd’hui 15 avril, Rustica jeux, un magazine bimestriel consacré aux mots croisés, mots cachés et codés et sudokus. « Plus les années passent et plus l’engouement des Français pour les mots croisés et autres Sudoku ne se dément pas, explique le groupe dans l’édito du premier numéro. Un constat qui a incité Rustica, magazine de jardinage de référence, à vous offrir un tout nouveau magazine, Rustica jeux. Que vous soyez débutant ou aguerri, vous trouverez votre bonheur tout au long de ces 128 pages, grâce à des grilles allant de la force 1 à la force 4 ». Mais les lecteurs auront aussi droit à d’autres contenus, « de notre cher terroir au patrimoine en passant par le sport, les animaux ou même le bien-être ». Pour l’occasion, Cambium média s’est fixé un objectif de ventes de 20 000 exemplaires (au prix de 3,90 euros).
 
 
 
Turbulences presse lance deux nouveaux magazines coup sur coup
Turbulences presse poursuit sa stratégie de développement avec le lancement, le 14 avril, de deux nouveaux magazines reposant sur des personnalités et des programmes TV. Avec A croquer, le magazine de Julie Andrieu, le groupe de Clermont-Ferrand s’attaque au marché de la presse cuisine, mais également au voyage, l’une de ses autres passions. Le voyage et l’évasion sont aussi au cœur d’Echappées belles, déclinaison papier de l’émission éponyme de France 5. « Je crois à la presse écrite, mais il faut être malin, nous explique Samuel Gouttebelle, le fondateur de Turbulences presse. En s’appuyant sur des marques connues, c’est à la fois rassurant pour nous et pour nos lecteurs, qui savent où ils vont ». Explications. + de détails

 
 

Après Rustica, Système D s’intéresse aussi aux jeunes
Cambium média fait le pari de la jeunesse. Après avoir lancé Rustica junior en septembre dernier, le groupe a lancé, le 7 avril, Système D junior, « le premier magazine de bricolage destiné aux 11-15 ans », assure-t-il. Ce nouveau magazine trimestriel se positionne, comme son grand frère, sur le créneau des conseils pratiques et des belles réalisations pour de futurs bricoleurs avertis. « C’est aussi l’occasion pour les parents et grands-parents de transmettre le virus du bricolage et de la débrouille », ajoute le groupe. Les thématiques abordées ne se limitent pas au bricolage, Système D junior parle aussi de réparation, de robotique et de DIY. « Destiné aux collégiens, Système D junior leur permet de s’épanouir dans les travaux manuels en toute sécurité, explique Arnault Disdero, rédacteur en chef de Système D et Système D junior. A travers de nombreux pas à pas, comme dans le mensuel Système D, ils apprendront à construire des objets pour décorer leur chambre, à réparer leurs affaires (vélo, téléphone portable, etc.), à coder des robots, à s’amuser dans le jardin ».

 
 
Femme actuelle se positionne sur la défense du pouvoir d’achat
Partant du principe que le pouvoir d’achat des Françaises et des Français est en berne après deux ans de pandémie et alors que le coût de la vie augmente drastiquement ces derniers mois, Prisma média a choisi de positionner Femme actuelle sur la défense du pouvoir d’achat. « Avec cette nouvelle formule (qui sort le 11 avril, NDLR), nous avons décidé d’agir et de nous engager auprès de nos lectrices, assure Julien Lamury, le directeur des rédactions grand public du groupe. D’abord en baissant le prix du magazine de 20 centimes (de 2,60 à 2,40 euros NDLR), puis en nous engageant à les aider à faire mieux avec moins, avec des solutions au quotidien pour économiser tout en se faisant plaisir ». De nouvelles rubriques ont ainsi été créées, notamment un nouveau dossier dans lequel des experts proposeront chaque semaine des solutions au quotidien, dans une « ambiance de lecture plus féminine », poursuit-il. Pour accompagner le lancement de cette nouvelle formule et ce nouveau positionnement, Femme actuelle, dont la diffusion France payée a encore baissé de 3,36% en 2021, à 447 930 exemplaires, va déployer un plan de soutien publicitaire d’un mois, associant de la télévision, de la radio, de l’affichage, du digital et des mises en avant sur les réseaux sociaux.

 
 

Une nouvelle rédactrice en chef à Sud ouest
Comme nous l’avions annoncé dans les Clés de la presse du 8 février, Flore Galaud, rédactrice en chef adjointe de LCI, a rejoint Sud ouest le 4 avril au poste de rédactrice en chef. Sa mission est, après la mise en place, en 2021, d’une nouvelle organisation numérique, associée au déploiement du système éditorial Cue (Stibo DX), « d’accélérer la mutation déjà initiée à Sud ouest au service de trois objectifs, explique le journal dans un communiqué : cultiver la référence de l’information et du journalisme associée à la marque Sud ouest, oeuvrer activement au renouvellement des audiences et à leur engagement au travers de toutes les formes de narration, dont la vidéo et le son, et placer Sud ouest au cœur de la vie du lecteur, quel que soit le moment, le lieu et le support utilisé ». Pour sa part, Jean-Pierre Dorian, jusqu’à présent rédacteur en chef, est nommé directeur de la rédaction du quotidien.
 
 
 
 
 
Le Monde lance une édition quotidienne numérique en langue anglaise
Après l’Afrique, le Monde poursuit sa stratégie de développement à l’international avec le lancement, le 7 avril, d’une édition numérique en anglais, composée de traductions d’une large sélection des articles produits par la rédaction. Elle repose à la fois sur un site Internet, baptisé Le Monde in english, et une newsletter quotidienne rassemblant l’essentiel de ses articles, traduits en anglais, afin de rendre accessibles à une audience beaucoup plus large les articles de ses 500 journalistes. « Avec ce lancement, nous visons la cible des lectrices et lecteurs anglophones qui cherchent un regard alternatif sur l’actualité européenne et internationale, la politique, la crise environnementale, l’économie ou la culture, explique Louis Dreyfus, le président du directoire du groupe. Avec cet investissement, notre ambition est de prolonger la croissance de notre portefeuille d’abonnés numériques et que notre audience internationale rassemble à terme près d’un quart de nos abonnés ». + de détails

 
 
« Upday élargit son offre avec une brique locale »
L’application d’information Upday accélère son développement avec le lancement, cette semaine, de Local news, un nouveau service d’infos locales disponible sur tous les appareils Android dans six pays d’Europe, dont la France (sur les 34 couverts). Les lecteurs peuvent désormais sélectionner une région dans leurs paramètres et découvrir l'information locale correspondante, indépendamment de leur localisation. « C’est une étape importante pour nous, un grand pas en avant, car elle ouvre un nouveau champ des possibles », nous explique Bertrand de Volontat, head of éditorial France, Belgique et Luxembourg d'Upday. Entretien. + de détails

 
 
Les médias se déploient sur tous les supports pour couvrir l’élection présidentielle
A deux jours du premier tour, les médias se mobilisent pour couvrir la fin de la campagne et animer la soirée électorale. Numéros spéciaux, éditions spéciales, dispositifs, papier, audio, télévisés ou digitaux, tout est bon pour appeler à la mobilisation et offrir la couverture la plus large de l’événement, sur tous les supports. Le Parisien, par exemple, a prévu un dispositif éditorial spécifique pour chaque plateforme et sur tous les réseaux sociaux (Facebook, Youtube, Twitter, Instagram, Snapchat, TikTok). De leur côté, Snapchat et la Voix du nord se mobilisent pour inciter les jeunes à voter. Exemples. + de détails

En savoir plus ...

Réagissez

Quelles sont vos applications presse préférées ?

Donnez-nous votre avis

Réagissez ...

Dernière minute

La billetterie du festival de l’info locale est ouverte

Ouest medialab organise à Nantes, du 21 au 23 septembre, la 4ème édition du Festival de l'info locale. Une rencontre professionnelle d'envergure nationale,

En savoir plus ...

A découvrir ...

La billetterie du festival de l’info locale est ouverte

Ouest medialab organise à Nantes, du 21 au 23 septembre, la 4ème édition du Festival de l'info locale. Une rencontre professionnelle d'envergure nationale, consacrée aux enjeux de l'information locale, autour de quatre grandes thématiques : l’interaction avec le public, le développement éditorial, la monétisation et diversification, enfin le management et la conduite du changement. Partenaire de l'événement, les Clés de la presse vous propose de bénéficier d’une réduction de tarifs pour l'inscription. 

En savoir plus ...

L'actualité des Clés de la presse

Profitez d'une réduction pour le, prochain Festival de l'info locale

Ouest medialab organise à Nantes, du 21 au 23 septembre, la 4ème édition du Festival de l'info locale. Une rencontre professionnelle d'envergure nationale, consacrée aux enjeux de l'information locale, autour de quatre grandes thématiques : l’interaction avec le public, le développement éditorial, la monétisation et diversification, enfin le management et la conduite du changement. Partenaire de l'événement, les Clés de la presse vous propose de bénéficier d’une réduction de tarifs pour l'inscription. 

En savoir plus ...

Découvrez les Clés de la presse

La lettre électronique
La lettre électronique
Le magazine ...
La lettre électronique